Le prince Louis Napoléon, Président de la République

Le prince Louis Napoléon, Président de la République

Date de création : 1850

Date représentée : 09 juin 1850

H. : 40,5

L. : 56

peinture à l'huile sur toile Titre complet :Le prince Louis Napoléon, Président de la République décorant de la Légion d'honneur Jean-Baptiste Pruvost, charretier, le 9 juin 1850, à Saint-Quentin.

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

92DE4975/C 84001

Louis Napoléon, Président de la République et futur empereur

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Alain GALOIN

Le 9 juin 1850, la Ville de Saint-Quentin recevait le prince Louis Napoléon Bonaparte, unique président de la IIe République.
Le 10 décembre 1848, il avait été élu à la tête de l’Etat pour quatre ans, au suffrage universel, avec 5 434 000 voix. La droite conservatrice et monarchiste avait favorisé son élection car elle pensait, comme Adolphe Thiers, que le prince serait facile à manœuvrer. Celui-ci avait également bénéficié du soutien des socialistes : son saint-simonisme était pour eux une garantie ; en 1844, il avait publié une brochure socialisante, L’Extinction du paupérisme, que ses agents électoraux avaient largement répandue dans les milieux ouvriers en 1848. Le candidat Bonaparte avait d’ailleurs mis en œuvre une habile propagande personnelle. C’était un homme ambitieux, intelligent, qui croyait à son destin – qu’il confondait avec la restauration de l’Empire.

Or, les pouvoirs du prince-président devaient expirer en mai 1852 et il n’était pas immédiatement rééligible. Après l’échec du projet de révision de la Constitution, il n’y avait pas d’autre issue pour lui que le coup d’Etat.

En 1850 et 1851, Louis Napoléon effectua donc de nombreuses visites officielles en province pour préparer les masses et l’opinion publique à l’éventualité d’un coup d’Etat, prélude au rétablissement de l’Empire. La visite du prince-président à Saint-Quentin s’inscrit dans ce contexte de propagande à peine déguisée, pour un régime impérial qui doit rassurer : « Le nom de Napoléon est à lui seul tout un programme… Ordre, autorité, religion, bien du peuple.

Le 9 juin 1850, le prince-président se rend en visite officielle à Saint-Quentin, dans l’Aisne, pour l’inauguration du chemin de fer. Pour l’occasion, la Société académique de Saint-Quentin a organisé une exposition horticole et industrielle dans les bâtiments de l’ancienne abbaye de Fervaques. Louis Napoléon visite l’exposition et assiste à la remise des prix. C’est cet épisode qu’a représenté Charles Giraud.

Le tableau est divisé en deux plans. Au premier, le public des notables invités à la cérémonie. Ils sont assis et certains applaudissent. Au second plan, sur une estrade derrière laquelle sont tendues des draperies, le prince-président, debout, revêtu de l’uniforme de général de la garde nationale et assisté du préfet de l’Aisne, décore de la Légion d’honneur un humble charretier, digne vieillard en bourgeron. Derrière eux se tiennent les personnalités appartenant à la suite du président de la République et les membres du bureau de la Société académique de Saint-Quentin, organisatrice de la manifestation. De chaque côté de l’estrade, des greffiers siègent derrière un bureau.

Ce tableau de Charles Giraud est peut-être davantage un projet qu’une esquisse au sens précis du terme. Il n’y a pas de trace d’une commande passée au peintre pour l’exécution du sujet en grand format. Il n’est pas impossible d’ailleurs que cet acte du président de la République Louis Napoléon Bonaparte ait paru beaucoup moins intéressant à l’empereur Louis Napoléon, parce que trop « démocratique ».

Charles Giraud a représenté de façon relativement fidèle ce moment particulier de la visite du prince-président à Saint-Quentin. avec cette nuance toutefois qu’il lui a paru plus spectaculaire – ou plus « convenable » – de saisir Jean-Baptiste Pruvost debout, au moment où il est décoré.

Le prince-président est probablement fort heureux de récompenser lui-même ce vénérable ouvrier agricole, blanchi sous le harnais et, de surcroît, ancien soldat de la grande armée de l’Empereur. Il montre qu’il sait garder le contact avec les classes laborieuses de la société et satisfait ainsi la gauche républicaine et socialiste.

Néanmoins, cette visite de Louis Napoléon Bonaparte à Saint-Quentin est lourde de sens politique. Dans le discours qu’il prononce au cours du banquet qui a lieu au théâtre de Saint-Quentin, le prince-président rompt – sans le renier – avec son passé de conspirateur, en rappelant qu’il a été emprisonné pendant six ans derrière les murs de la forteresse de Ham – ville proche de Saint-Quentin –, après la folle équipée de Boulogne en août 1840. Il rappelle également que quarante-huit ans auparavant, Napoléon Bonaparte, alors Premier consul, vint en ces lieux pour inaugurer le canal de Saint-Quentin. Il place donc son action dans l’exacte continuité de celle de son illustre prédécesseur.

