Les ruines du palais des Tuileries.

Les ruines du palais des Tuileries.

Date de création : 1871

Date représentée : mai 1871

H. : 136 cm

L. : 96 cm

peinture à l'huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

84EE849/C. 53.D.39

Ruines du palais des Tuileries - 1871

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Alain GALOIN

Le 19 juillet 1870 éclatait la guerre franco-prussienne. La rapide défaite des armées françaises en 1871, l’effondrement du Second Empire et les conditions sévères imposées par Bismarck pour la signature de la paix – cession de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine, occupation de Paris par l’armée prussienne – déclenchèrent l’insurrection des Parisiens et la formation d’un gouvernement révolutionnaire.

La Commune de Paris eut une durée de vie très brève, de mars à mai 1871. Le soulèvement de Paris aurait pu réussir si le reste de la France avait suivi, mais les tentatives d’insurrection à Lyon, à Marseille, à Saint-Etienne, au Creusot, à Limoges, à Narbonne et à Toulouse tournèrent court. Paris, isolé, fut soumis à un blocus militaire par les armées française et prussienne. Les troupes régulières basées à Versailles et commandées par Mac-Mahon reprirent possession de la capitale au cours de la « semaine sanglante » (21-28 mai 1871). Les communards élevèrent plus de 500 barricades pour entraver la progression des versaillais et, le 23 mai, ils incendièrent plusieurs édifices publics : le palais des Tuileries, la Cour des comptes, le Conseil d’Etat, l’Hôtel de Ville de Paris, le ministère des Finances, le palais de la Légion d’honneur.

La répression qui s’abattit sur la Commune décapita pour longtemps le mouvement révolutionnaire en France.

Les ruines de Paris, après la Commune, inspirèrent d’innombrables peintres, dessinateurs et photographes. C’est ici Ernest Meissonier, le grand peintre officiel de Napoléon III, qui réalise une dramatique composition des ruines du palais des Tuileries au lendemain de l’incendie du 23 mai 1871.

La partie de l’édifice qu’il a choisi de représenter est très vraisemblablement le pavillon central dont on reconnaît les trois premiers niveaux, le troisième présentant seul des ouvertures en plein cintre. La toiture à quatre pans incurvés, les plafonds et le célèbre escalier d’honneur ont disparu. Sur ce qu’il reste de murs, on distingue les traces noires de l’incendie. Les colonnes corinthiennes qui soutenaient le plafond du premier étage sont demeurées en place. Les bas-reliefs qui encadrent les fenêtres du deuxième étage sont encore visibles et semblent miraculeusement préservés. Le premier plan du tableau est occupé par un amoncellement de gravats, vestiges pitoyables de ce qui fut le grand escalier. A l’extrémité inférieure de la toile, au milieu, une pierre rectangulaire porte l’inscription Gloria Maiorum per flammas usque superstes, Maius MDCCCLXXI. Au point de fuite de la composition, au-delà de l’entrée béante du pavillon central, on aperçoit, comme émergeant d’une accumulation de débris, le sommet de l’arc de triomphe du Carrousel que couronne le Quadrige de Bosio, groupe de bronze intitulé La Restauration guidée par la Paix et installé en 1828.

Après la guerre franco-prussienne et la chute du Second Empire, le palais des Tuileries se trouva désaffecté. Il servira un moment d’ambulance, mais c’est un bâtiment vide et désert qui sera finalement laissé à la discrétion de la Commune de Paris. Un gouverneur, Alexis Dardelle, est nommé par le comité central, et le drapeau rouge flotte sur cet « antre du césarisme ». Le 22 mai 1871, les Tuileries reçoivent leur dernier occupant : Jules Bergeret, membre du Conseil de la Commune, chassé du palais Bourbon par les troupes versaillaises.

C’est dans le climat dramatique créé par la progression des troupes gouvernementales et l’agonie de la Commune de Paris que Bergeret décide d’incendier le palais. Le 23 mai, vers 9 heures, le feu est mis en plusieurs points à la fois et, très vite, l’embrasement est général. Le sinistre ne sera circonscrit que le 25 mai.

