L'Exécution de Varlin.

L'Exécution de Varlin.

Date de création : 1910

Date représentée : 28 mai 1871

H. : 89

L. : 116

peinture à l'huile sur toile

© Coll. musée de l'Hôtel-Dieu, Mantes-la-Jolie / Crédit photo : André Morain

La répression populaire de la Commune : Eugène Varlin

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Bertrand TILLIER

Un engagement dans la Commune : Eugène Varlin

Né en 1839 et relieur de son état, Eugène Varlin est représentatif des travailleurs spécialisés qui composent le monde ouvrier parisien de cette époque.

Au tournant des années 1860, il fonde des sociétés de secours mutuel, d’épargne et de crédit destinées aux relieurs. Il entre alors aussi à l’Association internationale des travailleurs (AIT) fondée en 1864.

À partir de 1867, son activité politique l’emporte : fondateur de la coopérative « La Marmite », membre du bureau parisien de l’Internationale, instigateur de « La Caisse du sou », destinée à soutenir les grévistes, il devient un conférencier prônant la nécessité de la révolution sociale sans laquelle la révolution politique ne serait rien. Élu au conseil de la Commune, il siège successivement aux commissions des Finances et des Subsistances, où il représente les socialistes anti-autoritaires proches des proudhoniens opposés aux jacobins et aux blanquistes.

La répression de la Commune

Durant la « Semaine sanglante », Eugène Varlin organise et dirige la défense de la Commune dans les VIe et XIe arrondissements. Rue Haxo, il tente vainement de s’opposer à l’exécution d’une cinquantaine de personnes – prêtres, gardes de Paris et civils – réclamée par une foule électrisée. Jusqu’à l’écrasement de la Commune, Varlin continue de se battre.

Le 28 mai, dans l’après-midi, alors qu’il s’est assoupi sur un banc de la rue Lafayette, il est reconnu par un passant. Arrêté, il est conduit à Montmartre, sous les injures et les coups. Dans son Histoire de la Commune de Paris en 1871 (1876), Lissagaray écrit à son propos : « Par les rues escarpées de Montmartre, lui qui avait risqué sa vie pour sauver les otages de la rue Haxo, fut traîné une grande heure. Sous la grêle des coups, sa jeune tête méditative qui n’avait jamais eu que des pensées fraternelles devint un hachis de chair, l’œil pendant hors de l’orbite. »

C’est ce moment que représente Luce dans une œuvre qui appartient à une série d’une dizaine de toiles réalisées de 1910 à 1917.

Un martyr de la Commune

Si Luce s’est beaucoup intéressé à la Commune, dans des peintures et des lithographies, et plus particulièrement à l’épisode de la mort de Varlin, c’est par sympathie politique pour le mouvement communard, alors qu’il évolue dans des cercles libertaires.

Mais la représentation des derniers moments de Varlin va au-delà de la simple tentative de reconstitution historique ou documentaire. En effet, Luce entend ainsi commémorer le « calvaire » de Varlin, ainsi que l’a décrit Lissagaray qui, évoquant sa fin tragique et exemplaire, eut cette formule : « Le mont des Martyrs n’en a pas eu de plus glorieux. »

Par son œuvre, Luce cherche à dresser un martyrologe de la Commune, là même où la basilique du Sacré-Cœur, reconnue d’utilité publique, fut édifiée pour expier les crimes de la Commune.

Michel CORDILLOT, Eugène Varlin, Chronique d’un espoir assassiné, Paris, Éditions ouvrières, coll. « La Part des hommes », 1991.

Prosper-Olivier LISSAGARAY, Histoire de la Commune de Paris en 1871, [1876], Paris, La Découverte, 1991.

Bernard NOËL, Dictionnaire de la Commune, 2 vol., [1971], Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

Jacques ROUGERIE, Paris libre, 1871, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Politique », 1971.

Bertrand TILLIER, « La répression populaire de la Commune : Eugène Varlin », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/repression-populaire-commune-eugene-varlin

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Courbet à Sainte-Pélagie

La répression des communards illustres et le sort de Courbet

Accusé d'avoir activement participé à la Commune, d'avoir usurpé des fonctions…

Henri de Rochefort et les déportés de la Commune

La déportation en Nouvelle-Calédonie

Plus de 4 000 communards furent condamnés par les conseils de guerre à la déportation en Nouvelle-Calédonie…

La répression de la Commune

La " terreur tricolore "

A la charnière des mois de mai et juin 1871, pendant et après la " semaine sanglante " au cours de laquelle la Commune est…

La répression de la Commune
La répression de la Commune

La répression populaire de la Commune : Eugène Varlin

Un engagement dans la Commune : Eugène Varlin

Né en 1839 et relieur de son état, Eugène Varlin est représentatif des travailleurs spécialisés qui…

Le retour des Parisiens dans la capitale en juin 1871

Le retour des Parisiens dans la capitale en juin 1871

Après la « Semaine sanglante » et dès les derniers jours de mai 1871, les Parisiens…

Image de la Commune : la barricade du boulevard Puebla

Les barricades de la Commune

Parmi les images de la Commune s’impose souvent celle de la barricade avec ses tas de pavés derrière lesquels sont…

L’écrasement de la Commune

L’écrasement de la Commune

Proclamée en mars 1871 dans la capitale assiégée par les troupes allemandes, la Commune de Paris est une tentative de…

Paris enflammé par la Commune

Paris en feu

Les premiers incendies particulièrement spectaculaires de la « Semaine sanglante » furent provoqués par les bombardements versaillais…

Le mur des Fédérés

Le mur des Fédérés

À la fin de la « Semaine sanglante », le samedi 27 mai 1871, les troupes versaillaises parviennent à investir le cimetière du…

Le mur des Fédérés
Le mur des Fédérés

Les otages de la Commune de Paris

La politique des otages

Dès le 5 avril 1871, la Commune décide en un décret historique « que toutes personnes prévenues de complicité avec le…

Les otages de la Commune de Paris
Les otages de la Commune de Paris