Correspondants de guerre

Correspondants de guerre

Auteur : ANONYME

Lieu de conservation : Le Mémorial de Caen (Caen)
site web

Date de création : 06-juin-44

H. : 17,7 cm

L. : 12,7 cm

tirage argentique

© Mémorial de Caen

MEMO_PHOT_01365

Les correspondants de guerre

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Alexandre SUMPF

La fabrique de l’information

Après une courte période d’existence (1918-1919) à la fin de la Première Guerre mondiale, le Ministère de l’Information (Ministry of Information) du Royaume-Uni est recréé le 4 septembre 1939. En charge de l’information et de la propagande, l’administration assure plusieurs fonctions, parmi lesquelles le contrôle et la censure de la presse (écrite, radio, actualités animées), ou la « publicité » à l'intérieur des frontières et à l'étranger. Placé sous la direction de Brendan Bracken du 20 juillet 1941 au 25 mai 1945, le Ministère organise ainsi de nombreuses campagnes (affiches, films, émissions radio, écrites, etc.) visant à défendre le point de vue et l’action de l’Etat Britannique durant le conflit.

Au sein de cette structure, de nombreux « journalistes » sont employés à la production et à la diffusion d’une information contrôlée, organisée et décidée par l’État. Parmi ces journalistes, plusieurs centaines de correspondants de guerre sont engagés par le gouvernement avec pour mission de « rendre compte des faits relatifs au conflit militaire sur tous les fronts ». Ces correspondants viennent de tous les pays Alliés (mais sont en grande en majorité anglais et américains), possèdent le plus souvent un statut militaire et sont donc soumis aux règlements de l’Armée. Si certains et notamment les plus célèbres d’entre eux sont « sur le terrain » (photographes, rédacteurs) la grande majorité travaille au sein du bâtiment du Ministère de l’Information, situé à Londres. Il s’agit essentiellement pour eux de collecter les informations et de rédiger des dépêches qui seront ensuite envoyées

aux différents organes de presse britanniques et alliés. Ceux-ci en feront la base de travail journalistique plus ou moins contrôlé, contribuant en tout cas à les relayer.

C’est ce travail de l’ombre, consacré à la fabrique de l’information à l’arrière (et non sur le front), que représente la photographie de reportage Correspondants de guerre datant du 6 juin 1944, c’est-à-dire le jour du fameux D Day. Si elle ne figure évidemment pas parmi les images les plus célèbres du Débarquement en Normandie, Correspondants de guerre nous renseigne néanmoins sur une autre facette de ce jour.

Dans le feu de l’action

La photographie a été réalisée le 6 juin 1944 dans une salle du Ministère de l’Information à Londres. Dans une grande pièce, plusieurs dizaines de correspondants de guerre sont réunis, occupés à suivre les événements en Normandie, à collecter les dernières informations et à rédiger des dépêches d’actualité.

Le cliché représente deux longues tables parallèles prises de trois quarts et dont on ne voit pas la fin. Assis à ces tables sur de simples chaises pliantes en bois et toile, occupant un espace assez restreint pour chaque poste de travail, des correspondants de guerre sont occupés à taper à la machine. A part une femme visible au second plan, les correspondants sont des hommes. La majorité est en tenue militaire, mais quelques uns sont aussi habillés en civil.

Une impression d’activité et d’intensité se dégage de l’image de ces hommes dans le feu de l’actualité, impression encore rehaussée par le fait que certains d’entre eux se tiennent debout pour relire ou faire circuler des feuilles tapées à la machine. Le blanc contraste d’ailleurs avec la lumière plutôt sombre qui domine l’ensemble. Cette image nous montre donc une ruche en pleine effervescence, dont les membres sont appliqués, concentrés et pleinement dévoués à leur tâche.

Une autre facette de la guerre

Correspondants de guerre est un cliché anonyme mais on devine qu’il a été pris par l’un des employés du Ministère. Elle fait partie d’une série de photographies et d’images filmées à des fins de reportage, au cœur de ce moment historique. Il s’agit donc de témoigner du rôle actif de ces correspondants le jour du Débarquement. Loin des combats, ils participent néanmoins à la bataille, livrant à leur manière une autre facette de la guerre.

