Le Grand Carrousel donné par Louis XIV dans la cour des Tuileries à Paris.

Le Grand Carrousel donné par Louis XIV dans la cour des Tuileries à Paris.

Date représentée :

H. : 285

L. : 365

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

http://www.photo.rmn.fr

86-001856 / MV2130

Pouvoir du spectacle, spectacle du pouvoir

Date de publication : mai 2013

Auteur : Joël CORNETTE

La première grande fête du règne personnel

Voici un an, depuis la mort de Mazarin, que le roi « gouverne par lui-même » et il tient à affirmer aux yeux du plus grand nombre le début de son règne « personnel ». D’autant que l’avenir de la dynastie est assuré par la naissance d’un dauphin, le 1er novembre 1661. Le 5 juin 1662, il organise un carrousel dans la cour des Tuileries. Il s’agit donc à la fois de célébrer cet heureux événement et de proclamer la gloire du souverain en offrant un spectacle public capable de frapper les imaginations, car les peuples, explique Louis XIV dans ses Mémoires, « se plaisent au spectacle, où au fond on a toujours pour but de leur plaire […]. Par là, nous tenons leur esprit et leur cœur, quelquefois plus fortement peut-être, que par les récompenses et les bienfaits ».

Carlo Vigarani, dont le père était architecte de Mazarin, fut désigné pour mettre en scène le carrousel, déploiement équestre d’une ampleur inédite. C’est le jardin de Mademoiselle, vaste espace situé entre le Louvre et les Tuileries, qui a été choisi : des gradins et des tribunes en bois ont été érigés pour délimiter une grande et magnifique place carrée, capable d’accueillir quinze mille personnes assises sur quatre rangs. Une double barrière permet le passage des quadrilles de cavaliers.

Du côté des Tuileries (au fond) une somptueuse tribune à trois étages a été élevée pour les reines (Anne d’Autriche, Marie-Thérèse), les princes de la cour et les ambassadeurs. C’est là, sous un dais de velours violet enrichi de fleurs de lis d’or, que la reine Marie-Thérèse attend les vainqueurs des courses pour leur remettre des prix de grande valeur, notamment une boîte avec le portrait du roi, garnie de diamants.

Le quadrille des chevaliers

Le tableau, qui met en valeur le déploiement spectaculaire de cette parade, présente en une seule scène plusieurs des épisodes qui ont marqué ces deux jours de fêtes, les 5 et 6 juin 1662, en particulier le plus impressionnant (au premier plan) : un ballet équestre qui met en action cinq quadrilles de dix chevaliers. Romains, Persans, Turcs, Indiens, « Sauvages de l’Amérique », respectivement commandés par le roi (dans un somptueux costume d’imperator romain), Monsieur, le prince de Condé, le duc d’Enghien, le duc de Guise.

Le premier jour fut consacré aux « courses de têtes » contre une tête de Turc et une tête de Méduse ; le second jour fut celui des courses de bagues, qui consistaient à enfiler à la lance en plein galop une bague pendue par une ficelle à une potence, une version adoucie des tournois interdits depuis la mort tragique d’Henri II en 1559.
Tous les commentateurs ont relevé le caractère d’entraînement guerrier de ce spectacle destiné à exalter la noblesse : Charles Perrault les appelle des « images de la guerre », et le père Ménestrier écrit que « les courses de carrousels sont militaires ».

La naissance du Roi-Soleil

Alors que l’aristocratie, privée de ses prérogatives militaires, en est réduite à servir d’écrin au souverain, le pouvoir absolu du roi se trouve ici spectaculairement affirmé, notamment par un déploiement de devises et d’emblèmes. Louis Douvrier créa, à cette occasion, la devise de Louis XIV, qui devint immédiatement célèbre : Nec Pluribus impar, souvent traduite par « A nul autre pareil ». Et c’est le roi lui-même dans ses Mémoires qui a bien expliqué cette naissance officielle du « Roi Soleil » :

« Ce fut là [lors du carrousel de 1662] que je commençai à prendre [la devise] que j’ai toujours gardée depuis, et que vous voyez en tant de lieux. Je crus que, sans m’arrêter à quelque chose de particulier et de moindre, elle devait représenter en quelque sorte les devoirs d’un prince, et m’exciter éternellement moi-même à les remplir.

