Jules Grévy.

Jules Grévy.

Auteur : BONNAT Léon

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1880

Date représentée :

H. : 111 cm

L. : 147 cm

Huile sur toile

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

 DO 1986 15, MV 6301 - 05-510925

Portrait officiel du président Jules Grévy

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Dominique LOBSTEIN

Jules Grévy (Mont-sous-Vaudrey, Jura, 1807-idem, 1891) fut avocat avant d’entamer une carrière politique à la suite de la Révolution de 1848. Il y met fin après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, mais réintègre le Corps législatif en 1868 où il siège dans l’opposition. Hostile à la déclaration de guerre à l’Allemagne en 1870, il se range après la défaite parmi les républicains modérés. Il est député à l’Assemblée nationale réfugiée à Bordeaux en février 1871, puis Président de la Chambre des députés en 1876. Il devient président de la République en 1879, est réélu en 1885 et conserve ce poste jusqu’en 1887, date à laquelle il est obligé de démissionner suite au scandale du trafic de décorations auquel est mêlé son gendre Daniel Wilson.

Nouvellement élu, Jules Grévy doit poser pour un portrait officiel. Léon Bonnat, représentant actif et symbole même de l’art académique et officiel, portraitiste renommé et abondant, est chargé de cette commande exposée au Salon des Artistes français de 1880.

Ce portrait d’une précision quasi photographique qui le représente debout et de face, dans une pose hiératique, sur un fond sombre et indistinct, a été largement commenté en termes négatifs. Philippe de Chennevières, tenant de la tradition, qui exerça de hautes responsabilités dans le domaine artistique écrit dans la Gazette des Beaux-Arts : « Aspirant à donner au portrait de M. Grévy une attitude de gravité souveraine, un caractère d’austérité raide et imperturbable, sans sortir de la réalité moderne, il [Bonnat] n’est arrivé qu’à exprimer la dignité imposante d’un président de tribunal civil de province qui viserait au majestueux. » Lui fait écho le compte rendu de l’écrivain J.-K. Huysmans, favorable aux courants novateurs, qui publie dans L’Art moderne : « Que dire du portrait de M. Grévy, posé comme un manche à balai, sur le fond sombre et encore éclairé, d’en haut, sans doute par un châssis qui laisse s’égoutter des lueurs bleuâtres sur le front, sur les mains brossées avec mille simagrées de retouches, avec mille préciosités de détails. C’est le portrait le plus illettré et la rubrique la plus absolue, c’est de l’adresse manuelle, du travail soigné de contremaître, et voilà tout. »

Ce portrait de Jules Grévy était l’image idéalisée du pouvoir nouvellement incarné, et sa reproduction devait être adressée à tous les lieux publics, mairies, préfectures, chambres de commerce ou ambassades, et servir, à l’occasion, de cadeau diplomatique. Un certain nombre de copies peintes furent immédiatement commandées, comme il était de tradition, à des artistes sollicitant les secours du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Jules Ferry, ou du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, Edmond Turquet. Mais pour la première fois, l’administration centrale, autant par économie que par désir de célérité, eut l’idée de recourir à la photographie pour couvrir rapidement et largement la fourniture d’effigies présidentielles destinées à toutes les institutions. Cependant, le statut du personnage officiel, comme celui de l’image, est encore tel, à ce moment, que personne ne songe à faire poser Jules Grévy devant l’objectif, et ce sont les reproductions photographiques du tableau qui sont commandées pour être distribuées.

Jean-Marie MAYEUR, Les Débuts de la Troisième République (1871-1898), Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1978.

Jean-Yves MOLLIET, Usages de l’image au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1992.

Dominique LOBSTEIN, « Portrait officiel du président Jules Grévy », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 20/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/portrait-officiel-president-jules-grevy

Anonyme (non vérifié)

je souhaite trouver un document
sue la gratuité de l'enseignement primaire.

dim 18/09/2011 - 14:56 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le coup d'Etat du 18 brumaire

L’échec du Directoire (désordre financier, impuissance des assemblées, vénalité du haut personnel politique) rendait probable un changement de…

Le club des Jacobins de Paris

La Société des amis de la Constitution à Paris

Dès mai 1789 à Versailles, des députés bretons aux états généraux se concertent avant les réunions…

Le club des Jacobins de Paris
Le club des Jacobins de Paris
Le club des Jacobins de Paris

La séparation des Églises et de l'État

L’imminence de la Séparation

À l’orée du siècle, les relations de la France avec le Saint-Siège s’enveniment du fait de la politique…

Les signataires du serment du Jeu de paume

Un acte de courage politique accompli dans des conditions de fortune

17 juin 1789, face à l’inertie générale, les députés du Tiers Etat aux Etats…

Les signataires du serment du Jeu de paume
Les signataires du serment du Jeu de paume

La troïka

Cette caricature est extraite de Gringoire, hebdomadaire de droite extrême (1928-1944) dominé par son éditorialiste, Henri Béraud. Le journal, qui…

Séance du 9 Thermidor

Séance du 9 Thermidor

En matière politique, l’année 1793 est marquée par deux mesures d’exception : l’établissement de la Terreur en septembre 1793 et le décret du 4…

Consulat de la République cisalpine réunie en comices à Lyon

Au terme de la deuxième campagne d’Italie marquée par la victoire de Marengo le 14 juin 1800, les troupes française occupent en grande partie l’…

Robespierre, incorruptible et dictateur

D’origine bourgeoise, fils d’avocat et avocat lui-même, Robespierre est l’une des grandes incarnations de l’esprit de la Révolution. Formé chez…

Gambetta, père fondateur de la IIIe République

« Le commis voyageur de la République »

Jeune avocat, Gambetta s’imposa sous le Second Empire comme un des chefs les plus populaires de l’…

Léon Gambetta

Léon Gambetta

Léon Gambetta (Cahors 1838-Paris 1882), avocat, opposé au régime impérial, joue un rôle politique majeur au lendemain de la défaite de Sedan, dans…