Journée de l'armée d'afrique et des Troupes coloniales.

Journée de l'armée d'afrique et des Troupes coloniales.

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

H. : 0

L. : 0

© Collections La Contemporaine

Les troupes coloniales françaises

Date de publication : Juillet 2006

Auteur : Laurent VÉRAY

En 1914-1918, les opérations militaires n’ont pas été très importantes en Afrique. En revanche, les soldats originaires des colonies ont joué un rôle considérable sur les fronts européens et dans les Balkans, en particulier pour l’armée française qui a recruté près de 158 000 hommes en Afrique du Nord et 134 000 en Afrique noire (sur 8 700 000 hommes qui ont combattu en métropole). L’ensemble des troupes coloniales mobilisées durant le conflit s’élève à 600 000 selon Marc Michel.

Cette affiche a été réalisée par le peintre et dessinateur réaliste Lucien Jonas, dont les œuvres régulièrement publiées dans la presse (en particulier dans L’Illustration) connaissent un grand succès pendant toute la guerre. Elle annonce une journée de charité, comme on en organise depuis le début du conflit au niveau national ou départemental en faveur des soldats. Intitulée « Journée de l’armée d’Afrique et des troupes coloniales », elle représente des soldats de l’armée coloniale française lancés à l’assaut d’une position allemande, thème qui en fait la grande originalité (c’est sans doute la première affiche qui le traite). Au premier rang de ces fougueux combattants figure un tirailleur sénégalais, le plus connu des soldats coloniaux, qui s’avance en criant et en brandissant son fusil, plein de rage et de courage. L’affichiste l’a particulièrement mis en valeur : il est en effet au centre et occupe pratiquement toute la hauteur de l’image. Son attitude et son regard traduisent sa détermination. Sa capote en lambeaux, qui laisse entrevoir le jaune et le bleu de son uniforme, prouve que même les barbelés allemands n’ont pu l’arrêter. On peut supposer que le fantassin casqué se trouvant à sa gauche est un Maghrébin.

Ce sont l’élan et le mouvement vers l’avant des combattants qui caractérisent l’ensemble de cette affiche, cherchant ainsi à témoigner de l’ardeur et de la bravoure des Africains, comme de leur fierté de se battre pour la France, par reconnaissance pour la « Mère Patrie ». La composition rappelle beaucoup l’affiche « Les Amazones au combat de Dogba », réalisée par Charles Castellani en 1897, qui illustre la sauvagerie des indigènes lors de la conquête coloniale. Mais ici, il est clair que la « sauvagerie » a été domptée (l’indigène porte l’uniforme français) et mise au service de la bonne cause (ces troupes de choc doivent servir à l’anéantissement de la « barbarie » allemande). De ce point de vue, l’affiche reflète fidèlement l’opinion que, selon la théorie élaborée par le général Mangin en 1910, le commandement français avait de la « force noire » et de sa capacité à participer efficacement aux « coups durs » de la guerre en Europe.

Laurent GERVEREAU, La Propagande par l’affiche, Paris, Syros-Alternatives, 1991.Marc MICHEL, Les Africains et la Grande Guerre.L’appel à l’Afrique (1914-1918), Paris, Karthala, 2003.Stéphane AUDOIN-ROUZEAU et Jean-Jacques BECKER (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918, Paris, Bayard, 2004.

Laurent VÉRAY, « Les troupes coloniales françaises », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 01/02/2023. URL : histoire-image.org/etudes/troupes-coloniales-francaises

Anonyme (non vérifié)

Ecole de LA MARTELLIERE

Rue du Bois Praud

44 230 SAINT SEBASTIEN SUR LOIRE

Nous sommes une classe de CM1-CM2 et nous devons réaliser un document qui sera projeté au Château de Nantes, au Rectorat et sur le site académique pour un colloque scolaire sur la guerre de 1914.

Nous avons à traiter les pays du monde en guerre à cette période.

Pourriez-vous nous donner l'autorisation de diffuser les images concernant les participations coloniales à la guerre de 1914-18 ainsi que des images concernant les autres belligérants ?

Vous remerciant à l'avance, nous vous adressons nos cordiales salutations.

