Carte postale.

Carte postale.

En Alsace ! Le vrai plébiscite.

En Alsace ! Le vrai plébiscite.

Photographie du film

Photographie du film "Alerte".

Carte postale.

Carte postale.

Auteur : ANONYME

Lieu de conservation : collection particulière

Date de création : 1914

Date représentée : 1918

H. : 0

L. : 0

photographie, carte postale

© Tous droits réservés

L’Alsace libérée

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Laurent VÉRAY

La terrible défaite de la France en 1870 entraîne la perte de l’Alsace-Lorraine au profit de l’Allemagne.

L’hostilité à la Prusse dans les deux provinces est alors très forte, l’annexion est une violence subie mais point acceptée. Pour les Français, cette nouvelle frontière issue de la signature du traité de Francfort est synonyme de mutilation. On stigmatise la « germanisation forcée » et l’on se jure de récupérer tôt ou tard ces « deux enfants arrachés » à la « mère patrie ».

Le document no 1 est une carte postale en couleur, datant de 1914, illustrant le retour de l’Alsace à la France. L’organisation générale (la disposition des personnages qui ont l’air figé dans un étonnant arrêt sur image, le décor de type toile peinte, l’analogie historique, les tenues vestimentaires, les accessoires…) est caractéristique de l’imagerie populaire patriotique. Cette jeune femme en costume régional, c’est l’Alsace telle qu’on la représente à l’époque. Elle fait face, toute souriante, à un soldat français avec son képi et son pantalon rouge qui tient un drapeau tricolore dont elle recouvre ses épaules. À ses pieds, gît l’emblème de la présence allemande depuis 1870 : le poteau frontière surmonté d’un écusson avec un aigle impérial et l’inscription « Deutsches Reich » (Empire allemand). Au-dessus d’eux, on distingue dans un ciel nuageux une figure allégorique ailée (symbolisant la victoire) qui brandit un drapeau français. Elle regarde vers le haut où apparaissent des scènes de batailles héroïques (références à la participation des Alsaciens aux combats de la Révolution et à l’épopée impériale), et tend son bras vers le bas en direction des deux personnages, faisant ainsi le lien entre le passé et le présent.

Le document no 2 est une variante du précédent. Intitulé « En Alsace ! Le vrai plébiscite », il s’agit d’un dessin célèbre de Georges Scott daté du 2 août 1914 qui a fait la première page du journal L’Illustration (le 15 août) avant d’être reproduit en innombrables cartes postales et affiches. L’artiste l’a réalisé au moment de l’annonce de l’entrée des troupes françaises à Mulhouse. On y trouve à peu près les mêmes éléments que dans le document no 1. Cependant, cette fois, la malheureuse Alsace, enfin libérée du joug terrible que les Allemands faisaient peser sur elle, s’est jetée aux bras d’un jeune lieutenant français (peut-être d’origine alsacienne ? il faut en effet savoir que l’armée française comptait beaucoup d’officiers issus des territoires annexés) qui participe à l’assaut victorieux. Ce geste attendrissant veut signifier le grand attachement et la fidélité de l’Alsace à la France. Tandis qu’à l’arrière-plan d’intrépides soldats, baïonnette au canon, franchissent la frontière en chargeant, entraînés par un autre officier, sabre au clair.

Le document no 3 est une photographie prise durant le tournage d’un film de fiction. Peut-être Alerte ! (1918) de G. Pallu et E. Berny. Toujours est-il que la composition est absolument identique à celle du dessin de Georges Scott (document no 2) qui, de toute évidence, a servi de modèle. On peut noter un autre cas de figure tout à fait comparable : L’Anniversaire du traité de Francfort (mai 1918) réalisé par la Section cinématographique de l’armée française (SCA). Cette petite fiction[1] (5 min) sur le statut de l’Alsace depuis 1871 reprend, elle aussi, le dessin de Scott.

