Proclamation de la République romaine sur la place du Capitole, 15 février 1798.

Proclamation de la République romaine sur la place du Capitole, 15 février 1798.

Date représentée : 15 février 1798

H. : 31

L. : 42,5

Gravure de Jean DUPLESSI-BERTAUX (1747-1819) et Robert DELAUNAY (1749-1814) d'après Carle VERNET (1758-1836). Eau-forte.

© Cliché Bibliothèque Nationale de France

EF 134 FOL - FOL 19

La proclamation de la République romaine

Date de publication : Juin 2009

Auteur : Mehdi KORCHANE

En février 1797, l’armée française s’est rendue maîtresse du nord de la péninsule italienne au terme d’une campagne initiée au printemps précédent et menée tambour battant par le général Bonaparte. Contraint de signer la paix de Tolentino le 19 février, Pie VI, chef des États pontificaux, a cédé Bologne et Ferrare à la France et rouvert les portes de Rome aux Français, qui y retrouvent une ambassade. Mais les importantes contributions financières que le traité a imposées aux États, déjà en proie à la misère, et la confiscation de leurs trésors artistiques ont cristallisé l’hostilité du peuple. Le sentiment d’insécurité augmente avec la proclamation de républiques dans diverses cités des Marches, qui isolent encore davantage Rome. La pression antifrançaise et antijacobine se solde par l’assassinat du général Duphot, le 28 décembre 1797, au cours d’une émeute organisée aux portes de l’ambassade. L’attentat qui se voulait une démonstration de force entraîne la Ville éternelle dans une spirale de péripéties politiques telle qu’elle n’en avait pas connu depuis des siècles. Le 11 février 1798, le marquis Massimo, représentant du pape à Paris, est emprisonné, et le général Berthier reçoit l’ordre de marcher sur Rome afin d’en chasser le pape.

À leur arrivée à Rome, les Français s’installent au Quirinal. Le 15 février, une république dirigée par sept consuls, dont Berthier, est instaurée et proclamée sur la place du Capitole, où les jacobins romains ont planté un arbre de la Liberté symbolique. Carle Vernet a décentré la perspective de manière à inscrire ce symbole dans l’espace qui sépare le palais des Conservateurs (à gauche) du palais des Sénateurs (au centre) : garni de deux drapeaux croisés, l’arbre en forme de trophée se compose d’un mât au faîte duquel sont fixées deux branches d’olivier, au lieu du traditionnel bonnet patriotique. Sur chaque face de son imposante base sont martelées les inscriptions « Religion et Liberté », « Souveraineté du Peuple », « Liberté et Égalité », « Egalité et Loi ». La majesté de l’environnement monumental se passe de tout autre ornement et pourvoit pleinement aux besoins scénographiques du cérémonial. La réunion des militaires français et du peuple qui l’acclame avec enthousiasme constitue le véritable événement.

L’élégance du dessin et le soin extrême avec lequel il est exécuté sont caractéristiques des Tableaux historiques des campagnes d’Italie, recueil de gravures dû aux talents d’un dessinateur à la mode et d’un graveur de renom, Carle Vernet et Jean Duplessis-Bertaux. Paru en livraisons à partir de 1801, quelques mois après la paix de Lunéville qui entérinait la fin de la seconde campagne d’Italie, cet ouvrage de propagande se proposait de rendre compte au public français des triomphes militaires sur lesquels le Premier consul fondait son pouvoir. Quoique la page de titre revendiquât la vérité historique des représentations, c’est une vision radieuse et idéalisée des événements que proposait Carle Vernet, ce que cette Proclamation de la République romaine exprime plus que toute autre gravure. La cérémonie avait connu un déroulement sensiblement différent de ce qu’elle donne à voir. L’entrée des Français dans Rome avait fait fuir un grand nombre de notables romains, et le peuple s’était terré dans ses pénates : Berthier, selon son propre aveu, n’avait trouvé dans la cité que « stupeur et nul élan patriotique ». Le « peuple innombrable » qui, selon les feuilles officielles, avait applaudi la proclamation de la république, s’était élevé en réalité à quelques centaines d’individus, en partie venus par curiosité.

