Tour du travail.

Tour du travail.

Tour du travail dans l'atelier. Photographie d'Eugène DRUET (1867-1916).

Tour du travail dans l'atelier. Photographie d'Eugène DRUET (1867-1916).

Tour du travail.

Tour du travail.

Auteur : RODIN Auguste

Lieu de conservation : musée Rodin (Paris)
site web

Date de création : 1898

Date représentée :

H. : 151

L. : 64,5

plâtre

© Musée Rodin, Paris - Cliché A. Rzepka

http://www.musee-rodin.fr

S.169

La Tour du travail

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Antoinette LE NORMAND ROMAIN

La glorification du monde du travail

Cherchant un symbole marquant pour l’Exposition universelle de 1900, Armand Dayot eut l’idée d’un monument au travail. Le sujet était « dans l’air », comme l’avait noté Jules Dalou en 1897 : « L’avenir est là, c’est le culte appelé à remplacer les mythologies passées. » Avec Dalou et Constantin Meunier, le paysan puis l’ouvrier, longtemps réduits au rôle d’allégories secondaires, avaient en effet conquis peu à peu le droit à être reconnus et représentés en tant que tels.

Jusqu’alors la figure traditionnelle du travail, qui a traversé les siècles, était Héphaïstos, le dieu grec du feu et des métaux (Vulcain chez les Romains).

Des sources multiples

Rodin se mit au travail avec enthousiasme et fut bientôt en mesure de présenter une maquette qui fut exposée dans le cadre de l’exposition Rodin de 1900. Il avait adopté la forme de la colonne mais, pour rendre accessible le message du monument, il imagina de fixer un chemin en spirale autour d’un tronc orné de bas-reliefs et d’enfermer le tout dans une tour ajourée laissant pénétrer largement la lumière. Rappelant « la ruche et le phare », inspiré à la fois de la colonne Trajane et de la colonne Vendôme, de la tour de Pise et de l’escalier du château de Blois, l’ensemble est placé sur un soubassement flanqué des figures du Jour et de la Nuit. Celui-ci abrite une crypte où devaient être représentés « la vie des mineurs, des scaphandriers, les sombres et pénibles labeurs de la terre et de la mer. Puis l’ascension commence… A mesure que l’on monte le travail s’affine, les métiers sont moins grossiers, l’esprit y prend plus de part. […] Au sommet c’est la pensée pure qui réside, le métier le plus noble représenté par l’artiste, le poète, le philosophe. Puis, couronnant le monument en plein ciel, posés sur l’extrémité de la colonne qui, maintenant dégagée de la tour, s’élance vers l’azur, deux génies versant sur le travail l’Amour et la Joie, car c’est d’amour et de joie, malgré toutes les douleurs et toutes les haines, qu’est fait le Travail ». Ce groupe connut ensuite une existence indépendante sous le titre de Bénédictions.

Un projet utopique

« L’homme aime autant travailler bien que travailler mal, disait Rodin ; je crois même que la première manière lui sourit davantage, comme plus conforme à sa nature. Mais il écoute tantôt les bons, tantôt les mauvais conseils ; et c’est actuellement aux mauvais qu’il accorde la préférence. Et, pourtant, combien l’humanité serait plus heureuse, si le travail, au lieu d’être pour elle la rançon de l’existence, en était le but ! » Comme pour lui donner raison, le financement de la tour ne fut jamais trouvé et, quoique la réalisation en eût été relancée à plusieurs reprises, elle demeura à l’état d’utopie comme les projets contemporains ou très légèrement postérieurs de Jules Dalou, Constantin Meunier (réalisé en 1931 sous une forme différente), Charles Van der Stappen ou Henri Bouchard.

Emmanuelle HÉRAN « L’âge des colosses. Le gigantisme dans la sculpture au début du XXe siècle », catalogue de l’exposition 1900, Paris, Grand Palais, p. 31-39.Collectif, Catalogue de l’exposition Rodin en 1900.L’exposition de l’Alma Paris, RMN, 2001, (objet n° 94).

Antoinette LE NORMAND ROMAIN, « La Tour du travail », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/tour-travail

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Allégorie de la régence d’Anne d’Autriche

La régence d’Anne d’Autriche

Si sa date de réalisation est attestée – 1648 –, on ignore à la fois qui a commandé la toile et son emplacement…

Conseil économique du travail

Pour une démocratie économique

Lors du premier conflit mondial, la CGT se révèle un partenaire efficace de l'Union sacrée. Forte de cette…

Allégorie du Retour des Bourbons le 24 avril 1814 : Louis XVIII relevant la France de ses ruines

La monarchie restaurée

Nul n’aurait songé à restaurer les Bourbons sur le trône de France si la défaite puis l’abdication de Napoléon n’avaient…

La décoration picturale de l'Hôtel de ville de Paris

La reconstruction de l’hôtel de ville de Paris après la Commune

Au terme de la semaine sanglante, les communards qui se repliaient devant l’armée…

Les meurtrissures de la Grande Guerre

La Grande Guerre comme source d’inspiration

Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923) est âgé de cinquante-cinq ans quand la Première Guerre…

Les meurtrissures de la Grande Guerre
Les meurtrissures de la Grande Guerre
Les meurtrissures de la Grande Guerre

Le soutien aux républicains depuis la France

La guerre en Espagne vue de France

Bien que les deux alliances électorales portent le nom de « front populaire », les nouveaux gouvernements…

L’échange des princesses

Une toile mal placée ?

En 1622, Marie de Médicis passe commande au célèbre peintre anversois Rubens d’une série de toiles destinées à former un…

La Révolution et l'Église en 1791

L’effondrement de la situation de l’Église

Au début de la Révolution le catholicisme apparaît comme la religion nationale ; partout des…

Plus jamais ça !

« Plus jamais ça ! »

La Grande Guerre, par sa durée insupportable, l’extension et la multiplication de ses fronts, l’expérience des tranchées et…

Plus jamais ça !
Plus jamais ça !
Rouget de Lisle composant la Marseillaise (?)

Rouget de Lisle composant la Marseillaise

Le 20 avril 1792, la France en révolution entre en guerre contre l’Europe des monarques coalisés. Quelques jours plus tard, le maire de Strasbourg…