Premiers essais du traitement du cancer par les rayons X.

Premiers essais du traitement du cancer par les rayons X.

Date de création : 1907

Date représentée : 1907

H. : 0

L. : 0

Huile sur toile

© Cliché Archives, Assistance publique, Paris.

Musée de l'Assistance Publique

Naissance de la radiothérapie

Date de publication : Septembre 2004

Auteur : Anne NARDIN

Naissance de la radiothérapie

Naissance de la radiothérapie

Il aura fallu moins d’un an entre la découverte des rayons X par le physicien allemand Conrad Röntgen (1845-1923), en novembre 1895, et les premières tentatives d’applications médicales à des fins thérapeutiques, en juillet 1896. La nouvelle s’est répandue dans le monde occidental comme une traînée de poudre. C’est aussitôt l’effervescence, car ces rayons qui permettent de voir à l’intérieur des corps – et des corps vivants – enflamment l’imagination et la curiosité des médecins. Pour la médecine clinique du XIXe siècle, voir c’est comprendre. La radioscopie et la radiographie ouvrent soudain de nouvelles perspectives dans le domaine du diagnostic : immédiat, sûr et précis. Puis les propriétés de ces rayons, capables de détruire les tissus malades, sont exploitées à des fins thérapeutiques : c’est la radiothérapie, dont la principale application porte sur les tumeurs cancéreuses. La radiologie ouvre une ère nouvelle, celle de l’imagerie médicale, qui va révolutionner les pratiques médicales, les résultats de la lutte contre la maladie et aussi, un jour, les attentes des patients.

Le médecin radiologue, grand ordonnateur de cette scène, est aussi le peintre du tableau. Pendant ses études à l’Ecole des Beaux-Arts, Georges Chicotot s’est passionné pour l’anatomie au point d’entreprendre des études de médecine, tout en poursuivant son activité de peintre (il expose chaque année au Salon des artistes français de 1877 à 1913). Après sa thèse, en 1899, il débute à l’hôpital Broca et devient chef du laboratoire de radiologie en 1908. C’est avec l’objectivité et la précision d’un homme de science qu’il dépeint une scène ordinaire de la vie des pionniers de cette nouvelle spécialité, « à une époque où la radiologie était à son enfance ». Son projet est d’en donner une représentation fidèle, à visée descriptive, dans l’intention de laisser des « documents pour l’avenir ». « Ce ne sont pas des tableaux de salon mondain », tient-il encore à préciser.
La composition est soumise à une discipline géométrique. A droite, la verticale du personnage principal. A gauche, un deuxième axe vertical qui occupe la moitié supérieure du tableau sur deux plans successifs : l’ampoule radiogène placée dans un tube de Crookes (monté sur un pied articulé) et, contre le mur, un meuble sur lequel apparaissent des voyants de contrôle. Entre ces deux verticales, et tel un trait d’union, la patiente allongée. Le « quadrillage » est encore souligné par les lignes horizontales et verticales des meubles de la pièce. Cette objectivité froide ne dit rien de l’étrangeté de « l’opération radiologique » (comme on disait alors) vécue, d’après les témoignages de l’époque, comme un événement impressionnant : la salle était plongée dans le noir, l’ampoule radiogène émettait une lueur jaune-vert (et l’on comprend ainsi le choix de la gamme chromatique utilisée par le peintre), l’action du moteur s’accompagnait de grésillements et de grondements, enfin les étincelles produites dégageaient une odeur acide et écœurante d’ozone. Mais la patiente semble dormir et son angoisse restera une énigme, car le peintre a choisi de mettre l’accent sur la parfaite maîtrise de l’opération.