Au-delà de la présence de nombreux uniformes qui s’explique par le fait que nombre de ces correspondants sont des militaires, la photographie semble en effet montrer que cette salle est aussi une sorte de front sur lequel se joue la guerre si importante de l’information. Intensité du feu de l’action, activité multiple, relative promiscuité (et donc proximité des acteurs, coude à coude comme des frères d’armes au combat), absence de confort ou de luxe, nombre des troupes (les tables et d’autres occupants se poursuivent hors du cadre), importance de la tâche, application et gravité : toutes ces similitudes suggèrent que ces « soldats de l’information » participent pleinement à ce moment historique, jouant solidairement et pleinement le rôle capital qui leur est confié.

Correspondants de guerre met donc délibérément en avant et à l’honneur ces hommes et ces femmes qui savent aussi servir leur pays à leur manière, sans pour autant être présents sur les plages de Normandie avec un fusil à la main. En présentant ces images d’un héroïsme accessible à tous (et dans lequel les contemporains peuvent peut-être plus facilement se reconnaître que dans celui des soldats sur le front), Correspondants de guerre suggère que c’est tout un pays qui se mobilise et entrevoit enfin la victoire. En montrant un exemple dont il faut s’inspirer pour la suite du conflit, le cliché encourage également chacun à poursuivre l’effort de guerre qui lui est demandé, aussi modeste et éloigné des « vrais » combats soit-il.

AZÉMA Jean-Pierre, Nouvelle histoire de la France contemporaine. XIV : De Munich à la Libération (1938-1944), Paris, Le Seuil, coll. « Points : histoire » (no 114), 1979.

DELPORTE Christian, MARÉCHAL Denis (dir.), Les médias et la Libération en Europe (1945-2005), actes de colloque (Versailles, 2005), Paris, L’Harmattan/Ina, coll. « Les médias en actes », 2006.

SERGEANT Jean-Claude, « Raconter la guerre : traditions et figures du reportage de guerre (1855-1975) », dans HALIMI Suzy (dir.), Les institutions politiques au Royaume-Uni : hommage à Monica Charlot, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2006, p. 77-96.

WIEVORKA Olivier, Histoire du débarquement en Normandie : des origines à la libération de Paris (1941-1944), Paris, Le Seuil, coll. « L’univers historique », 2007.

Alexandre SUMPF, « Les correspondants de guerre », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/correspondants-guerre

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La conférence de Casablanca

La conférence de Casablanca

La conférence de Casablanca réunie du 14 au 24 janvier 1943 à l’initiative conjointe de

Roosevelt et…

La libération de Paris

La libération de Paris en images

La libération de Paris se déroule du 19 au 24 août 1944. Alors que les troupes alliées débarquées en Normandie en…

Le « D Day »

Le débarquement du 6 juin 1944 en images

Le débarquement des troupes alliées en Normandie débute le 6 juin 1944. Durant la nuit, plus de 200 000…

Les femmes des FTP-MOI

Le défilé du 29 août 1944 à Marseille vu par un témoin privilégié

Quatre jours après le débarquement en Provence qui commence le 15 août 1944, le…

Alsace, année zéro

L’une des images de la « Libération » de l’Alsace.

A partir de 1944, la reconquête et la Libération du territoire français s’accompagnent de la…

Le 6 juin 1944 : le débarquement

Le Débarquement en images

Créé en 1942 par les autorités américaines, l’U.S. Office of War Information a pour mission de promouvoir des images et…

Le calendrier 1946 des Éclaireurs de France

Vendre le calendrier des Éclaireurs en 1945

Fin 1945, les quarante-quatre mille Éclaireurs de France vendent leur calendrier annuel illustré par…

Le baiser de la libération

Un G.I. photographe dans la campagne de libération

Le débarquement allié en Normandie marque le début de la libération de la France, qui s’…

Les « tondues » de la Libération

Une démonstration publique

On estime que 20 000 à 40 000 femmes accusées à tort ou à raison de collaboration avec l’occupant allemand auraient…

Les commandos Kieffer

Le 1er bataillon de fusiliers marins commandos

Cette photographie, réalisée entre juin 1943 et juin 1944, représente quelques membres…