Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870.

Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870.

Date de création : 1872

Date représentée : 21 décembre 1870

H. : 115 cm

L. : 165,5 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais (Château de Versailles) / Franck Raux

Lien vers l'image

MV 8327 - 15-538643

Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870

Date de publication : Août 2005

Auteur : Jérémie BENOÎT

La défaite de l’armée de Napoléon III à Sedan (Mac-Mahon) et à Metz (Bazaine) à l’automne 1870 provoqua l’effondrement du Second Empire et la proclamation, le 4 septembre 1870, de la IIIe République. Le gouvernement de la Défense nationale tenta alors de poursuivre la lutte contre la Prusse dont l’armée bloqua Paris. Plusieurs combats se déroulèrent pour débloquer la capitale, à Champigny, au Bourget, à Buzenval, tandis que des armées distinctes rapidement reformées tentaient de reprendre l’offensive sur la Loire, dans le Nord, dans l’Est, mais sans succès. La proclamation de l’empire allemand dans la galerie des Glaces à Versailles le 18 janvier 1871 et la signature de l’armistice le 28 janvier marquèrent le triomphe de l’armée prussienne.

Spécialiste de la peinture militaire, Alphonse de Neuville avait participé à la guerre franco-prussienne. C’est donc en connaissance de cause qu’il peignit plusieurs scènes de combat comme les Dernières cartouches (1873, maison de la Dernière Cartouche, Bazeilles), la Défense de la porte de Longboyau (1879, musée de l’Armée) ou le Cimetière de Saint-Privat (1881, musée d’Orsay). Ces œuvres dramatiques montrent les efforts désespérés des Français pour tenter d’enrayer l’avancée de l’armée prussienne. Avec ce Bivouac après le combat du Bourget, de Neuville rompt avec ces scènes de combat pour relater la vie quotidienne des soldats durant la guerre. Sous un ciel plombé, par un froid intense, les soldats campent à côté d’une maison détruite par le feu lors des combats du Bourget (28-30 novembre). Ils se réchauffent comme ils le peuvent sous des couvertures devant des feux de bivouac. Certains improvisent un repas ; d’autres se sont laissé gagner par le sommeil. C’est toute la misère désespérée d’une guerre perdue d’avance qui est dépeinte ici. Les soldats ne croient plus à rien et espèrent seulement sauver l’honneur de la France. Scène de vie quotidienne plutôt que scène de guerre, ce tableau montre l’effondrement militaire aussi bien que moral. À droite, un spahi caracolant révèle que de Neuville fut un temps l’élève de Delacroix.

Ayant tout le sentiment d’une scène vécue, ce tableau annonce les thèmes des panoramas que de Neuville peindra quelques années plus tard, comme celui du Combat de Champigny (1882). Dans ces peintures, de Neuville fait œuvre d’historien, relatant les épisodes guerriers sans qu’aucun coup d’éclat apparaisse. Comparé à ses œuvres les plus célèbres, violentes scènes de combat destinées à raviver la flamme de la résistance nationale, actes héroïques, ce tableau évoque plutôt l’extrême abandon d’une armée parfaitement disciplinée, mais dont les ultimes efforts ne sont jamais couronnés de succès, suscitant une profonde amertume. Pour la première fois, ce n’est plus le héros, souverain, général, qui est peint, c’est le soldat, le soldat dont l’esprit de résistance a largement dépassé celui de ses chefs politiques ou militaires. Il a pris son destin en main, et c’est de lui que dépend une victoire inaccessible. C’est lui que peint de Neuville, et lui seul, dans sa détermination patriotique comme dans sa misère. Mais il ne se plaint pas, il reste debout dans l’adversité, suscitant l’admiration parmi les visiteurs du Salon de 1872. Pas de désespoir en effet dans cette peinture, mais une inébranlable ténacité de la part de ces soldats qui ont improvisé un bivouac.

Stéphane AUDOUIN-ROUZEAU, 1870.La France dans la guerre, Paris, A.Colin, 1989.

Jérémie BENOÎT, « Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/bivouac-apres-combat-bourget-21-decembre-1870

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La déshumanisation des soldats

Pendant les hostilités de 1914 à 1918, dans tous les pays belligérants, les peintres, comme la grande majorité des artistes et des intellectuels,…

Aux Eparges, avril 1915

La guerre de positions, qui succéda rapidement à la guerre de mouvements de l’été et de l’automne 1914, fit perdre tout espoir de gloire. Le soldat,…

La campagne de France, 1814

Après la désastreuse campagne de Russie, l’armée française, exsangue, connut encore de beaux succès lors de la campagne de Saxe du printemps 1813…

Louis XIV couronné par la Victoire

La guerre de Hollande (1672-1678) menée par Louis XIV contre les Provinces-Unies (les Pays-Bas actuels) relève de plusieurs causes, mais la…

Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918

Les conditions nouvelles de la guerre infligent des violences innombrables et terribles aux soldats. Le champ de bataille est un immense charnier.…
Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918
Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918

Soldats de la Première République

Raffet est surtout connu comme lithographe et reconnu comme l’illustrateur fondateur de la légende napoléonienne. Attentif aux petits faits qui…

La Fronde

La Fronde des princes et le contrôle de Paris

Depuis 1648, le ministère du cardinal Mazarin, appuyé par la régente Anne d’Autriche, mère du jeune…

Le « D Day »

Le débarquement du 6 juin 1944 en images

Le débarquement des troupes alliées en Normandie débute le 6 juin 1944. Durant la nuit, plus de 200 000…

La mobilisation des dreyfusards

Les rebondissements de l’Affaire

L’arrestation et la condamnation d’un officier juif français, Alfred Dreyfus, en décembre 1894, suite à la…

Une vision sociale de l'armée

La pauvreté et la malnutrition dans la France de la IIIe République

Dans la société française du XIXe siècle, les inégalités sont encore criantes…