Marché aux chiffons dans le Finistère.

Marché aux chiffons dans le Finistère.

Date de création : 1886

Date représentée :

H. : 181 cm

L. : 263 cm

huile sur toile

© Musée des Beaux Arts de Quimper

Lien vers la notice de l'oeuvre

55-122

Le vêtement en Bretagne

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Ivan JABLONKA

Les foires représentent un moment important dans la vie quotidienne des campagnes. Elles ont lieu au bourg, vers lequel des centaines de paysans convergent au jour dit pour vendre leur production et acheter des bêtes ou des victuailles, mais aussi parfois simplement pour s’informer, se distraire et voir du monde. Mais, dans la France rurale, chaque pays a en la matière des traditions différentes. “ Nulle part l’ancienne civilisation campagnarde ne prenait, au XIXe siècle, une forme plus parfaite, plus typée, plus riche dans tous les domaines, qu’en Bretagne, pays très isolé, maintenu à l’écart des influences étrangères par sa position péninsulaire ”, écrit un historien de la Bretagne (Y. BREKILIEN, La Vie quotidienne des paysans en Bretagne au XIXe siècle, Hachette, 1966, p. 9-10). Qu’en est-il pour les marchés ruraux et les vêtements ?

La toile de J.-B. Trayer, peintre bien oublié aujourd’hui, nous introduit au cœur d’un marché aux chiffons dans la Bretagne de la fin du XIXe siècle. Avec un style simple, d’un certain académisme, et une palette relativement claire, il représente un peuple de femmes de tous âges occupé à acheter des pièces de tissu et des chiffons, en marge du marché dont on distingue plus loin les autres étals. Certaines inspectent la marchandise, d’autres en discutent le prix, d’autres écoutent simplement. Il est à cet égard frappant de noter le contraste entre l’austère tenue de ces Bretonnes – épaisse robe noire, collerette et coiffe blanches – et les étoffes rouges, bleu clair, jaunes, roses, qu’elles négocient. Ce tableau est pourtant un peu trompeur, car il fait oublier que les hommes aussi fréquentent les foires ; ce sont eux, notamment, qui s’occupent de l’acquisition des bêtes.

Le tableau de Trayer indique une certaine ouverture culturelle et économique : ces femmes achètent leur tissu au marché, alors que les habitudes de l’autoconsommation pourraient les conduire à utiliser la laine de leurs moutons, qu’elles fileraient le soir à la veillée. Ces deux pratiques, au demeurant, ne sont pas incompatibles. Les Bretons, comme le reste des ruraux français, possèdent du linge de corps en abondance, mais peu de vêtements de dessus : ils enfilent des nippes pour les travaux des champs et réservent leur costume pour le dimanche. Les pantalons, bragou braz, la coiffe des femmes ou corledenn, le gilet noir appelé jiletenn, varient fortement d’un pays breton à l’autre. Mais ces tenues “ folkloriques ” n’ont été fixées qu’à la fin du XIXe siècle, au moment où l’uniformisation nationale s’est mise à menacer les costumes régionaux.

Yves BOUCHE Coutumes et usages locaux à caractère agricole en vigueur dans le département du Morbihan Vannes, 1939.Yann BREKILIEN La Vie quotidienne des paysans en Bretagne au XIXe siècle Hachette, 1966.Denise DELOUCHEsous la direction de, Bretagne, images et mythes Presses universitaires de Rennes II, 1987.Georges DUBY, Armand WALLON (dir.) Histoire de la France rurale , t.III, “ Apogée et crise de la civilisation paysanne, 1789-1914 ”Paris, Seuil, 1976.Eugen WEBER La Fin des terroirs : la modernisation de la France rurale (1870-1914) Paris, Fayard, 1983.

Ivan JABLONKA, « Le vêtement en Bretagne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/vetement-bretagne

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La construction du folklore français

Ces quatre dessins sont exemplaires du grand intérêt pour les costumes traditionnels locaux qui apparaît en Europe dans la première moitié du XIX…

La construction du folklore français
La construction du folklore français
La construction du folklore français

La guerre de Vendée vue par la IIIe République

La chouannerie

La chouannerie, opposition armée des paysans de l’Ouest de la France aux assemblées révolutionnaires, est un thème de prédilection…

Souvenir des inondations de Paris 1910

L’inondation de 1910

De fortes pluies tombent sur le Bassin parisien du 28 octobre au 9 décembre, puis du 15 au 31 décembre 1909. Les nouvelles…

Le travail à domicile

Accepté au Salon du printemps 1888, Le Tisserand valut à son auteur, le peintre et théoricien[1] Paul Sérusier, une mention lors de l’attribution…

Un marchand d'images

Au milieu du XIXe siècle la population française est déjà assez largement alphabétisée, cependant de grandes disparités existent d’une région à l’…

L'harmonie de Pont-Aven - Henri Lemoine

Jour de fête

La France des fanfares

Au début du XXe siècle, il n’est pas rare que les photographes professionnels comme Henri Lemoine (1848-1924)…

Jour de fête
Jour de fête

L'école républicaine en Bretagne

L’enseignement pour tous dans la France rurale sous la IIIe République

Au XIXe siècle, la Bretagne est encore largement déficitaire en…

Commémorations de la guerre 1914-1918

Le panthéon rennais

Le panthéon rennais reflète l’ampleur du traumatisme de la Première Guerre mondiale et le mouvement de prise de conscience…

Combats de Quiberon

Le 27 juin 1795 en baie de Quiberon, la flotte britannique débarque sur la plage de Carnac plus de quatre mille émigrés et quelques centaines de…

L'arbre de mai

L'arbre de mai

Alexis Bafcop (1804-1895) expose au Salon de 1831 à 1840 des portraits et des tableaux de genre à sujet « ethnographique ». Le motif de la plantation…