Nous ne pouvons que nous étonner aujourd’hui, devant cette scène, de l’absence totale de protection de la malade et du radiologue, tous deux exposés à des rayonnements dangereux. Mais l’époque est encore celle des premiers balbutiements : Chicotot tient dans sa main droite un chalumeau à gaz, destiné à réguler la haute tension du courant qui traverse l’ampoule ; dans le même temps, il contrôle le temps d’exposition avec sa montre (30 minutes en 1897, mais déjà plus que 10 secondes en 1899). Et s’il a la coquetterie de conserver son chapeau haut de forme (signe distinctif de sa qualité de « patron » à une époque où par souci d’hygiénisme tous les médecins sont désormais en blouse blanche), a-t-il accordé suffisamment d’attention à la publication en 1904 du Dr Antoine Béclère (le « père de la radiologie française ») : Moyens de la protection du médecin et des malades contre l’action nocive de nouvelles radiations, où l’auteur préconise les premières règles à adopter ? Les paravents et cabines doublées de plomb, les tabliers, lunettes et gants protecteurs ont commencé à apparaître en Allemagne. Ces règles ne deviendront obligatoires qu’en 1922. Comme beaucoup de radiologues, Chicotot est mort des suites d’une radiothermie[1].

Les Rayons de la vie. Une histoire des applications médicales des rayons X et de la radioactivité en France, 1895-1930catalogue de l’exposition du musée de l’Institut Curie, 11 sept. – 31 déc. 1998, Paris, 1998 Pr Guy PALLARDY, Marie-José PALLARDY et Auguste WACKENHEIMHistoire illustrée de la radiologieParis, Editions Roger Dacosta, 1989

Anne NARDIN, « Naissance de la radiothérapie », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 19/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/naissance-radiotherapie

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le sauvetage des malades de l'hôpital de l'Ancienne Charité

L’inondation et l’évacuation de l’hôpital de l’Ancienne Charité

Du 20 au 29 janvier 1910, la ville de Paris subit une crue centenaire de la Seine,…

Progrès de la médecine infantile

A l’aube du XXe siècle, la médecine des enfants semble entrer dans une ère nouvelle, qui va enfin permettre le recul de la mortalité infantile,…

Naissance de la puériculture

A la fin du XIXe siècle, l'émergence et la reconnaissance de spécialités marquent l'histoire de la médecine. Ce mouvement doit autant à l'évolution…
Naissance de la puériculture
Naissance de la puériculture
Naissance de la puériculture

1er mai 1891 : la fusillade de Fourmies

La fusillade de Fourmies

Le 1er mai 1891, pour la deuxième fois, les organisations ouvrières du monde entier se préparent à agir par…

1<sup>er</sup> mai 1891 : la fusillade de Fourmies
1<sup>er</sup> mai 1891 : la fusillade de Fourmies
1<sup>er</sup> mai 1891 : la fusillade de Fourmies
1<sup>er</sup> mai 1891 : la fusillade de Fourmies
Extérieur d'un hôpital militaire, dit Les Français en Italie

Extérieur d'un hôpital militaire, dit Les Français en Italie

Désireuse de se voir reconnaître la frontière du Rhin, la France poursuit durant le Directoire la guerre contre l’Autriche et l’Angleterre tout en…

Naissance de la radiothérapie

Il aura fallu moins d’un an entre la découverte des rayons X par le physicien allemand Conrad Röntgen (1845-1923), en novembre 1895, et les…

Le docteur Pinel faisant tomber les chaînes des aliénés

Approche historique de la folie

Né dans une famille de chirurgiens, le plus illustre des aliénistes français, Philippe Pinel (1745-1826), est reçu docteur de la faculté de…

Corps du soldat et corps de la nation

La guerre médicale

Jamais auparavant une catastrophe humanitaire d’une telle ampleur n’avait été créée par l’homme. Les légions de tués, les…

Corps du soldat et corps de la nation
Corps du soldat et corps de la nation
Corps du soldat et corps de la nation

La visite de Napoléon à l'infirmerie de l'Hôtel des Invalides

Les blessés étaient un souci permanent de Napoléon, bien qu’en réalité il fît assez peu pour soulager leur détresse. Percy, chirurgien en chef de…

Le choléra à Amiens (1866)

Entre l’été 1865 et l’hiver 1866, le choléra fit son apparition dans de nombreuses régions de France. Ce fut l’épidémie la plus grave depuis 1832…

Le choléra à Amiens (1866)
Le choléra à Amiens (1866)
Le choléra à Amiens (1866)