Sermon dans un oratoire israélite.

Sermon dans un oratoire israélite.

Date de création : 1897

Date représentée :

H. : 105

L. : 170

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - J.-G. Berizzi

http://www.photo.rmn.fr

05-525626 / MAHJ2001.02.001

Sermon dans un oratoire israélite

Date de publication : Avril 2012

Auteur : Nicolas FEUILLIE

L’affirmation longtemps entendue qu’il n’existe pas d’art juif, s’appuyant sur une certaine lecture biblique qui ne voyait pas chez les Hébreux de tradition artisanale, se trouve remise en cause au XIXe siècle. D’une part, les découvertes archéologiques opérées en Terre sainte, en particulier par Félix de Saulcy, conduisirent à la création d’une salle éponyme au Louvre en 1853, où furent exposés des vestiges de l’antique Judée. D’autre part, la collection du compositeur Isaac Strauss, présentée au public en 1878 puis acquise par l’État en 1890, montra des objets culturels exceptionnels par leur ancienneté et leur qualité : manuscrits enluminés, pièces d’argenterie, éléments de mobiliers. Ils témoignent d’un goût artistique ancré dans la pratique religieuse. Pour les Israélites français issus de l’Émancipation, assimilés à la nation depuis la Révolution française et le premier Empire, la première victoire fut d’embrasser la carrière de peintre. Mais chez certains d’entre eux se dessina toutefois l’ambition de témoigner de la vie et de l’histoire juives. L’Allemand Moritz Oppenheim se montra précurseur en réalisant un cycle de toiles qui illustrent les fêtes et cérémonies juives (éditées en 1882 sous le titre de Bilder aus dem altjüdischen Familienleben) dans un cadre traditionnel. Dans sa lignée, le peintre nancéen Édouard Moyse a peint cette scène de synagogue avec une solennité empreinte de grandeur classique.

La présente scène intrigue, par son cadre et son décor. L’architecture dépouillée n’est ornée que de lampes à huile, typiques du monde ashkénaze traditionnel. Les assistants portent de longues tuniques, avec de larges ceintures de tissu d’une inspiration nettement proche-orientale. Les coiffes sont plus curieuses encore : si la calotte rouge du garçon est nord-africaine, le bonnet à fourrure (ou schtreimel) de son voisin évoque le judaïsme nord-européen, tandis que d’autres coiffes paraissent nous ramener à des époques anciennes. Mêlant sur une scène des éléments d’influences différentes, le peintre semble se refuser à une caractérisation historique ou géographique trop précise. On ne saurait dire si cet office se déroule à l’époque médiévale ou à l’époque contemporaine, ni si elle se situe en Orient plutôt qu’en Occident.
La construction frontale de la scène, son caractère épuré et l’accent mis sur la figure du rabbin et sur son geste appartiennent à une vision extrêmement classique, dans la lignée d’un Jacques Louis David. Avec ses cheveux longs et sa barbe, le rabbin évoque d’ailleurs assez irrésistiblement un christ bénissant.

S’il n’est pas le seul peintre de la vie juive en France, tels ses contemporains Édouard Brandon et Alphonse Lévy, Moyse se distingue en refusant l’illustration moderne, qu’elle soit celle de la bourgeoisie parisienne de Brandon, ou celle du monde rural alsacien de Lévy. Transcendant les différences entre les univers ashkénaze et séfarade, dépassant toute dimension historique, le peintre traduit avec ce Sermon une vision idéalisée du judaïsme, une vision dont le classicisme exprimerait la permanence d’une foi. Si Moyse a consacré une part de son œuvre à l’histoire juive – il fut surnommé le « peintre des rabbins » –, son travail témoigne aussi d’un grand intérêt pour le monde des moines, dont il sut pareillement exprimer la ferveur.

Étude en partenariat avec le musée d’Art et d’Histoire du judaïsme

JARASSE Dominique, Existe-t-il un art juif ?, Paris, Biro, 2006 BERNHEIM Jean, Édouard Moyse, Paris, Éditions du Divers, 2012 Les Juifs dans l'Orientalisme, Paris, Musée d'art et d'histoire du Judaïsme / Skira Flammarion, 2012

Nicolas FEUILLIE, « Sermon dans un oratoire israélite », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/sermon-oratoire-israelite

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La prise de Constantinople par les croisés

Louis-Philippe, intronisé « roi des Français » le 9 août 1830 après les Trois Glorieuses (27-29 juillet 1830), était féru d’histoire comme tout…

Juive d’Alger

Après la campagne d’Égypte de Bonaparte (1798-1801) et le début de la conquête de l’Algérie (1830), la France et la Grande-Bretagne étendent…

La bataille d'Isly

Malgré le traité de la Tafna signé en 1837, qui reconnaissait l’autorité d’Abd el-Kader sur l’Algérie, celui-ci n’avait de cesse de vouloir en…

Femmes d’Alger dans leur appartement de Delacroix

En 1832, Eugène Delacroix fait un unique voyage au Maroc et en Algérie. Il y accompagne le comte de Mornay, envoyé spécial de Louis-Philippe…

L'orientalisme

Objet de curiosités et de fantasmes au XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle, l’Orient devient « une préoccupation générale »(Victor Hugo dans…

L'orientalisme
L'orientalisme
L'orientalisme
L'orientalisme

Juives d'Alger au balcon de Chassériau

Élève de Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867), mais plus tard fortement influencé par Paul Delaroche (1797-1856) et Eugène Delacroix (1798-1863…

La toilette d'Esther

Rentré d’Italie l’année précédente, Chassériau qui venait de rompre définitivement avec son maître, Ingres, présenta plusieurs œuvres au Salon de…

Fête juive à Tétouan

Face à une Algérie investie par la France depuis 1830, le Maroc reste jusqu’à la fin du siècle une terre peu connue des Occidentaux, hormis Tanger où…

Ingres et les femmes aux bains : l’hygiène exotique

De La Baigneuse de Valpinçon au Bain turc

Illustre représentant de la peinture néoclassique française, Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867) a…

Ingres et les femmes aux bains : l’hygiène exotique
Ingres et les femmes aux bains : l’hygiène exotique
Prise-smalah-Abd-El-Kader-VERNET

La conquête de l’Algérie

La conquête de l'Algérie

En juin 1830, la prise d'Alger décidée par Charles X est une opération de prestige conduite à des fins de politique…

La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie