Mort du marquis de Montcalm au combat de Québec le 13 septembre 1759

Mort du marquis de Montcalm au combat de Québec le 13 septembre 1759

Date de création : 1783

Date représentée : 13 septembre 1759

H. : 50,2 cm

L. : 63 cm

eau-forte et burin d'après une œuvre de François WATTEAU (1758-1823)

© RMN - Grand Palais (château de Versailles) / droits réservés

lien vers l'image

79-007041 / invgravures5382

Le marquis de Montcalm, héros de la guerre de Sept Ans

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Pascal DUPUY

Louis-Joseph de Montcalm de Saint-Véran est né le 28 février 1712 au château de Candiac, à proximité de Nîmes. Issu d’une famille de la vieille noblesse provinciale, Louis-Joseph épouse en octobre 1736 une jeune femme appartenant à deux des plus anciennes et puissantes familles de la noblesse de robe et du Parlement de Paris. Son mariage lui assure relations et moyens financiers. Très jeune, il est initié au métier des armes et, grâce à son père, devient lieutenant-colonel du régiment de Hainault, un régiment d’infanterie.

Après avoir dirigé une compagnie lors de la guerre de succession de Pologne, le jeune homme participe à la guerre de succession d’Autriche, au cours de laquelle il est blessé. Peu de temps après, en 1741, il obtient la charge de colonel du régiment d’Auxerrois, puis est fait chevalier de l’ordre de Saint-Louis.

À trente et un ans, sa carrière semble promise à un bel avenir. En janvier 1756, M. d’Argenson, ministre de la Guerre, le fait désigner commandant des troupes de Sa Majesté dans l’Amérique septentrionale. Cinq mois plus tard, il appareille au Canada ; il atteint Québec le 13 mai, puis Montréal le 16.

La guerre de Sept Ans (1), qui éclate entre la France, l’Autriche et la Russie d’un côté et l’Angleterre et la Prusse de l’autre, lui permet de s’illustrer. Montcalm participe activement au conflit et défend avec courage les intérêts français au Canada. Il meurt le 14 septembre 1759 lors de la bataille de Québec, devant les troupes anglaises commandées par James Wolfe, un autre jeune général qui y est tué lui aussi. Les deux hommes deviennent alors les figures héroïques de la mémoire militaire française et britannique.

Cette estampe en contrepartie évoquant la mort tragique du marquis de Montcalm est tirée d’un dessin longtemps attribué à Louis Watteau (1731-1798). En réalité, le lavis brun et gris sur dessin à la pierre noire et à la sanguine avec rehauts de craie blanche, conservé à la National Gallery of Canada (Ottawa), a été réalisé en 1782 puis exposé au Salon de Lille en 1783 par François Watteau (1758-1823), fils du précédent et petit-neveu d’Antoine Watteau (1684-1721), célèbre peintre du début du XVIIIe siècle.

Le dessin a été gravé par Juste Chevillet en 1783, puis un an plus tard par P.-A. Martini, les deux estampes établissant sa renommée. Mais cette reconnaissance, le dessin et la gravure la doivent à une autre estampe, très populaire dans toute l’Europe, de William Woollett (1735-1785), réalisée en 1776 d’après le célèbre tableau de Benjamin West (1738-1820), La Mort du général Wolfe (1770, National Gallery of Canada). Dans cette œuvre, West s’affranchit d’un certain nombre de conventions et, en rejetant le costume antique traditionnel au profit de l’uniforme du XVIIIe siècle, a contemporanéisé la peinture d’histoire à un degré jusque-là rarement atteint.

Comme West, Watteau a composé son œuvre à partir d’un groupe d’hommes recueillis devant le corps du chef militaire mourant. Si Woollett a gravé fidèlement le tableau original de West, Chevillet comme Martini ont quant à eux respecté la composition générale du dessin, tout en en modifiant de nombreux détails.

Le dessin de Watteau et le tableau de West encouragent le sentiment patriotique français et britannique. Au regard du succès de l’œuvre de West, on peut raisonnablement avancer que Watteau a souhaité établir « un contrepoids français et patriotique de la planche anglaise » (Gaëtane Maës), alors que la guerre d’indépendance américaine était sur le point de se terminer.

