"L'Alcool voilà l'ennemi"

Date de création : 1900

Date représentée :

H. : 100 cm

L. : 120 cm

Tableau mural d'anti-alcoolisme par le Dr Galtier-Boissière.

Éditeur : Armand Colin & Cie

© Ecomusée de la Communauté Urbaine Le Creusot Montceau-Les-Mines - Cliché Daniel Busseuil

Lien vers l'institution

L'École, premier lieu de lutte contre l'alcoolisme

Date de publication : Janvier 2006

Auteur : Myriam TSIKOUNAS

Depuis 1873, année de promulgation des « lois Théophile Roussel » réprimant l’ivresse publique, les représentants des ligues de tempérance réclament une action énergique du gouvernement en matière de lutte contre l’alcoolisme. En 1895, ils obtiennent de Raymond Poincaré, alors ministre de l’Instruction publique, qu’un enseignement sur les dangers de l’alcool « au point de vue de l’hygiène, de la morale, de l’économie sociale et politique » occupe une place officielle au programme, au même titre que le français et les mathématiques. Des médecins viennent sensibiliser les instituteurs et les normaliens, et introduisent dans les classes tout un matériel antialcoolique allant des affiches aux tableaux muraux en passant par les buvards, les bons points et les manuels de lecture courante.

Ce tableau mural, évoqué par Marcel Pagnol dans La Gloire de mon père, a été conçu par le docteur Galtier-Boissière. Fondé sur une pédagogie de la peur, il présente le même homme avant et après les ravages de l’alcoolisme. Il compare aussi les organes sains aux viscères abîmés par l’alcool, laissant supposer que l’« ivrogne » ne saurait guérir.

Tant qu’il est sobre, le personnage est correctement vêtu. Sa moustache est lissée, et ses cheveux soigneusement peignés ; ses entrailles comme son cerveau ont bel aspect. Devenu intempérant, l’homme se néglige. Il a laissé pousser sa barbe, et ses cheveux, plus rares, ne sont pas coiffés. Des rides profondes sillonnent son visage. Il ne porte plus de cravate, le col de sa chemise est ouvert. À l’intérieur c’est pire : l’estomac s’est ulcéré, une dégénérescence graisseuse a affecté le cœur et les reins, le buveur est victime d’une méningite.

Cependant, comme en témoigne cette planche, qui oppose également, sur les bords du cadre, bonnes « boissons naturelles » et mauvais « alcools industriels », pour les médecins de l’époque, tous les breuvages ne sont pas nocifs. Le vin, la bière, le cidre et le poiré, obtenus par fermentation, ne rendent malades ni l’humain ni la souris cobaye. En revanche, l’alcool de grain, de betterave ou de pomme de terre tue rapidement le buveur comme le rongeur.

Cette distinction, infondée scientifiquement, entre boissons hygiéniques et alcools industriels perdurera durant encore un demi-siècle. Jusqu’aux années 1950, seules les boissons distillées sont déconseillées. Le corps médical français continue de croire, comme le docteur Galtier-Boissière, que les boissons fermentées sont hygiéniques et qu’on peut en encourager la consommation à raison d’un litre par jour. Le vin reste considéré comme un médicament et un reconstituant. Des buvards publicitaires, distribués dans les écoles, indiquent toujours qu’un litre de vin à 12 degrés équivaut à 850 grammes de lait, 370 grammes de pain, 585 grammes de viande ou cinq œufs.

Seuls quelques membres de ligues antialcooliques écrivent régulièrement dans la presse que « les buveurs de pinard sont aussi des alcooliques ».

Comme l’indique la présence de ce tableau dans les salles de classe, l’école est, durant la première moitié du XXe siècle, le principal lieu de prévention de l’alcoolisme. Sous la IIIe République, les responsables de l’Instruction publique sont convaincus que c’est en apprenant la sobriété et la tempérance à la jeunesse qu’ils réussiront à atteindre les parents pour modifier leur comportement.

Didier NOURRISSON, Le Buveur du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, coll. « L’Aventure humaine », 1990.

Myriam TSIKOUNAS, Le discours alcoologique en France (1873-1918), in Cahiers de l’Ireb, n° 10, 1991, p.43-57.

Comité français d'éducation pour la santé (C.F.E.S.), 130 ans de prévention de l’alcoolisme en France.1870-2000, Paris, Éd.du C.F.E.S., 2000.

Myriam TSIKOUNAS, « L'École, premier lieu de lutte contre l'alcoolisme », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 06/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/ecole-premier-lieu-lutte-contre-alcoolisme

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Bonne et mauvaise ivresse

À Paris, en 1829, des médecins et des chimistes fondent les Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale, dont l’objectif est de rendre compte…
Bonne et mauvaise ivresse
Bonne et mauvaise ivresse
L'Esclave volontaire - WILLETTE Adolphe

Adolphe-Léon Willette : promotion et dénonciation de l'alcool

En 1872, au lendemain du désastre de la Commune et de la grande peur sociale qui s’ensuit, plusieurs ligues antialcooliques sont créées. Elles se…

Adolphe-Léon Willette : promotion et dénonciation de l'alcool
Adolphe-Léon Willette : promotion et dénonciation de l'alcool

La grève des années 1880

Les années 1880 sont marquées par une importante crise économique et sociale. Les mouvements de grève, autorisés depuis la loi de 1864 sur les…

Les codes publicitaires de l'alcool et du tabac dans les années 1930

Des origines de leur promotion, vers 1850, jusqu’aux lendemains de la Grande Guerre, presque toutes les affiches et encarts publicitaires en faveur…
Les codes publicitaires de l'alcool et du tabac dans les années 1930
Les codes publicitaires de l'alcool et du tabac dans les années 1930
Dans un café ou L'Absinthe - Edgar Degas

La « Fée verte »

Jusqu’à la fin des années 1870, les hygiénistes français véhiculent l’idée que l’alcoolisme est l’apanage des « classes ouvrières ». Durant la…

La « Fée verte »
La « Fée verte »
Dans un café ou L'Absinthe - Edgar Degas

Regard sur l’alcoolisme

L’œuvre fut probablement montrée lors de la deuxième exposition impressionniste sous le titre Dans un café.

À partir de 1876, une…

Monsieur et Madame Toujours-Soif

Les Stéréotypes du buveur

Montbéliard fut, entre 1800 et 1850, l’une des capitales de l’imagerie populaire, au même titre qu’Épinal ou Wissembourg. Les frères de Deckherr,…

"L'Alcool voilà l'ennemi"

L'École, premier lieu de lutte contre l'alcoolisme

Depuis 1873, année de promulgation des « lois Théophile Roussel » réprimant l’ivresse publique, les représentants des ligues de tempérance…

La Blanchisseuse - Honoré Daumier

Le travail des femmes au XIXe siècle

Si le thème du travail dans la peinture est courant en Hollande, et ce depuis le XVIIe siècle, ce n’est pas le cas en France, où l’on a longtemps…

Le travail des femmes au XIX<sup>e</sup> siècle
Le travail des femmes au XIX<sup>e</sup> siècle
Le travail des femmes au XIX<sup>e</sup> siècle
Le travail des femmes au XIX<sup>e</sup> siècle