Le Drapeau rouge sur le Reichstag

Le Drapeau rouge sur le Reichstag

Groupe de soldats soviétiques devant la porte de Brandebourg

Groupe de soldats soviétiques devant la porte de Brandebourg

Des soldats russes s'immortalisent sur les murs du Reichstag

Des soldats russes s'immortalisent sur les murs du Reichstag

Le Drapeau rouge sur le Reichstag

Le Drapeau rouge sur le Reichstag

Auteur : KHALDEÏ Evgueni

Lieu de conservation : Le Mémorial de Caen (Caen)
site web

Date de création : 02-mai-45

Date représentée : 02-mai-45

H. : 23,8 cm

L. : 17,7 cm

photographie

© Musée central des Forces armées de Moscou / Mémorial de Caen

MEMO_PHOT_02351

Soldats soviétiques après la bataille de Berlin

Date de publication : Novembre 2015

Auteur : Valérie POZNER

Berlin aux mains des Soviétiques

L’avance des Soviétiques s’est accélérée dès le début de 1945, grâce au déclenchement d’une offensive massive qui leur a permis d’occuper l’essentiel de la Pologne et de la Prusse orientale. Staline, qui a obtenu à l’issue de la conférence de Yalta en février que les territoires à l’est de l’Elbe reviennent à l’Union soviétique, lance conjointement les armées des généraux Joukov et Koniev sur Berlin. Ceux-ci prennent en tenaille la ville par le nord et le sud, non sans rivalités. Les forces du Reich étant considérablement affaiblies, ce sont les dernières réserves de la Wehrmacht qui sont lancées dans la bataille, ainsi que des adolescents qui seront massivement décimés. Les combats

débutent le 16 avril. La puissance de feu des Soviétiques est portée à son maximum. Il s’agit d’une des batailles les plus sanglantes et coûteuses en vies humaines de la Seconde guerre mondiale, car aux pertes militaires s’ajoutent d’innombrables victimes civiles. À la reddition de Berlin, signée le 2 mai à 4h du matin, deux jours après le suicide de Hitler dans son bunker, la ville est détruite à plus de 30%, et à plus de 70% dans le centre.
Les deux clichés ont été pris quelques jours après la fin des combats, dans deux lieux emblématiques du pouvoir, immortalisés par d’innombrables photographes : la porte de Brandebourg (érigée en 1791 pour le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II qui seul pouvait passer par le passage central) et le Reichstag, construit en 1894 pour l’Assemblée du Reich. Son incendie le 27 février 1933 fut attribué par les nazis à un complot communiste qui servit à justifier une violente campagne de répression dont les communistes furent la première cible.

C’est donc logiquement sur le Reichstag, point ultime visé par Staline, que les soldats soviétiques plantent un drapeau le 1er mai 1945. De nombreuses photos ont été prises de ce moment symbolique, toutes issues de reconstitutions, car aucun photographe n’a pu immortaliser la scène au petit matin du 1er mai. L’un de ces clichés, pris par le photographe Evgueni Khaldeï, est devenu célèbre dans les années 1960. Moult fois reproduit, on y a effacé la deuxième montre que porte au poignet l’officier qui soutient le soldat hissant le drapeau, signe trop évident des multiples vols commis par les vainqueurs.

Analyse des images : La victoire des simples soldats

Contrairement à ces images, symboles politiques de la victoire, ces deux clichés ne montrent ni gradés célèbres, ni drapeaux. La première photographie, due à un anonyme, montre six soldats devant la Porte de Brandebourg gravement endommagée durant les combats. Le photographe a pris soin de montrer la totalité du bâtiment. Il ne reste plus grand chose du quadrige qui le surmonte, après que des soldats allemands embusqués à l’intérieur, en ont été délogés par des tirs de l’artillerie soviétique. On voit d’ailleurs encore, derrière les soldats, une pièce d’artillerie à côté de trois camions stationnés devant le monument.
Loin d’être en tenue de parade – un des uniformes est maculé de poussière -, les personnages semblent encore sur leurs gardes et regardent tous vers un point énigmatique situé hors champ, en direction duquel pointe l’arme de l’un d’entre eux : la ville n’est pas encore sécurisée. La médaille qu’arbore l’un des soldats a certainement été décernée antérieurement, car celle attribuée « pour la prise de Berlin » ne sera instituée qu’au mois de juin 1945.

