Le marquis de Louvois présente à Louis XIV le plan devant servir à la construction de l'hôtel des Invalides

Le marquis de Louvois présente à Louis XIV le plan devant servir à la construction de l'hôtel des Invalides

La Construction de l'hôtel des Invalides, 1674

La Construction de l'hôtel des Invalides, 1674

Le marquis de Louvois présente à Louis XIV le plan devant servir à la construction de l'hôtel des Invalides

Le marquis de Louvois présente à Louis XIV le plan devant servir à la construction de l'hôtel des Invalides

Auteur : DULIN Pierre

Lieu de conservation : musée de l’Armée (Paris)
site web

Date de création : entre 1710 et 1715

Date représentée : 1674

H. : 353 cm

L. : 578 cm

huile sur toile

© Paris, musée de l'Armée, dist. RMN - Grand Palais / Hubert Josse

lien vers l'image

06-502715 / Eb 20 ; MV 2100 ; INV4279 ; AC 1555

L’hôtel des Invalides

Date de publication : mai 2015

Auteur : Jean HUBAC

Une pièce d’un programme iconographique politique

Voulue par Louis XIV, l’édification de l’hôtel des Invalides au sud-ouest de Paris est commandée par le ministre de la guerre Louvois et confiée à l’architecte Libéral Bruant en 1670. La construction dure plusieurs années. En avril 1674, le roi promulgue un édit fondant l’hôtel royal des Invalides « pour le logement, subsistance &

La fondation des Invalides bénie des dieux

Une scène centrale légèrement surélevée divise la toile en deux parties. À gauche, devant un groupe de cavaliers sur fond de campagne se détachent deux hommes en perruque. Il s’agit des deux architectes successifs, Libéral Bruand (à gauche) et Jules Hardouin-Mansart (à droite). À droite, un groupe de soldats et officiers blessés sont conduits par la Victoire ailée porteuse d’une couronne de laurier vers la scène centrale. À l’arrière-plan, l’hôtel royal est encore en construction, mais le dôme de l’église est achevé.

À la jonction de ces deux mondes, celui des soldats valides (la guerre), et celui des soldats estropiés (retour à la paix), un groupe de trois courtisans entoure le roi et le ministre de la guerre. Louvois, au centre exact de la toile, montre le plan des Invalides à Louis XIV, dont la grande taille, le port du chapeau et de la canne, le cordon de l’ordre du Saint-Esprit ainsi que la mise en lumière témoignent de sa souveraineté. Entre les courtisans en perruque et les cavaliers, les généraux victorieux Turenne et le prince de Condé semblent constituer un trait d’union symbolique entre la cour et la guerre.
Une déesse antique et trois allégories se mêlent aux hommes et montrent que l’entreprise royale bénéficie des auspices divins. Minerve, déesse casquée de la guerre et de l’intelligence, soutient l’entreprise de Louvois ; la Victoire mène les invalides ; la Renommée brandit l’oriflamme et sonne de la trompette dans un nuage qui sépare l’arrière-plan en deux ; la femme portant le plan est peut-être une allégorie de l’architecture.

Louis XIV entre guerre et paix

La fondation de l’hôtel des Invalides correspond à la reconnaissance par le roi de la contribution des soldats à sa gloire militaire. La thématique de la sollicitude de Louis XIV envers ses soldats est courante dans l’iconographie du règne et vient contrebalancer l’image d’un roi avide de gloire personnelle et prompt à récompenser les seuls généraux. Louis XIV apparaît ici davantage encore en roi de paix soucieux de la réintégration des soldats invalides qu’en roi de guerre victorieux. Il illustre deux vertus, la charité et la justice, tout en contribuant indistinctement à son propre prestige et à celui de son royaume. L’image martiale du roi de guerre est ainsi détournée au profit d’une mise en scène délibérément plus positive du roi préoccupé par le sort de ses sujets.

