Une sentinelle allemande devant le château de Chambord.

Une sentinelle allemande devant le château de Chambord.

Date de création : 1940

Date représentée : 1940

H. : 0

L. : 0

Photographie

© BPK, Berlin, Dist. RMN-GP - Hanns Hubmann

http://www.photo.rmn.fr

09-515657 / Hu U/2034-4

L’Occupation en symbole

Date de publication : Mars 2012

Auteur : Alexandre SUMPF

Le château de Chambord sous l’Occupation

Dès avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le château de Chambord est choisi pour mettre de nombreuses pièces d’art des collections françaises à l’abri d’éventuels bombardements. Après la victoire nazie et durant toute l’Occupation, Chambord demeure un centre de triage et d’accueil d’œuvres, constituant le principal dépôt des musées nationaux de 1939 à 1945.

Comme de nombreux monuments historiques ou lieux symboliques de la zone occupée, le château est placé sous le contrôle direct des nazis et devient un lieu de pouvoir stratégique et symbolique, protégé comme le montre la photographie « Une sentinelle allemande devant le château de Chambord », prise par Hanns Hubmann à l’automne 1940.
Photographe et journaliste proche du régime, Hubmann a suivi la campagne militaire allemande en France, avant de réaliser de nombreuses images des débuts de l’Occupation, qui accompagnent souvent des films d’actualités ou des films de commande du régime. Si de telles photographies ont évidemment une fonction de propagande (surtout auprès du public allemand), elles ont aussi la valeur documentaire propre au photojournalisme et au reportage de guerre.

Caméra embarquée

Composé sur trois niveaux de profondeur, le cliché « Une sentinelle allemande devant le château de Chambord » a été pris depuis le véhicule dans lequel a embarqué le photographe.

Au premier plan à droite, une roue et le rétroviseur de la voiture à l’arrêt signalent la place qu’occupe le reporter. Au second plan, une jeune sentinelle a stoppé (et/ou salué) l’équipage. Vêtu d’un uniforme de simple soldat et armé d’un fusil, l’homme fixe l’objectif (et donc le spectateur), un léger sourire aux lèvres. Au troisième plan, l’esplanade (quasi déserte, une seule silhouette apparaissant près de l’entrée), puis la façade principale du château lui-même.

Bénéficiant d’une luminosité assez exceptionnelle, le photographe joue du contraste entre blancheur (du sol et de la pierre du château) et tons plus sombres (uniforme de la sentinelle et détails du véhicule) pour renforcer la disposition et la structure découlant de la prise de vue.

Le réel et le classique

Dans cette photographie, la situation d’occupation n’est signalée que par le soldat qui fait signe au conducteur. Seul, il devrait en effet apparaître presque anodin en comparaison du vaste panorama dessiné par l’esplanade et la façade du château. Ces derniers ne portant aucune marque inhabituelle, l’identité du monument (symbolisée par cette vue « classique ») serait donc comme inchangée par le caractère spécifique du contexte.

Pourtant, la manière dont Hubmann représente la scène suggère au contraire que l’actualité (les Allemands ont investi les lieux) prime sur l’histoire du lieu. Cadrées d’assez près, la sentinelle et la voiture sont en effet les véritables sujets du cliché, dont elles occupent l’espace central, reléguant l’édifice au second plan (au sens propre et figuré). Chambord devient ainsi une sorte de repère, un lieu qui permet de symboliser l’occupation de la France plutôt que de renvoyer à lui-même ou de faire référence à François Ier. La sentinelle « s’oppose » et « s’impose » ainsi au château, comme symbole de la domination (aisée et tranquille) de l’occupant allemand sur la culture française.

Par une sorte de juxtaposition de plans et de tons, le soldat et les éléments du véhicule opposent leur modernité et leur réalité immédiate, (carrosserie bien lustrée, uniforme, fusil) au château Renaissance. Presque facile et insouciante (voir le visage détendu du soldat, et le fait qu’il soit seul pour garder le passage), cette occupation n’est donc pas pour autant insignifiante : « Une sentinelle allemande devant le château de Chambord » renvoie bien à la présence victorieuse et tranquille de la modernité militaire, concrète et technique sur un territoire à la culture dépassée.

AZEMA, Jean-Pierre, De Munich à la Libération, 1938-1944, Paris, Éditions du Seuil, 1979.AZEMA, Jean-Pierre et WIEVIORKA, Olivier, Vichy, 1940-1944, Paris, Perrin, 1997.CORCY, Stéphanie, La vie culturelle sous l’occupation, Paris, Perrin, 2005.LABORIE, Pierre, Les Français sous Vichy et l'Occupation, Paris, Milan, 2003 PAXTON, Robert, La France de Vichy, 1940-44, Paris, Éditions du Seuil, 1973.

Alexandre SUMPF, « L’Occupation en symbole », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 07/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/occupation-symbole

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Célébrations du trentième anniversaire de la révolution russe de 1917

L’ombre de Staline sur la révolution d’Octobre

Le communisme triomphant

Les artistes ont fait le choix plus ou moins précoce de soutenir le régime. Né en 1917, Evgueni Khaldeï n’a pas eu à se…

Bruno Lohse et Hermann Goering

Le marché de l’art à Paris sous l’Occupation

Le fait est avéré, pour ne pas dire indéniable : le marché de l’art à Paris sous l’occupation…

Adolf Hitler devant les cercueils des sept victimes de l'attentat du 8 novembre 1939

Tentatives d’assassinat contre Hitler

Attentats et propagande

Si plusieurs attentats ont été organisés contre Hitler de 1938 à 1945, les deux plus marquants sont incontestablement…

Tentatives d’assassinat contre Hitler
Tentatives d’assassinat contre Hitler

Hitler dresse le cousin russe

Le pacte germano-soviétique en France

Le 23 août 1939, l’URSS et le IIIe Reich concluent le Traité de non-agression entre l’Allemagne…

Patrouille commune d'un gendarme français et d'un militaire allemand Grimm Arthur (1908-1948)

La collaboration de la police et de la gendarmerie françaises

La police et gendarmerie françaises pendant l’occupation

À la suite de l’armistice du 22 juin 1940 et plus encore après l’entrevue de Montoire…

photographie ; l'équipe anglaise fait le salut hitlérien (de gauche à droite : Bastin, Robinson, Gouldon, Sprosten, Mattews, Welsh, Willingham, Youg, Broome, Woodley et Hapgood)

Faute de main

Sport et propagande

Le 15 mai 1938, certains journaux allemands et britanniques consacrent leur une à un événement sportif dépassé par son enjeu…

Angelus Militans - Paul Klee

L’"Ange soldat" de Paul Klee

En exil sur sa terre natale

En 1940, Paul Klee est un artiste exilé dans le pays qui l’a vu naître soixante et un ans plus tôt. Né Allemand en…

Hitler à Paris

La « Blitz Besuch » (visite éclair)

L’armistice franco-allemand est signé le 22 juin 1940. La moitié nord et la côte atlantique du territoire…

Hitler à Paris
Hitler à Paris

L'exposition d'art dégénéré en 1937

La condamnation de l’art moderne par les nazis

Pris lors de l’exposition Entartete Kunst organisée en 1937 à Munich par les nazis, ce cliché du mur…

Rose Valland à la veille de la Seconde Guerre mondiale

Une chargée de mission bénévole au musée du Jeu de Paume

En mai 1935, Rose Valland (1898-1980) seconde le conservateur André Dézarrois (1889-1979…