La création de la République romaine s’inscrivait dans un programme d’expansion territoriale élaboré par la Convention et poursuivi par le Directoire. Au-delà de la sécurisation du territoire national, il s’agissait d’exporter les acquis de la Révolution dans les États limitrophes et, plus largement, partout où la conjoncture le permettait, en y instaurant des républiques fondées sur le modèle français. Si le Directoire a pu compter sur l’enthousiasme des nombreux foyers patriotes implantés sur ces territoires pour combattre les résistances locales et aider à la mise en œuvre de ses projets, les multiples fronts auxquels il dut faire face, suite à la formation d’une seconde coalition, ont dispersé ses forces militaires et l’ont conduit à réorienter ses stratégies. En retirant ses armées du Mezzogiorno, la France privait les républiques qu’elle avait établies à Rome et à Naples du soutien qui les garantissait.

La République romaine n’était plus qu’un souvenir au moment de la parution de la gravure de Duplessis-Bertaux, mais ce souvenir n’en servait pas moins le prestige militaire du Premier consul, qui ne tarderait d’ailleurs pas à nourrir de nouvelles ambitions pour la péninsule italienne.

Maria-Pia DONATO, « La République romaine de 1798-99.Panorama des études récentes », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45 (1998), p.134-140.Albert DUFOURCQ, Le Régime jacobin en Italie.Étude sur la République romaine, Paris, 1900.Gérard PELLETIER, Rome et la Révolution française.La théologie et la politique du Saint Siège devant la Révolution française (1789-1799), Rome, École française de Rome, 2004.

Mehdi KORCHANE, « La proclamation de la République romaine », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/11/2022. URL : histoire-image.org/etudes/proclamation-republique-romaine

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Napoléon III et la politique des nationalités

L’une des conséquences de l’attentat d’Orsini, perpétré le 14 janvier 1858 contre l’empereur Napoléon III, fut la création d’un Conseil privé…

Elisa, Grande-duchesse de Toscane et patronne des arts

Aînée des filles Bonaparte, Maria-Anna (1777-1820), dite Elisa, a fait ses études à la Maison royale de Saint-Louis à Saint-Cyr de 1783 à 1792,…

La place Saint-Marc au XVIIIe siècle

Le védutisme au service de Venise

Luca Carlevarijs (1663-1730), originaire d’Udine, dans le Frioul, est considéré comme le père du védutisme…

La bataille de Castiglione, 5 août 1796

Lors de la première campagne d’Italie, ayant vaincu les Austro-Piémontais et signé l’armistice de Cherasco le 28 avril 1796, Bonaparte prit…

Extérieur d'un hôpital militaire, dit Les Français en Italie

Extérieur d'un hôpital militaire, dit Les Français en Italie

Désireuse de se voir reconnaître la frontière du Rhin, la France poursuit durant le Directoire la guerre contre l’Autriche et l’Angleterre tout en…

La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

Lorsque Rossini arrive à Paris en novembre 1823, ce n’est pas un inconnu car douze de ses œuvres ont déjà été montées au Théâtre-Italien, dont quatre…
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration
La découverte du corps du député socialiste assassiné Giacomo Matteotti

L'affaire Matteotti (1924) : le tournant fasciste

Une sombre affaire d’État

Le 16 août 1924, entre 7h30 et 8 heures du matin, plus de deux mois après son enlèvement en plein cœur de Rome, les …

Joachim et Caroline Murat, roi et reine de Naples

Sœur cadette de Napoléon, Marie-Annonciade Bonaparte (1782-1839), dite Caroline, a épousé le 20 janvier 1800 Joachim Murat (1767-1815), ancien…

Joachim et Caroline Murat, roi et reine de Naples
Joachim et Caroline Murat, roi et reine de Naples

Hygiénisme et urbanisme : le nouveau centre de Villeurbanne

Au cours du XIXe siècle, les conditions de vie misérables réservées aux ouvriers dans les viilles et les préoccupations des hygiénistes ont…

Les conquêtes du Directoire

Pourquoi la guerre sous le Directoire ?

A peine proclamée, la République avait dû se battre pour survivre contre les puissances européennes…

Les conquêtes du Directoire
Les conquêtes du Directoire