Il faut prouver dix années de service pour accéder aux Invalides. La vie des quatre mille pensionnaires admis sur dossier y respecte l’ordre militaire et la rigueur religieuse. La place de l’église est au centre de l’ensemble architectural. On y distingue deux accès : intérieur pour les estropiés et extérieur pour le roi. Cette place caractérise les Invalides comme lieu de salut pour les soldats mais aussi pour le roi, afin de racheter leur sacrifice. En assurant une fin de vie décente à une partie (dérisoire il faut l’admettre…) de ses anciens soldats, le roi répond à un impératif social, alors que le poids de la guerre sur les populations est croissant.

Par la relégation physique à l’arrière-plan des généraux, aussi prestigieux fussent-ils (Condé et Turenne), au profit du ministre Louvois, l’artiste rend compte du passage d’un âge guerrier de l’héroïsme et de la bravoure au feu à un âge militaire dominé par la technique et logistique, et dirigé depuis les bureaux de Versailles.

CORNETTE Joël, Le roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque historique », 1993.

MURATORI-PHILIP Anne, « Invalides », dans BLUCHE François (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de l’histoire », 2005 (1re éd. 1990), p. 767-769.

SABATIER Gérard, Versailles ou la Figure du roi, Paris, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel de l’histoire », 1999.

SARMANT Thierry, Les demeures du Soleil : Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques », 2003.

Jean HUBAC, « L’hôtel des Invalides », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/hotel-invalides

Anonyme (non vérifié)

C'est toujours fascinant de voir qu'un simple tableau possède autant de symboles. Toujours est-il que les Invalides sont mine de rien un lieu important dans l'histoire de France.

jeu 20/08/2015 - 16:27 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Mort de saint Louis devant Tunis Rouget Georges (1783-1869) ,  peintre

Mort de Saint Louis devant Tunis

Un saint dynastique mort en croisade célébré sous la Restauration

Présentée au Salon de 1817, l’œuvre de Georges Rouget, élève de Jacques Louis…

Fondation de l’Académie royale de peinture et de sculpture

Une fondation allégorique

L’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648 sous l’impulsion d’une douzaine de peintres autour…

La Grande Mademoiselle

Un portrait allégorique

Les portraits d’Anne-Marie-Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier, dite la Grande Mademoiselle, sont nombreux et les…

Alexandre dans la tente de Darius

Ce tableau a été peint, vraisemblablement, à la fin de l’année 1660. Charles Le Brun logeait à Fontainebleau, à proximité du roi, et Louis XIV «…

 Etablissement de l'Académie des sciences et fondation de l'Observatoire, 1666

Colbert présente à Louis XIV les membres de l’Académie royale des sciences

Le règne de Louis XIV est marqué par une centralisation de toutes les formes de création artistique et intellectuelle au service du prince. Cette…

Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Roi de guerre, roi-soleil, Louis XIV se veut aussi le protecteur des arts et des sciences. D’autant que le jeune monarque, né en 1638, de l’union…

Livre : Les plaisirs de l'Isle enchantée en 1664

Les plaisirs de l’Isle enchantée

La fête royale

Véhicule de la gloire du roi, la gravure est utilisée pour diffuser dans un format raisonnable et à un prix relativement…

Les plaisirs de l’Isle enchantée
Les plaisirs de l’Isle enchantée

Portrait du cardinal Mazarin

Le portrait de Mazarin a été commandé à Pierre Mignard. L’artiste, après un séjour à Rome où il s’est fait une grande réputation, a été rappelé en…

Madame de Montespan

Un portrait de cour

La date de cette peinture est incertaine. On peut proposer un intervalle grâce aux dates de naissance des enfants :…

Madame de Montespan
Madame de Montespan
Portrait mythologique de la famille de Louis XIV

Portrait mythologique de la famille de Louis XIV

Un ambitieux portrait mythologique

On ignore qui commande cette grande toile au peintre Jean Nocret, mais des témoins contemporains expliquent qu…