Thiers proclamé

Thiers proclamé "Libérateur du Territoire" lors de la séance de l'Assemblée Nationale

Date représentée : 18 juin 1877

H. : 63

L. : 99,5

Titre complet : Thiers proclamé "Libérateur du Territoire" lors de la séance de l'Assemblée Nationale tenue à Versailles le 16 juin 1877.Chromolithographie;Gravure

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

92DE984/inv gravures 6729

Thiers proclamé « Libérateur du Territoire », le 16 juin 1877

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS

La fin d’une longue carrière

Au début de la IIIe République, Adolphe Thiers achève une longue carrière politique commencée sous la Restauration. Appelé à la tête du gouvernement provisoire en février 1871, il conclut la paix de Francfort avec l’Allemagne, le 10 mai 1871, se résignant à l’abandon de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine, et réprime la Commune parisienne, donnant à la République son assise à la fois nationale et internationale. En 1873, les séquelles de la guerre sont définitivement réglées : le succès de deux emprunts successifs permet le paiement des 5 milliards de francs-or d’indemnités exigés par la Prusse pour l’évacuation des départements encore occupés. En prônant une république conservatrice, Thiers se heurte cependant à la majorité monarchiste de la Chambre qui, bien que divisée, reste en quête d’une restauration. Aussi Thiers doit-il démissionner et céder la place au maréchal de Mac-Mahon.

Un incident de séance

L’achat à Ullmann (dont l’œuvre présentée ici est une copie), peintre de nombreux tableaux commémorant les combats de 1870-1871 et le siège de Paris, de cette scène de la vie parlementaire poursuit une tradition de peinture historique qui a connu son apothéose sous la monarchie de Juillet. On peut toutefois s’interroger sur sa vigueur réelle : rien ne soutient véritablement ici une composition essentiellement narrative, qui se résume à un mouvement de députés et surtout à une galerie de portraits.

La scène se passe le 18 juin 1877 à la Chambre des députés, installée alors à Versailles, deux jour après le renversement du gouvernement Broglie, royaliste. Suivons le compte rendu de la séance tel qu’il a été donné au Journal officiel : « Le ministre de l’Intérieur : “Les hommes qui sont au gouvernement aujourd’hui sortaient des élections de 1871 et faisaient partie de cette Assemblée nationale dont on peut dire qu’elle a été la pacificatrice du pays et la libératrice du territoire !” (“Très bien”, à droite). Plusieurs membres, désignant M. Thiers : “Le voilà, le libérateur du territoire !” (À ce moment, les membres de la gauche et du centre se lèvent et, se tournant vers M. Thiers, le saluent des plus vives acclamations et des plus chaleureux applaudissements.) »

Fin ou continuité de la peinture d’histoire ?

Cet incident de séance, dont la portée politique fut en réalité essentiellement symbolique, illustre les tensions qui parcourent la Chambre depuis le renvoi le 16 mai 1877 du président du Conseil Jules Simon, républicain, par Mac-Mahon. Toujours désireux d’une restauration monarchique, ce dernier se heurte en effet à une Chambre en majorité républicaine depuis les élections de 1876. La crise politique qui éclate entraîne alors un effet d’union chez les républicains : l’ancien « fusilleur de la Commune » est avant tout présenté comme l’initiateur du nouveau régime. Insister sur son rôle personnel aux dépens de celui de l’Assemblée de 1871, qui était alors monarchiste, va dans le même sens.

Cette œuvre est cependant aussi éloignée de la peinture héroïque de David ou de Gros que de celle, anecdotique, d’Horace Vernet. L’artiste se réduit pratiquement au rôle d’un reporter-photographe, les dimensions du tableau faisant encore plus ressortir le vide de la pensée. Le réalisme de la description, l’exactitude franchement assumée comme un but deviennent les seuls objet de la toile. On mesure ici la difficulté de la représentation de l’histoire contemporaine, à une époque où l’éclectisme et la diversité s’imposent de plus en plus comme la règle en peinture.

Pierre GUIRAL Adolphe Thiers ou De la nécessité en politique Paris, Fayard, 1986.Jean-Marie MAYEUR La Vie politique sous la Troisième République Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1984.Michel WINOCK La Fièvre hexagonale : les grandes crises politiques de 1871 à 1968 Paris, Calmann-Lévy, 1986, rééd.Seuil, coll. « Point Histoire », 1987.

Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS, « Thiers proclamé « Libérateur du Territoire », le 16 juin 1877 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/thiers-proclame-liberateur-territoire-16-juin-1877

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Albums liés

Découvrez nos études

Le procès des communards

La répression judiciaire de la Commune

Dès la « Semaine sanglante », avec l’entrée des troupes versaillaises dans Paris, les soldats des généraux…

Le procès des communards
Le procès des communards

Funérailles et Apothèose de Thiers, La France pleurant devant son corps

L’hommage au grand homme

A sa mort, en septembre 1877, Thiers présentait une figure ambivalente. Sa longue carrière avait été celle d’un libéral,…

L’écrasement de la Commune

L’écrasement de la Commune

Proclamée en mars 1871 dans la capitale assiégée par les troupes allemandes, la Commune de Paris est une tentative de…

Les présidents de la République française

De 1871 à 1940, les présidents de la IIIe République, élus au suffrage restreint, ont été Adolphe Thiers (1797-1877), auquel a succédé…

Les présidents de la République française
Les présidents de la République française
Les présidents de la République française
Les présidents de la République française
Thiers proclamé "Libérateur du Territoire" lors de la séance de l'Assemblée Nationale

Thiers proclamé « Libérateur du Territoire », le 16 juin 1877

La fin d’une longue carrière

Au début de la IIIe République, Adolphe Thiers achève une longue carrière politique commencée sous la Restauration.…

Le suffrage universel - Marie-Cécile Goldsmid

Le suffrage universel, estampe dédiée à Ledru-Rollin

La république selon la citoyenne Goldsmid

Avec la révolution de février 1848, la France connaît une ébullition éditoriale. Journaux et images…

Une caricature d'Adolphe Thiers en 1871

Le gouvernement de la Défense nationale, mis en place après la chute du Second Empire, veut organiser au plus vite l’élection d’une Assemblée…

Louis-Philippe Ier et la Charte - Winterhalter

Portraits officiels : Louis-Philippe et Napoléon III

Une ère nouvelle

Les Trois Glorieuses obligent Charles X à fuir Paris. Conscient de son impopularité, le souverain déchu espère voir son petit-fils…

Portraits officiels : Louis-Philippe et Napoléon III
Portraits officiels : Louis-Philippe et Napoléon III

Un “ canard ” républicain (1833)

Adolphe Thiers, chargé des prisons en 1833, comme secrétaire d’état au Commerce et aux Travaux publics, décide de faire de la prison centrale du Mont…
Un “ canard ” républicain (1833)
Un “ canard ” républicain (1833)
Un “ canard ” républicain (1833)

La France vaincue

La victoire de la Prusse à Sedan le 2 septembre 1870 entraîne l’effondrement du Second Empire. Deux jours plus tard, la déchéance de la famille…

La France vaincue
La France vaincue
La France vaincue