La seconde photographie est due, elle, à Evguéni Khaldeï, auteur du célèbre cliché pris sur le toit du Reichstag. Le photographe a ici cadré en gros plan un détail du monument, couvert de graffitis en langue russe, jusqu’aux moindres ornements sculptés. On distingue clairement des noms, des dates et des lieux : un certain Vladimir Serguéevitch Vassiliev, né en 1925, a laissé la trace de son passage ; V.Z. Cheptoun a choisi de mentionner le nom de son village, Tchernobaevka, non loin de Kherson, occupé deux ans et demi par les Allemands. D’autres ont gravé la mémoire d’opérations militaires et du trajet effectué jusqu’à Berlin : Stalingrad, Odessa, Kiev. Parmi ces noms, dans leur écrasante majorité masculins, se détache celui d’une femme, Eremeeva Oksana. C’est en condensé la géographie et l’histoire militaire, mais aussi sociale du conflit que l’on découvre à travers ces graffitis. Ce cliché, comme le laissent voir les inscriptions, a été effectué une quinzaine de jours après la prise du bâtiment.

Interprétation : révélation et occultation

Ces clichés dévoilent une vision de la guerre bien différente de celle qui déjà s'impose dans les médias soviétiques et va dominer jusque dans les années 1960, où le soldat du rang disparaît derrière les grands stratèges et le premier d'entre eux – Staline. Avec lui seront occultées la réalité des pertes humaines (évaluées aujourd'hui à 27 Millions de victimes civiles et militaires), la violence des combats et l'âpreté des premiers pas d'une après-guerre complexe.

Les graffitis laissés par ces très jeunes soldats dans les décombres du Reichstag (dont certains ont été conservés et sont aujourd'hui exposés) marquent aussi leur mainmise sur la ville… et en constituent l'aspect le plus policé. Car ce qui sera aussi longtemps occulté derrière les récits de la bataille, ce sont les débordements, rapines et viols pratiqués de manière massive. Il faudra attendre la chute du mur pour que soient évoqués ces sujets.

ANONYME, Une femme à Berlin : journal (22 avril – 22 juin 1945), Paris, Gallimard, coll. « Témoins », 2006.

BARBAT Victor, « Bannières et drapeaux, sur quelques manières de les lever et de les représenter : l’exemple du Reichstag, mai 1945 », 1895 : revue d’histoire du cinéma, no 74, 2014, p. 70-95.

BEEVOR Anthony, La chute de Berlin, Paris, Éditions de Fallois, 2002.

KERSHAW Ian, La fin : Allemagne (1944-1945), Paris, Le Seuil, coll. « L’univers historique », 2012.

LOPEZ Jean, Berlin : les offensives géantes de l’Armée rouge. Vistule, Oder, Elbe (12 janvier – 9 mai 1945), Paris, Économica, coll. « Campagnes et stratégies » (no 80), 2010.

Valérie POZNER, « Soldats soviétiques après la bataille de Berlin », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/soldats-sovietiques-apres-bataille-berlin

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Rue à Berlin - Georges Grosz

Berlin dans les années 30 : entre frénésie et chaos

L’Allemagne en plein chaos

La Première Guerre mondiale et la défaite allemande ont eu d’importantes conséquences politiques et économiques. D’une…

L'entrée de Napoléon à Berlin

La campagne de Prusse - 1806

Alors que la quatrième coalition, rassemblant l’Angleterre, la Russie et la Prusse, s’est organisée durant l’année…

La guerre juste

Le choc des cultures

Dans une nation moins déchristianisée que la France, où la foi ne constitue pas le principe de ralliement d’un parti (comme…

La guerre juste
La guerre juste
La guerre juste

France, Allemagne, deux modèles universitaires

Le « moment Napoléon » et la création de deux modèles universitaires

Dans la première décennie du XIXe siècle, deux modèles…

France, Allemagne, deux modèles universitaires
France, Allemagne, deux modèles universitaires

La bataille de Berlin

Quand l’Armée Rouge prend Berlin.

Ultime combat mené contre la Wehrmacht, la Bataille de Berlin qui se déroule du 16 avril au 2 mai 1945 achève…

La bataille de Berlin
La bataille de Berlin
La bataille de Berlin

Le Printemps des peuples en Allemagne

La France, foyer de la révolution européenne

En mars 1848, le continent européen s’embrase à nouveau, de Vienne à Venise en passant par Prague et…

Soldats soviétiques après la bataille de Berlin

Berlin aux mains des Soviétiques

L’avance des Soviétiques s’est accélérée dès le début de 1945, grâce au déclenchement d’une offensive massive qui…

Soldats soviétiques après la bataille de Berlin
Soldats soviétiques après la bataille de Berlin
Soldats soviétiques après la bataille de Berlin

Le faux Hitler

La chute du IIIe Reich en images

La progression des forces Alliées contre les nazis a donné lieu à la production et à la diffusion de…

Rassemblements contre les acquittements de Nuremberg

Le cliché pris en octobre 1946 à Berlin dans la zone soviétique est à situer dans un double contexte que reflètent les deux banderoles sur la façade…
Frankfurter Strasse

Dans les ruines de Berlin

Berlin après la bataille.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Berlin est dévastée. Cible de raids aériens anglais depuis 1940,…

Dans les ruines de Berlin
Dans les ruines de Berlin
Dans les ruines de Berlin