Camus, Talleyrand, Rabaut-Saint-Etienne, la Religion.

Camus, Talleyrand, Rabaut-Saint-Etienne, la Religion.

Date de création : 1791

Date représentée : 1791

H. : 12,1

L. : 15,5

Aquatinte coloriée (épreuve rognée).Parue chez Webert. Ref.inventaire de Vinck : 3032.

© Cliché Bibliothèque Nationale de France

Estampes, Coll. de Vinck, tome 18, fol. 51

La Révolution et l'Église en 1791

Date de publication : Décembre 2005

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS

La Révolution et l'Église en 1791

La Révolution et l'Église en 1791

L’effondrement de la situation de l’Église

Au début de la Révolution le catholicisme apparaît comme la religion nationale ; partout des cérémonies religieuses accompagnent avec enthousiasme la mise en place de l’ordre nouveau. La suppression de la dîme et la transformation des biens de l’Eglise en biens nationaux ne perturbent pas profondément les rapports de l’Eglise et de l’Etat en 1789.

Par contre, en 1790, l’adoption de la Constitution civile du Clergé par l’Assemblée constituante fait perdre à l’Eglise son autonomie comme institution et suscite des inquiétudes. Assigner aux diocèses les limites des départements, nouvelles circonscriptions territoriales, contredit de fait les fondements immémoriaux de la légitimité du pouvoir de l’Eglise, et remet en cause ses rapports avec la puissance politique. De plus, l’Eglise ne peut plus nommer ses desservants : ceux-ci sont désormais élus par le même corps électoral que les administrations locales. La loi brise la hiérarchie de l’appareil ecclésiastique qu’elle remplace par des vicaires, curés, évêques et archevêques chargés uniquement de fonctions pastorales. L’État révolutionnaire met ainsi en place une nouvelle Eglise constitutionnelle qui n’aura d’existence que par lui.

De ces desservants qui reçoivent un salaire de l’Etat, il exige un serment à la Constitution civile du clergé. Ce serment cristallise les différences de conception et les oppositions. La moitié environ des ecclésiastiques refuse de le prêter. L’Assemblée les déclare démissionnaires et fait pourvoir par élection 80 évêchés et 20 000 communes. L’installation des nouveaux desservants élus suscite des troubles dans plusieurs régions. Deux églises s’opposent bientôt, l’une romaine, traditionnelle et fidèle au pape, et l’autre, constitutionnelle.

La nouvelle Assemblée législative confrontée à cette situation adopte, le 29 novembre 1791, un décret rigoureux: les ecclésiastiques réfractaires sont déclarés suspects et privés de leurs pensions ; les édifices, qu’ils avaient encore le droit d’utiliser seront désormais employés au seul culte salarié par l’Etat. Les réfractaires n’ont donc plus le droit d’y exercer leur ministère. Or, pour de nombreux catholiques, les sacrements donnés par les prêtres jureurs, schismatiques aux yeux de Rome, sont sans valeur. Chaque catholique est donc placé devant un cas de conscience. Ce décret contre les prêtres réfractaires est lourd de conséquences : le roi y oppose son veto et il suscite une rupture dramatique et irrémédiable dans l’opinion.

La Religion vendue

La Religion est livrée comme une esclave, en échange d’argent, par Talleyrand, l’ancien évêque d’Autun, en costume épiscopal, et par le pasteur Rabaut Saint-Etienne, en robe de ministre, à Camus, l’actif archiviste de l’Assemblée. Cette aquatinte coloriée anonyme est une caricature contre-révolutionnaire, parue en décembre 1791, peu après le décret sur les prêtres réfractaires.

De la bouche de Talleyrand sortent les paroles que prononça autrefois Judas pour livrer Jésus-Christ. Car l’évêque démissionnaire - qui a jeté ses emblèmes à terre - a trahi deux fois son ordre : il a proposé à l’Assemblée de mettre les biens du clergé à la disposition de la nation, en 1789, et a sacré les premiers évêques constitutionnels, en 1791, créant ainsi une église schismatique. Rabaut Saint-Etienne arrache l’encensoir des mains de la Religion tremblante et s’apprête à l’achever d’un coup de poignard dès que ce marché cynique sera conclu. Camus propose la « grâce efficace » des assignats : la caricature veut rappeler que ce partisan acharné du papier-monnaie était membre du « parti » janséniste, et ancien avocat du clergé. En cette fin de 1791, la situation religieuse semble à l’opposé de sa déclaration rassurante à la Constituante, pour le vote de la Constitution civile, en 1790 : « Nous sommes une convention nationale, nous avons assurément le pouvoir de détruire la Religion mais nous ne le ferons pas. ».