Jocelyne Rondeau

dim 06/04/2014 - 13:06 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Merci pour l'intérêt que vous portez à notre site.
Le site L’Histoire par l’image ne dispose pas des droits d’utilisation des images hormis pour ce site.
Si vous souhaitez utiliser une image du site, nous vous invitons à vous contacter l'organisme cité dans la partie contact du copyright.

Par ailleurs, le site participe au projet Eduthèque :
http://www.edutheque.fr/thematiques/arts-et-lettres/partenaire/rmn-lhistoire-par-limage.html

Dans ce cadre, certaines images sont proposées au téléchargement et utilisables sous certaines conditions :
http://www.edutheque.fr/mode-demploi/conditions-generales-dutilisation.html

Cordialement,

mar 08/04/2014 - 15:22 Permalien
Anonyme (non vérifié)

"On peut supposer que le fantassin casqué se trouvant à sa gauche est un Maghrébin". Je vois pourtant à sa gauche un autre africain noir, à sa droite un français de métropole à la moustache début du siècle, puis plus à sa droite peut-être un asiatique (ou un berbère ?). De toute façon dans les RIC, il y avait aussi bien des soldats français de métropole. Ce qui est frappant dans cette affiche, c'est plutôt la communauté de combat qui est mise en avant. On peut en penser ce qu'on veut évidemment, selon ses dispositions d'esprit. Mais pas de racisme.

dim 01/06/2014 - 15:38 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Le soldat à gauche peut très bien être d'origine Française métropolitaine. Mon arrière grand père (Pierre Dupuy 1879-1956), "pur Ariègeois" a servi sous le drapeau Français lors de la première guerre mondiale : 44è régiment d'infanterie coloniale, 38è régiment d'infanterie coloniale, 6è régiment d'infanterie coloniale...
II a participé à l'assaut de la colline de Vauquois ou à la bataille de la Somme avec des tirailleurs Sénégalais ou des régiments Marocains (archives en ligne sur le site "mémoires des hommes"). Il en a déduit que nous étions tous égaux face à la mort, peut importe la couleur de peau ou la culture d'origine. Et à transmis ça à ses descendants. Que ces gens avaient été dignes et courageux. Qu'ils méritaient le respect de la France, Pays qu'ils ont défendu avec courage

lun 15/03/2021 - 07:55 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les femmes dans l’armée de Libération

Les « Merlinettes »

Dans le cadre de l’organisation des troupes françaises libres, le général d’armée Giraud, commandant en chef des forces…

Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870

La défaite de l’armée de Napoléon III à Sedan (Mac-Mahon) et à Metz (Bazaine) à l’automne 1870 provoqua l’effondrement du Second Empire et la…

Scène de dragonnade (Fin XVIIe siècle)

Le protestantisme dans la clandestinité

Dans un genre très répandu au XVIIe siècle, notamment depuis l’épisode de la Fronde, cette gravure de…

Soldats de la Première République

Raffet est surtout connu comme lithographe et reconnu comme l’illustrateur fondateur de la légende napoléonienne. Attentif aux petits faits qui…

L'interrogatoire du prisonnier

La guerre : une réalité quotidienne

Quand la Première Guerre mondiale débute au milieu de l’été 1914, les belligérants s’accordent à penser qu’…

Les correspondants de guerre

La fabrique de l’information

Après une courte période d’existence (1918-1919) à la fin de la Première Guerre mondiale, le Ministère de l’…

La galerie des Glaces transformée en ambulance

L’effondrement du Second Empire en 1870 suite aux victoires de l’armée allemande s’accompagna d’une avance rapide de l’ennemi jusqu’à Paris,…

Les monuments aux morts de la Grande Guerre

La Première Guerre mondiale a fait environ 10 millions de morts dans le monde, et les survivants n’ont eu de cesse de commémorer les disparus. Dès…

Les monuments aux morts de la Grande Guerre
Les monuments aux morts de la Grande Guerre
La charge d'une section de zouaves sur le plateau de Touvent ; la première vague à l'assaut.

Photographier la Grande Guerre

Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, la photographie est encore considérée comme le meilleur moyen de s’approcher de la réalité. On…

Photographier la Grande Guerre
Photographier la Grande Guerre
Signature du Traité de paix le 28 juin 1919 dans la Galerie des Glaces de Versailles

La signature du traité de Versailles

Faire la paix en 1919, une gageure

La conférence de la paix s’ouvre à Versailles le 18 janvier 1919. Deux mois après l’armistice, la question…