Dans l’incendie des Tuileries disparaît un symbole : celui d’un pouvoir monarchique autoritaire vieux de trois siècles. Plus prosaïquement, Ernest Meissonier a voulu faire des ruines des Tuileries le symbole de l’écroulement d’une époque, mais la vision, au-delà des ruines, du quadrige de l’arc de triomphe du Carrousel est aussi une ouverture sur l’avenir.

Jean Marie BRUSON « Iconographie du château des Tuileries après l’incendie » in Monuments historiques , n° 177, novembre 1991 (reproduction p.32).Philippe GUILLOUX Meissonier, trois siècles d’histoire Paris, Copernic, coll. « Peintres témoins de l'histoire », 1980, reproduction n° 46.Constance Cain HUNGERFORD « Meissonier’s "Siège de Paris" and "Ruines des Tuileries" » in La Gazette des Beaux-Arts , novembre 1990, tome CXVI, p.201-212.Louis RÉAU Histoire du vandalisme : les monuments détruits de l’art français Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1994.Pierre-Nicolas SAINTE FARE GARNOT et Emmanuel JACQUIN Le Château des Tuileries Paris, Herscher, 1988, reproduction couleur p.196.CollectifCataogue d'exposition : Le décor des Tuileries sous le règne de Louis XIV musée du Louvre, 9 juin-18 septembre 1998.CollectifCatalogue d'exposition : Ernest Meissonier Lyon, musée des Beaux-Arts, 25 mars-27 juin 1993, p.175-176 (reproduction couleur p.177).

Alain GALOIN, « Ruines du palais des Tuileries - 1871 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 17/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/ruines-palais-tuileries-1871

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les obsèques de Louise Michel

La mort de Louise Michel

Le 9 janvier 1905, Louise Michel mourait d’une congestion pulmonaire à Marseille où elle s’était rendue pour donner l’une…

Charge anti-républicaine

Le 22 avril 1885, Le Figaro titre « Nouvel incident au Salon » : le tableau de Maurice Boutet de Monvel est définitivement refusé à l’exposition…

Charge anti-républicaine
Charge anti-républicaine
Charge anti-républicaine

La colonne Vendôme déboulonnée

La chute de la colonne Vendôme

Dès la déchéance de l’Empire et la proclamation de la République le 4 septembre 1870, des voix s’élèvent dans Paris…

La colonne Vendôme déboulonnée
La colonne Vendôme déboulonnée

Incendies de la Commune

L’incendie du château des Tuileries

Au cœur de Paris et en bordure de Seine, accolé au Louvre, le palais des Tuileries avait été construit au XVI…

Incendies de la Commune
Incendies de la Commune

Le mur des Fédérés

Le mur des Fédérés

À la fin de la « Semaine sanglante », le samedi 27 mai 1871, les troupes versaillaises parviennent à investir le cimetière du…

Le mur des Fédérés
Le mur des Fédérés

Commune : le peuple en arme

La Commune et le peuple de Paris en armes

La Commune n’a pas disposé d’armée au sens strict. Ses rangs étaient composés d’une part de gardes…

Commune : le peuple en arme
Commune : le peuple en arme

Darboy, martyr de Versailles

Darboy, martyr de Versailles

Le 24 mai 1871, Monseigneur Georges Darboy, archevêque de Paris, l’abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine et…

Le procès des communards

La répression judiciaire de la Commune

Dès la « Semaine sanglante », avec l’entrée des troupes versaillaises dans Paris, les soldats des généraux…

Le procès des communards
Le procès des communards

L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations

Au XIXe siècle : un lieu politique majeur

De 1789 à 1794, l’Hôtel de Ville a abrité le Comité de salut public. En juillet 1830, la…

L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations
L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations
L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations

La répression populaire de la Commune : Eugène Varlin

Un engagement dans la Commune : Eugène Varlin

Né en 1839 et relieur de son état, Eugène Varlin est représentatif des travailleurs spécialisés qui…