Prise de la Bastille et arrestation du gouverneur M. de Launaye, le 14 juillet 1789.

Prise de la Bastille et arrestation du gouverneur M. de Launaye, le 14 juillet 1789.

Date de création : 1790

Date représentée : 14 juillet 1789

H. : 63

L. : 80

Huile sur toile

© Musée de la Révolution française, Vizille

MRF 1985-445

L'arrestation du gouverneur de la Bastille, le 14 juillet 1789

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Pascal DUPUY

A Paris, la nouvelle du renvoi de Necker le 11 juillet 1789 provoque de nombreuses manifestations. Le 14, à la suite du refus du gouverneur des Invalides de mettre à la disposition des Parisiens ses stocks d’armes, une foule imposante escalade les fossés des Invalides et obtient par la force une douzaine de canons et 32 000 fusils. Les Parisiens sont armés, mais il leur manque encore de la poudre et des balles. Une rumeur atteste que la forteresse de la Bastille en détient. La foule s’y déplace et plusieurs délégations sont envoyées auprès de de Launay, le gouverneur de la vieille prison d’Etat. Mais celui-ci refuse fermement de céder ses réserves de munitions. Une fusillade éclate suivie d’un assaut, et la Bastille capitule. Les émeutiers et les gardes-françaises ayant dirigé l’assaut y trouvent sept prisonniers, de la poudre et des balles. Sur le trajet qui l’amène à l’hôtel de ville, de Launay est massacré.

Le tableau retrace les derniers feux du combat et la sortie sous escorte de de Launay, le gouverneur de la Bastille. Comme le plus souvent dans les images relatives à la prise de la Bastille, la forteresse est saisie de la cour du Passage, avec au premier plan la porte de l’Avancée d’où sortent le gouverneur, emmené par le grenadier Arné, et le canonnier Humbert. Derrière la porte, on devine la cour du Gouvernement et on perçoit distinctement le pont de pierre à trois arches avec parapet de barrières et le pont-levis baissé attestant de la victoire des émeutiers. De gauche à droite s’élèvent les tours de la Berteaudière, de la Basinière et de la Comté où se trouvait également le magasin à poudre. Tout en représentant la capitulation et l’arrestation du gouverneur de la Bastille par les gardes-françaises, Lallemand évoque également les derniers moments de l’assaut. Toutefois, mal à l’aise dans ce registre, le peintre brosse une scène idéalisée d'où la violence est pratiquement absente – quelques coups de feu épars, des canons en action et une foule bon enfant, plus spectatrice que véritablement actrice –, les couleurs qui tirent vers le bleu et le rose atténuant toute tonalité véritablement dramatique.

Lallemand retrace l’événement le plus représenté de la Révolution dans un style décoratif et descriptif qui, à l'époque, se trouve sur le point de disparaître. En revanche, les estampes qui vont s’attacher à commenter la prise de la Bastille le feront avec un plus grand réalisme, une plus grande intensité dramatique et, surtout, elles mettront en avant la portée symbolique de l’événement : l’émancipation d’un peuple.

Michel DEWACHTER Champollion un scribe pour l’Egypte Paris, Gallimard coll.“ Découvertes ”, Paris, 1991.

Pascal DUPUY, « L'arrestation du gouverneur de la Bastille, le 14 juillet 1789 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/arrestation-gouverneur-bastille-14-juillet-1789

Anonyme (non vérifié)

c nul.
si j'étais pas obligé d'étudier ça pour faire un dossier pourri j'écouterais booba --'

mer 08/06/2011 - 00:27 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Cette étude est très bien réalisée mais j'aimerais pouvoir connaitre plus de détails

lun 23/01/2012 - 15:58 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Il manque les dimensions du tableau c'est dommage presque parfait pour un exposée malgré ce manque.
Pourriez vous les indiquer svp? Merci bcp.

lun 31/03/2014 - 18:53 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Les dimensions de ce tableau sont :
Hauteur en cm : 63
Largeur en cm : 80

A bientôt,

Anne-Lise

mer 02/07/2014 - 11:29 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Prise de la Bastille et arrestation du gouverneur M. de Launay, le 14 juillet 1789.

La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789

La menace d’un complot aristocratique suite à la réunion des états généraux, la nouvelle du renvoi du ministre Necker, le 11 juillet, dénoncé par…

Serment de La Fayette à la fête de la Fédération

Le 14 juillet 1790, fête de la Fédération

Près de quatre cent mille personnes convergent vers le Champ-de-Mars ce 14 juillet 1790, en dépit d’un…

Célébrations de la Révolution sous la IIIe République

Les élections municipales et sénatoriales de 1879 consacrent la victoire des républicains sur les royalistes. Le 30 janvier le monarchiste Mac-…

Célébrations de la Révolution sous la III<sup>e</sup> République
Célébrations de la Révolution sous la III<sup>e</sup> République

La radio, une affaire politique

La radio est-elle une affaire publique ou un loisir privé dans lequel l’État ne doit intervenir qu’a minima ? Dans les années 1920, alors qu’…

La radio, une affaire politique
La radio, une affaire politique
La radio, une affaire politique

Première fête nationale du 14 juillet (1880), à Paris et à Angers

Instauration de la fête nationale

Devant le renforcement de la majorité républicaine aux élections de 1879, le royaliste Mac Mahon, découragé,…

Première fête nationale  du 14 juillet (1880), à Paris et à Angers
Première fête nationale  du 14 juillet (1880), à Paris et à Angers

Almanach national pour 1791, de PH. L. Debucourt

L’Assemblée constituante à l’œuvre

Fin 1790, l’Assemblée constituante a déjà réussi à mettre en application une grande part des réformes…

Fête de la Fédération, 14 juillet 1790

Une fête militaire pour l’ensemble de la nation

En 1790, l’Assemblée constituante décide d’organiser une grande « Fédération des troupes de ligne…

Les Annamites dans la Grande Guerre

Le Tonkin et la mère patrie

Après avoir débarqué à Da Nang, en 1858, les Français ont fondé la colonie de Cochinchine en 1865 et établi un…

Les Annamites dans la Grande Guerre
Les Annamites dans la Grande Guerre
Les Annamites dans la Grande Guerre

Le bal de la liberté

Cherbourg fête sa libération

Après le débarquement du 6 juin 1944, les troupes alliées progressent dans le Cotentin. À la tête de plusieurs…

Le 14 juillet 1936

14 juillet 1936

14 juillet 1936, le Front populaire victorieux célèbre pour la première fois la fête nationale. Dans la matinée, comme de coutume…