Les Obsèques de Louise Michel.

Les Obsèques de Louise Michel.

Date de création : 1905

Date représentée : 22-janv-05

H. : 51,4 cm

L. : 62 cm

eau-forte en couleur

© Saint-Denis, musée d'art et d'histoire - Cliché I. Andréani

Lien vers l'institution

Les obsèques de Louise Michel

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Bertrand TILLIER

La mort de Louise Michel

Le 9 janvier 1905, Louise Michel mourait d’une congestion pulmonaire à Marseille où elle s’était rendue pour donner l’une de ses innombrables conférences en faveur de la cause libertaire.

Depuis son retour de Nouvelle-Calédonie – elle y fut déportée dès 1872 pour sa participation à la Commune – et à la faveur de l’amnistie générale de 1880, Louise Michel avait connu une intense activité de journaliste, de pamphlétaire et de conférencière. Elle était ainsi devenue une incarnation populaire de la révolution.

Un cortège funèbre

La dépouille de la « Vierge rouge » fut ramenée à Paris. À la gare de Lyon, d’importantes forces de police avaient été déployées pour contenir le cortège funèbre qui devait accompagner jusqu’au cimetière de Levallois-Perret le corbillard de septième classe, dit « des pauvres », recouvert d’un drap rouge et bordé de noir.

Dans cette eau-forte polychrome, l’artiste a cherché à produire l’effet d’une foule dense et compacte, sorte de flot humain ponctué de couronnes mortuaires, hérissé de drapeaux rouges et de bannières noires, duquel émerge au centre un cuirassier du service d’ordre. En privilégiant la représentation du cortège au détriment de celle du corbillard, hors champ, l’artiste peut mettre en scène l’hétérogénéité des admirateurs de Louise Michel – femmes, ouvriers, vétérans des causes passées, gamins de Paris dont un crieur du Libertaire… – et en promouvoir la cohérence par les couleurs. Avec un cadrage serré sur la foule et l’alignement des façades qui ferme toute perspective, Peters-Destéract tente de représenter ce que fut ce parcours de quatorze kilomètres que le cortège accomplit en quatre heures.

Un hommage populaire

L’efficacité de cette image réside dans le flot hétérogène et désordonné du cortège des anonymes, hésitant entre l’hommage et la manifestation. Elle illustre le souhait de certains proches de Louise Michel, selon lesquels elle n’appartenait à aucun groupe mais à tous : parti socialiste français, parti ouvrier socialiste révolutionnaire, groupes antimilitaristes, anarchistes et féministes, syndicats ouvriers, rédactions des journaux L’Humanité, Le Libertaire ou La Fronde

Peters-Destéract offre ainsi une sorte d’instantané de la révolution sociale en marche autour du corbillard de son égérie, rappelant le cortège qui l’avait accompagnée à travers Paris, à son retour de déportation, le 9 novembre 1880.

Louise MICHEL, La Commune : histoire et souvenir, Paris, La Découverte, 1999.

Michel RAGON, Le Vendéen et l’Anarchiste, Paris, Albin Michel, 2000.

Jacques ROUGERIE, Paris insurgé : la Commune de 1871, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1995.

Bertrand TILLIER, « Les obsèques de Louise Michel », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/obseques-louise-michel

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Une caricature d'Adolphe Thiers en 1871

Le gouvernement de la Défense nationale, mis en place après la chute du Second Empire, veut organiser au plus vite l’élection d’une Assemblée…

Courbet à Sainte-Pélagie

La répression des communards illustres et le sort de Courbet

Accusé d'avoir activement participé à la Commune, d'avoir usurpé des fonctions…

Les otages de la Commune de Paris

La politique des otages

Dès le 5 avril 1871, la Commune décide en un décret historique « que toutes personnes prévenues de complicité avec le…

Les otages de la Commune de Paris
Les otages de la Commune de Paris

La colonne Vendôme déboulonnée

La chute de la colonne Vendôme

Dès la déchéance de l’Empire et la proclamation de la République le 4 septembre 1870, des voix s’élèvent dans Paris…

La colonne Vendôme déboulonnée
La colonne Vendôme déboulonnée

La répression de la Commune

La " terreur tricolore "

A la charnière des mois de mai et juin 1871, pendant et après la " semaine sanglante " au cours de laquelle la Commune est…

La répression de la Commune
La répression de la Commune

Ruines du palais des Tuileries - 1871

Le 19 juillet 1870 éclatait la guerre franco-prussienne. La rapide défaite des armées françaises en 1871, l’effondrement du Second Empire et les…

Paris enflammé par la Commune

Paris en feu

Les premiers incendies particulièrement spectaculaires de la « Semaine sanglante » furent provoqués par les bombardements versaillais…

Darboy, martyr de Versailles

Darboy, martyr de Versailles

Le 24 mai 1871, Monseigneur Georges Darboy, archevêque de Paris, l’abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine et…

Le procès des communards

La répression judiciaire de la Commune

Dès la « Semaine sanglante », avec l’entrée des troupes versaillaises dans Paris, les soldats des généraux…

Le procès des communards
Le procès des communards

Le mythe de la pétroleuse

Naissance des « pétroleuses »

Durant la « Semaine sanglante », tant pour des raisons symboliques que pour des motivations tactiques, la Commune…

Le mythe de la pétroleuse
Le mythe de la pétroleuse