La Religion, telle une sculpture animée, dans le style dépouillé à l’antique cher à la fin du XVIIIe siècle, apparaît totalement sans défense. Les cheveux dénoués sous son voile, tenant, une grande croix nue et les attributs du culte, elle évoque plaisamment la pureté et la jeunesse des origines du christianisme.

L’Eglise de France menacée de disparaître

L’effondrement rapide et total de la puissance temporelle de l’Eglise et la perte de son autonomie spirituelle ont fait soupçonner une entente occulte aux contemporains. La caricature dénonce comme coupables de cette destruction organisée deux membres et un proche du clergé. Le monarchiste Jacques-Marie Boyer de Nîmes, explique dans son Histoire de la caricature de la révolte des Français, dès 1792, que les trois personnages symbolisent les trois doctrines liguées pour renverser le trône et l’autel : le jansénisme : Camus, le « philosophisme », c’est-à-dire l’incrédulité des Lumières : Talleyrand, et le protestantisme : Rabaut Saint-Etienne.

Cette jeune et émouvante Religion évoque une autre dimension de la destruction de l’Eglise de France. L’enjeu du marché concerne les biens de l’Eglise qu’on vend et sa puissance temporelle qu’on abat, mais l’image suggère qu’autre chose va être anéanti : le sentiment religieux lui-même, dans son élan spontané et sincère.

J.M.[Boyer Brun, dit] BOYER DE NIMES, l’Histoire de la caricature de la révolte des Français, Paris, Impr. du Journal du Peuple, 1792, 2 vol.Claude LANGLOIS, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, Presses du CNRS, 1988.Bernard PLONGERON, Les défis de la modernité 1750-1840, dans Histoire du Christianisme, t.X.Paris, Desclée, 1997.Jean TULARD, Jean-François FAYARD et Alfred FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française 1789-1799, Paris, Robert Laffont, 1988.

Luce-Marie ALBIGÈS, « La Révolution et l'Église en 1791 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/revolution-eglise-1791

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

A la lanterne !

La montée de la violence en juillet 1789

Le renvoi de Necker par le roi, en juillet 1789, apparaît dans le contexte angoissé et agité de la…

A la lanterne !
A la lanterne !
A la lanterne !
A la lanterne !

Portrait du père Gérard

Réunis à Versailles le 5 mai 1789 dans le cadre des états généraux, les députés du tiers état se déclarent Assemblée nationale constituante le 9…

Almanach national pour 1791, de PH. L. Debucourt

L’Assemblée constituante à l’œuvre

Fin 1790, l’Assemblée constituante a déjà réussi à mettre en application une grande part des réformes…

Un pamphlet contre l'aristocratie

La hantise du complot aristocratique

En 1789, un mécontentement général contre la réaction seigneuriale s’ajoute à la vive effervescence déclenchée…

Un pamphlet contre l'aristocratie
Un pamphlet contre l'aristocratie

Fête de la Fédération, 14 juillet 1790

Une fête militaire pour l’ensemble de la nation

En 1790, l’Assemblée constituante décide d’organiser une grande « Fédération des troupes de ligne…

L’abolition de la Royauté - 21 septembre 1792

Le 21 septembre 1792, la Convention nationale décrète l’abolition de la royauté. Ce décret met fin à la longue décadence du pouvoir monarchique…

La formation des départements

Les bases du nouveau découpage administratif

A différentes reprises au XVIIIe siècle, il avait été question de remédier à la…

La formation des départements
La formation des départements
La formation des départements

La fête de la Fédération

La genèse de la fête

Il s’agit de la fête la plus célèbre de la Révolution française. Fête emblématique, au point qu’aujourd’hui encore notre…

La division de la province de Bretagne en cinq départements

Un accord unanime

La carte d’origine, gravée dans son cadre gradué, était dédiée en 1771 au duc de Duras (1715-1789), noble et militaire de haute…

Brevet de volontaire de la garde nationale

La garde nationale en juillet 1790

La garde nationale n’est pas initialement destinée à protéger le royaume contre une agression extérieure, elle n…