Promouvoir l’Entente | Histoire et analyse d'images et oeuvres

Restez

informés !

Abonnez-vous à notre

newsletter

Cliquez-ici

  • Table des guerres européennes
    Le système croisé des alliances (Triple Entente et Triplice)

  • Les Nations Alliées pour le Triomphe du Droit et de la Liberté
    neufs soldats tenant la hampe de neuf drapeaux (dont deux français, car le second en partant de la droite est l’Algérie)

    DUFY Raoul (1877 - 1953)

Promouvoir l’Entente

Date de publication : juin 2021

Partager sur:

Contexte historique

Des alliances à géométrie variable

Le système croisé des alliances (Triple Entente et Triplice) a fonctionné avec suffisamment d’efficacité pendant l’été 1914 pour déclencher un conflit qui a duré plus de quatre ans. Première surprise, l’Italie refuse d’honorer les termes de la Triple alliance et se cantonne dans une neutralité attentiste. L’image Tableau de la conflagration européenne, imprimée par la compagnie Rossi & Tadini mais sans auteur connu, constate le déséquilibre créé entre les puissances centrales et la Serbie et ses défenseurs. En mai 1915, après que l’Empire ottoman a pallié la défection de l’Italie, une seconde reconfiguration majeure intervient : le royaume de Victor-Emmanuel III se range du côté de l’Entente. Il figure donc parmi les neuf nations représentées dans Les Nations Alliées pour le Triomphe du Droit et de la Liberté. Cette lithographie fait partie d’un ensemble longtemps méconnu de l’œuvre de Raoul Dufy (1877-1953) : une série de plusieurs dizaines d’œuvres employant les techniques de l’imagerie populaire d’Épinal. Dufy a été réformé en 1904 et ne peut donc partir comme simple soldat, à la différence de nombreux artistes mobilisés et des étrangers qui, comme le russe Alexandre Zinoview, ont répondu à l’appel de Blaise Cendrars et Ricciotto Canudo. S’il parvient à se faire affecter dans une unité automobile, Dufy reste cantonné à Paris où il se consacre à son œuvre patriotique.

 

Analyse des images

La symbolique des nations

Le Tableau de la conflagration européenne adopte un format, une composition et des teintes très classiques. De façon pédagogique, l’image horizontale présente le système des alliances sous trois aspects : par une carte de l’Europe au centre, par l’association des drapeaux et des portraits des dirigeants dans la partie supérieure, et par le portrait des soldats du rang avec leur équipement complet dans la partie inférieure. L’ensemble se distingue par une volonté de réalisme que vient à peine égayer une petite décoration végétale, discret rappel de la mode de l’Art nouveau. Les blasons des empires (Allemagne, Autriche-Hongrie, Russie, Grande-Bretagne), du royaume de Serbie et de la République française sont reproduits dans tous leurs détails, les camées des dirigeants ont une précision quasi photographique, et il ne manque pas un bouton ou un ruban aux uniformes des six soldats. Un seul détail intrigue : l’aigle allemand, lui aussi dessiné comme d’après nature, déploie ses ailes dans le coin supérieur gauche.

Le dessin réalisé l’année suivante par Raoul Dufy brille au contraire par sa très grande simplicité : une rangée de neufs soldats tenant la hampe de neuf drapeaux (dont deux français, car le second en partant de la droite est l’Algérie), des uniformes réduits à l’essentiel, et une allégorie de la Victoire dont le trait fin se devine dans les plis des étendards. Les couleurs dominantes sont le bleu et le rouge, avec quelques éléments en jaune (drapeau belge, peau du Japonais) et vert (drapeaux italien et portugais, uniforme russe). Au premier plan, trois végétaux reprennent les couleurs du drapeau français. La version conservée au Centre Pompidou a été destinée au monde arabophone, mais d’autres portent la traduction du titre en grec.

Interprétation

L’union des peuples fait la force

Le choix par Dufy du modèle de l’image populaire signifie d’une part qu’il reconnaît la pertinence de ce support et de cette technique en temps de guerre – il faut produire vite et en masse – et d’autre part que le schématisme est plus que jamais d’actualité. Le Tableau de 1914, très statique, et la lithographie de 1915, à la dynamique mécanique, soulignent l’influence du XIXe siècle sur les représentations du début de guerre. Mais le dessinateur italien n’a pas saisi qu’est advenue la guerre des masses anonymes, tandis que Dufy l’exprime en dessinant un soldat français, algérien, belge, britannique, japonais, russe, serbe, italien et portugais (ce dernier détail indique que l’image date de 1916 et non de 1915). Leurs visages se ressemblent, ils avancent d’un même pas, seul varie leur couvre-chef et leur uniforme. Cette guerre est donc démocratique à trois niveaux : il n’y a pas d’officiers, aucune hiérarchie n’apparaît entre petites nations et grandes puissances, et deux peuples non-européens (dont une colonie) se situent sur un pied d’égalité avec les colonisateurs d’hier. Ces peuples luttent, comme le suggèrent les végétaux tricolores, pour la liberté, l’égalité et la fraternité… des peuples, et ne peuvent donc que vaincre.

Bibliographie

Annette Becker. Voir la Grande Guerre. Un autre récit, Paris, Armand Colin, 2014.

Christian Briend (dir.), Épinal tricolore. L'imagerie Raoul Dufy (1914-1918), Épinal, Serge Domini, 2011.

Benjamin Gilles, Arndt Weinrich, 1914-1918. Une guerre des images. France /Allemagne, Paris, La Martinière, 2014.

Pour citer cet article
Alexandre SUMPF, « Promouvoir l’Entente », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05 août 2021. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/promouvoir-entente
Glossaire
  • Imagerie populaire : Née avec les techniques d'impression mécanique qui permettent la reproduction d'une même image à l'infini et de la diffuser à moindre coût et au plus grand nombre. Un des  principaux centres de fabrication des ces gravures populaires est Epinal, on parle en ce cas d'image d'Epinal. La diffusion des cette imagerie populaire permet une communication de masse destinée à l'information et aussi à la propagande.
  • Triple Entente : Alliance élaborée entre la France, la Grande-Bretagne et la Russie à partir de 1898 pour contrebalancée la Triple Alliance (ou Triplice) entre Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Italie. On l'appele couramment l'Entente.
  • Triple Alliance : Alliance entre l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Italie. On l'appelle également la Triplice. Elle est rompue officiellement en mai 1915, lors de l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de la Triple Entente
  • Commentaires

    Découvrez aussi

    Folies-Bergères - L'orchestre des éléphants de Sam Lockart.