Ainsi, à deux ans et demi de la proclamation de l’Empire, Louis Napoléon Bonaparte est reçu à Saint-Quentin davantage en héritier et successeur de son oncle l’empereur Napoléon Ier qu’en président de la République. Personne ne s’y trompe : on crie sur son passage « Vive Napoléon ! », « Vive le Président ! » et même « Vive l’Empereur ! » Les cris de « Vive la République ! » sont timides et rapidement étouffés.

R.BURNAND L’Encyclopédie par l’image - Napoléon III (1808-1873) Paris, Hachette, 1951.Elie FLEURY Visite de chefs d’Etat à Saint-Quentin depuis le commencement du siècle , 1897. Le Journal de Saint-Quentin , jeudi 13 & dimanche 16 juin 1850.Jean-Marie MOULIN « Musée national du Château de Compiègne - Acquisitions récentes (1978-1986) pour le musée du Second Empire » in La Revue du Louvre , 1988, p.46.R.BURNAND L’Encyclopédie par l’image - Napoléon III (1808-1873) Paris, Hachette, 1951.Elie FLEURY Visite de chefs d’Etat à Saint-Quentin depuis le commencement du siècle , 1897. Le Journal de Saint-Quentin , jeudi 13 & dimanche 16 juin 1850.Jean-Marie MOULIN « Musée national du Château de Compiègne - Acquisitions récentes (1978-1986) pour le musée du Second Empire » in La Revue du Louvre , 1988, p.46.

Alain GALOIN, « Louis Napoléon, Président de la République et futur empereur », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 01/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/louis-napoleon-president-republique-futur-empereur

Anonyme (non vérifié)

Louis Napoléon Bonaparte qu'on n'appelle aussi Napoléon III et moins fort en guerre que son oncle Napoléon Bonaparte.

mar 22/01/2013 - 15:16 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Création de la Légion d'honneur

Les distinctions avaient été supprimées en 1791. Une fois au pouvoir, Bonaparte décida de créer un ordre national pour récompenser le mérite civil…

Ratapoil

C’est dans le climat politique tendu qui précéda le coup d’Etat du 2 décembre 1851, à la suite duquel Louis-Napoléon Bonaparte devint président de…

Ratapoil
Ratapoil
Ratapoil
Ratapoil

Les inondations en France sous le Second Empire

Durant le XIXe siècle, la France a connu de multiples catastrophes naturelles, notamment les crues des grands fleuves. La Seine et la Loire ont…

Les inondations en France sous le Second Empire
Les inondations en France sous le Second Empire

L'Empereur et l'Impératrice reçus chez le sénateur-comte Mimerel

En 1867, le prestige du régime impérial est déjà fort terni, en France comme à l’étranger. À partir de 1865, l’autorité de l’empereur décline : il…

Le boulangisme et les autres tendances politiques

Le général Boulanger, né du « désir des masses » ?

La courte période boulangiste a été marquée par quelques coups d’éclat publics qui étaient la…

Le boulangisme et les autres tendances politiques
Le boulangisme et les autres tendances politiques
Le boulangisme et les autres tendances politiques
Le boulangisme et les autres tendances politiques
Grandes inondations de 1856

Grandes inondations de 1856

Au cours du XIXe siècle, l'inondation est le cataclysme naturel le plus souvent représenté dans l'imagerie d'actualité. Moins dévastatrice que les…

Napoléon, idole du peuple sous Louis-Philippe

« Toujours lui ! Lui partout ! », s’exclamait Victor Hugo dans Les Orientales (1829), à quoi Auguste Barbier répondait dans « L’idole » (Les…

Napoléon, idole du peuple sous Louis-Philippe
Napoléon, idole du peuple sous Louis-Philippe
Napoléon, idole du peuple sous Louis-Philippe

La propagande boulangiste

Le plébiscite populaire du général Boulanger

La menace qu’a fait peser le général Boulanger sur la république a été brève. Tout commence quand,…

La propagande boulangiste
La propagande boulangiste

La Cour Impériale à Fontainebleau, le 24 juin 1860

La fête impériale

Sous le Second Empire, Napoléon III s’entoure d’une cour animée par Eugénie de Montijo, devenue son épouse en janvier 1853. Jugée…

Le boulangisme

Le général Boulanger et la crise de la république naissante

La chute de Napoléon III à Sedan, le 2 septembre 1870, entraîne la France dans une…

Le boulangisme
Le boulangisme
Le boulangisme
Le boulangisme