On choisit pour corps le soleil, qui, dans les règles de cet art, est le plus noble de tous, et qui, par la qualité d’unique, par l’éclat qui l’environne, par la lumière qu’il communique aux autres astres qui lui composent comme une espèce de cour, par le partage égal et juste qu’il fait de cette même lumière à tous les divers climats du monde, par le bien qu’il fait en tous lieux, produisant sans cesse de tous côtés la vie, la joie et l’action, par son mouvement sans relâche, où il paraît néanmoins toujours tranquille, par cette course constante et invariable, dont il ne s’écarte et ne se détourne jamais, est assurément la plus vive et la plus belle image d’un grand monarque. »

· Louis XIV, Mémoires, Paris, Tallandier, 2012.

· Joël CORNETTE, Absolutisme et Lumières : 1652-1783, Paris, Hachette, 2005. 

Joël CORNETTE, « Pouvoir du spectacle, spectacle du pouvoir », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/pouvoir-spectacle-spectacle-pouvoir

Anonyme (non vérifié)

Ce fut l'aurore d'une France puissante et prestigieuse a jamais disparue sous la médiocrité républicaine...

sam 04/05/2013 - 08:29 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Albums liés

Découvrez nos études

Le potager du roi Louis XIV

L’horticulture est un art

Ces estampes ouvrent les six parties du traité d’horticulture publié en 1690 à titre posthume par Jean-Baptiste de La…

Le potager du roi  Louis XIV
Le potager du roi  Louis XIV
Le potager du roi  Louis XIV
Le potager du roi  Louis XIV

Rigaud et les portraits royaux

La consécration officielle

Installé à Paris en 1681, le peintre Hyacinthe Rigaud (1659-1743) se forge rapidement une clientèle de prestige. En…

Rigaud et les portraits royaux
Rigaud et les portraits royaux
Rigaud et les portraits royaux

Le traité des Pyrénées

Après un séjour de quatre ans à Rome, Charles Le Brun arrive à Paris en mars 1646. Avec l’appui du chancelier Séguier, il obtient plusieurs…

Le passage du Rhin par Louis XIV

L’offensive éclair de la France

Le 6 avril 1672, Louis XIV déclare la guerre aux Provinces-Unies (Pays-Bas du Nord) afin d’abaisser l’outrageuse…

Le passage du Rhin par Louis XIV
Le passage du Rhin par Louis XIV

Le surintendant de la Musique de Louis XIV : Lully

Un portrait d’artiste

Frère du peintre Pierre Mignard, Nicolas Mignard (1606-1668) s’est fait une de ses spécialités de portraiturer des hommes et…

Le prévôt des marchands et les échevins de la ville de Paris

Le portrait collectif d’un corps municipal

Peint à la fin de l’année 1647 ou au début de l’année 1648, à la veille de la Fronde, le portrait…

LOUIS XIV REÇOIT LE GRAND CONDÉ DANS LE GRAND ESCALIER DE VERSAILLES APRÈS SA VICTOIRE DE SENEFFE EN 1674

Louis XIV reçoit le Grand Condé dans le Grand Escalier de Versailles après sa victoire de Seneffe en 1674

La gloire par les armes

Charles Doërr est l’élève de Léon Cogniet (1794-1880), peintre de scènes historiques dont l’influence est indéniable au…

Le traité de Nimègue

Célébrer la paix

Le tableau anonyme et allégorique de la paix de Nimègue est représentatif de la manière dont le roi et son entourage voulaient…

Les plaisirs de l’Isle enchantée

La fête royale

Véhicule de la gloire du roi, la gravure est utilisée pour diffuser dans un format raisonnable et à un prix relativement accessible…

Les plaisirs de l’Isle enchantée
Les plaisirs de l’Isle enchantée
Mariage de Louis XIV et de Marie Thérèse d'Autriche

Mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche

Un mariage entre la France et l’Espagne

Né vers 1669, Jacques Laumosnier est issu d’une famille d’artisans aisés. Il se forme à l’art au sein de…