L’historiographie apporte la preuve que, dans l’acceptation de la guerre, en août 1914, le désir de reconquérir l’Alsace-Lorraine ou de prendre sa revanche sur l’Allemagne tiennent assez peu de place. Pourtant, les revendications françaises sur les provinces perdues refont surface immédiatement après les premiers combats.

Ce thème est le plus souvent utilisé sous forme d’images faisant l’objet de multiples tirages. Les documents ci-joints en donnent une idée saisissante. Jusqu’en 1916, de telles représentations sont probablement en accord avec les aspirations et la sensibilité de l’immense majorité des contemporains (on l’oublie trop souvent rétrospectivement). Les choses changent par la suite, et une large partie du public n’accepte plus ces images naïves et dépassées. Cependant, elles ne disparaîtront jamais totalement, prouvant combien certaines mentalités, malgré la durée de la guerre, résistèrent au changement.

Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.

François ROTH, La Guerre de 70, Paris, Fayard, 1990.

1. Le célèbre critique cinématographique Louis Delluc dénonça le côté grotesque de ce film : « Dernièrement on a projeté une folie de ce genre, à la gloire de l’Alsace je crois. L’Alsace en a vu d’autres. Tout de même, cette fille dépoitraillée, liée au poteau frontière, détachée par un poilu, ô symbole ingénu assaisonné de vieilles actualités de guerre ! Pour moi, je ne puis croire que la SCA y soit pour quelque chose. J’ai pensé plutôt à certains dessins joyeux qui, avant la guerre, symbolisaient parfois le goût parisien aux yeux des étrangers. Ces dessins venaient de Berlin. Les films dont je parle viennent de Paris. C’est chose plus triste à penser » (in Paris-Midi, 13 juillet 1918).

Laurent VÉRAY, « L’Alsace libérée », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/alsace-liberee

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Henri IV et la paix

Depuis 1562 la France est plongée dans des guerres de religion. La mort de François duc d’Anjou en 1584, dernier frère d’Henri III lui-même sans…

2e emprunt de la Défense nationale.

Les emprunts nationaux de 1916 et 1917

La Grande Guerre, une mise à l’épreuve des nations et des populations

Dès les premières semaines de la guerre, à l’automne 1914, les réserves de…

Les emprunts nationaux de 1916 et 1917
Les emprunts nationaux de 1916 et 1917

Allégorie de la régence d’Anne d’Autriche

La régence d’Anne d’Autriche

Si sa date de réalisation est attestée – 1648 –, on ignore à la fois qui a commandé la toile et son emplacement…

Louis XIII sous la figure d’Hercule

Commémorer une victoire contre l’Espagne

Cette œuvre est un portrait du roi Louis XIII en héros mythologique Héraclès-Hercule triomphant. Il s’…

Tombeau du maréchal Turenne (1611-1675)

Le tombeau de Turenne

Le tombeau d’un maréchal de France

Le 17 avril 1676, le neveu de Turenne, cardinal de Bouillon, passa commande d’un mausolée en mémoire de son…

L’apothéose d’Henri IV et la proclamation de la régence de Marie de Médicis

La pièce centrale de la galerie Rubens

Dans le programme préparatoire aux travaux de la galerie de Médicis, négocié en 1622 entre le célèbre…

La Défense de Paris

La défense de Paris

En obtenant la majorité au Sénat et le départ de Mac-Mahon, remplacé à l’Elysée par Jules Grévy, les républicains sont enfin…

Le dessous des cartes

La guerre pour de rire, ou l’optimisme illusoire de 1914

Au cours de l’été 1914, la mécanique des alliances croisées s’emballe et conduit en…

Le dessous des cartes
Le dessous des cartes
Le dessous des cartes

Portrait de Turenne en général romain

Un portrait à l’attribution incertaine

S’il l’identification du modèle ne fait pas de doute – il s’agit d’Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de…

Le mémorial du siège de Paris

Le siège de Paris

Décrété le 19 septembre 1870, le siège dure jusqu’à l’armistice du 28 janvier 1871. Le commandement allemand s’est installé à…