Le dessin de Watteau développe un sentiment expressif bien plus marqué que le tableau de West qui, lui, est davantage fondé sur le recueillement. Les soldats français témoignent de manière très expressive et théâtrale leur anxiété et leur chagrin : un aide de camp vient recueillir les dernières paroles du jeune général, tandis qu’au loin, la bataille est toujours âprement engagée.

Probablement dans un souci d’exotisme, le graveur a ajouté un palmier devant la tente du général, en une touche pour le moins insolite. De même, peut-être pour évoquer le tableau de West, Chevillet a représenté aux pieds de Montcalm deux amérindiens dégageant des éclats de boulets. Il a été avancé que Watteau aurait recueilli auprès d’anciens officiers des détails sur les circonstances de la mort de Montcalm. Si certains éléments corroborent ceci, l’artiste a cependant, dans un parti pris de grandiloquence, fait mourir son héros sur le champ de bataille, alors que son décès a eu lieu dans une maison de Québec où il avait été transporté. Mais la vérité historique importait peu à Watteau, qui a avant tout cherché à mettre en évidence le courage et la détermination du héros.

COLLECTIF, Conflits de sociétés au Canada français pendant la guerre de Sept Ans et leur influence sur les opérations, actes de colloque (Ottawa, 1978), Vincennes, Service historique de l’armée de terre, 1978.

DZIEMBOWSKI Edmond, Un nouveau patriotisme français (1750-1770) : la France face à la puissance anglaise à l’époque de la guerre de Sept Ans, Oxford, Voltaire Foundation, coll. « Studies on Voltaire and the Eighteenth Century » (no 365), 1998.

MAËS Gaëtane, Les Watteau de Lille : Louis Watteau (1731-1798), François Watteau (1758-1823), Paris, Arthéna, 1998.

Pascal DUPUY, « Le marquis de Montcalm, héros de la guerre de Sept Ans », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 19/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/marquis-montcalm-heros-guerre-sept-ans

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La campagne de Russie, 1812

Au printemps 1812 Napoléon rassemble une armée de 600 000 hommes, dont la moitié provient des pays vassaux, appelée l’armée des vingt nations par…

La campagne de Russie, 1812
La campagne de Russie, 1812
Lord Horatio Nelson (1758-1805), amiral mort à la bataille navale de Trafalgar

La bataille de Trafalgar

De la paix à la guerre

Instigatrice de la plupart des ligues contre la France révolutionnaire puis napoléonienne, l’Angleterre signe le 25 mars…

La bataille de Trafalgar
La bataille de Trafalgar

Les tirailleurs marocains

Les troupes coloniales marocaines dans « la seconde bataille de la Marne »

Libérées du front de l’est par le traité de Brest-Litovsk (1917) qui…

Verdun

Alors que la situation militaire de l’Allemagne s’est beaucoup améliorée à la fin de l’année 1915, le général von Falkenhayn décide de « saigner à…

La prise d'Alger

Les débuts de la conquête de l’Algérie

Depuis longtemps la France, comme les autres puissances européennes, avait eu à souffrir du gouvernement…

Guerre de Vendée

A l’automne 1793, la Terreur, institution administrative et judiciaire décrétée par la Convention nationale pour épurer le pays de ses ennemis…

Le Fort de Douaumont, lieu d'Histoire, site de mémoire

Douaumont en 1916, un résumé de la bataille de Verdun

Douaumont, clef de voûte du réseau de fortifications de la région de Verdun et point d’…

Le Fort de Douaumont, lieu d'Histoire, site de mémoire
Le Fort de Douaumont, lieu d'Histoire, site de mémoire

La guerre russo-turque

« L’imagerie nouvelle » et les « actualités » ou le récit de la guerre russo-turque en images

Prenant le relais des anciennes illustrations, les…

La guerre russo-turque
La guerre russo-turque

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour

Une bataille de la Renaissance par un peintre troubadour pour servir la monarchie de Juillet

Dans le but de concilier les héritages…

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour
Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour

Verdun

La guerre de 1914-1918 a fortement marqué les peintres comme la grande majorité des artistes et intellectuels de l’époque. Qu’ils soient mobilisés…