Portrait d'alexandre Lenoir

Portrait d'alexandre Lenoir

Date de création : 1799

Date représentée :

H. : 220

L. : 161

Huile sur toileSalon de 1799, n° 68; collection Delafontaine ; collection Lenoir ; don Alfred Lenoir, petit-fils du modèle, 1921

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

Alexandre Lenoir, le grand défenseur du patrimoine

Date de publication : Octobre 2003

Auteur : Jérémie BENOÎT

Formé à la peinture, Lenoir (1762-1839) fut surtout amateur d’art. Lors de la Révolution il chercha avec passion à protéger les monuments royaux du vandalisme des sans-culottes. C’est ainsi qu’en 1791 il obtint de l’Assemblée constituante l’autorisation de rassembler les fragments des églises et palais détruits dans le couvent des Petits-Augustins à Paris, auxquels vinrent s’ajouter en 1792 les tombeaux royaux saccagés à Saint-Denis. Cette collection de sauvegarde prit le nom de musée des Monuments français en 1795, et son fondateur en devint le conservateur. Très fréquenté, ce musée joua un rôle essentiel dans la remise au goût du jour de l’art médiéval, mais il fut fermé en 1816 pour des raisons politiques, et les monuments sauvés du saccage de l’abbaye de Saint-Denis furent remis en place. La naissance du musée des Monuments français au moment où se font sentir les premières influences du romantisme en France coïncide également avec l’émergence d’une conscience ethnographique et le souci de rassembler un patrimoine national.

Lenoir est représenté devant le tombeau de François Ier, démonté de Saint-Denis et reconstitué au musée des Monuments Français, serrant précieusement dans ses mains l’urne contenant les cendres de Molière. D’aspect étriqué, comme perdu dans un univers qui lui est étranger, il semble plutôt méditer que regarder quelque chose de précis. Cet air rêveur du personnage s’accorde assez étrangement avec ce type de portrait en pied, traditionnellement voué aux élites et qui semble officialiser et entériner les fonctions exceptionnelles de Lenoir, véritable découvreur de ces arts anciens que l’on considérait alors comme « gothiques ». On se serait plutôt attendu en effet à un portrait en buste, tel celui que peignit David en 1817 (musée du Louvre), où le personnage semble comme traversé par une idée.

Ce portrait d’un esprit curieux, très en marge des modes de son temps puisque Lenoir fut aussi l’un des membres fondateurs de l’Académie celtique qui devint en 1814 la Société des Antiquaires de France, est aussi l’œuvre d’un artiste peu productif, élève de David. Tout concourt à placer ce tableau de Delafontaine à part dans la production picturale du temps, mais en même temps à faire de Lenoir une sorte de symbole puisque ce format de toile était autrefois réservé aux souverains, aux grands personnages et aux généraux. A travers ce portrait il semble que la République reconnaisse les talents de l’un des principaux représentants de la politique artistique et muséographique de la Révolution.

Claire CONSTANSCatalogue des peintures de Versailles, tome IParis, RMN, 1995.Barbara C.MATILSKY« François-Auguste Biard : artist-naturalist-explorer », in La Gazette des Beaux-Arts, février 1985.Jean LACAMBRE et Isabelle JULIALes Années romantiques.La peinture française de 1815 à 1850, catalogue de l’exposition itinéranteParis, RMN, 1995.

Jérémie BENOÎT, « Alexandre Lenoir, le grand défenseur du patrimoine », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 12/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/alexandre-lenoir-grand-defenseur-patrimoine

Anonyme (non vérifié)

J'ai découvert à travers cette belle exposition, un homme : Alexandre Lenoir, passionné des arts et de notre histoire qui grâce à ses dons artistiques et sa culture, a su défendre et protéger le patrimoine culturel national pendant la révolution, et que nous pouvons admirer actuellement dans ce grand musée du Louvre.

lun 23/05/2016 - 17:22 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La création du Grand Louvre

Le musée du Louvre, une création révolutionnaire

L’idée d’installer les collections royales dans la Grande Galerie du Louvre, siège de l’Académie…

La création du Grand Louvre
La création du Grand Louvre
La création du Grand Louvre
La création du Grand Louvre

15 mai – 31 juillet 1942 : l’exposition « Arno Breker » à Paris

La vie culturelle sous l’Occupation

Loin de cesser, la vie culturelle demeure relativement animée sous l’Occupation. Dans tout le pays et notamment…

Les achats aux artistes vivants sous la IIIe République

Splendeurs et misères d’une administration

Lorsqu’il prend les rênes du musée parisien du Luxembourg en 1892, Léonce Bénédite (1859-1925) hérite d’…

La France et les cinq continents.

L'Exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale et son musée

L’exposition coloniale de 1931 se situe à la fois dans la lignée des expositions universelles de la seconde…

L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée
L'Exposition coloniale et son musée

L'exposition d'art dégénéré en 1937

La condamnation de l’art moderne par les nazis

Pris lors de l’exposition Entartete Kunst organisée en 1937 à Munich par les nazis, ce cliché du mur…

Le Louvre au XIXe siècle

Le Louvre au XIXe siècle

Depuis le XVIe siècle, l’achèvement du Grand Louvre est un leitmotiv de la politique culturelle…

Le Louvre au XIX<sup>e</sup> siècle
Le Louvre au XIX<sup>e</sup> siècle

La réception du musée indien de George Catlin

D’un continent à l’autre

Après avoir parcouru les États-Unis entre 1831 et 1838 afin de rencontrer les tribus amérindiennes, de peindre leurs…

Les fouilles de Khorsabad

Paul-Émile Botta, l’inventeur de l’assyriologie

En 1842, lorsque Louis-Philippe ouvre une nouvelle agence consulaire à Mossoul, le poste de…

Les fouilles de Khorsabad
Les fouilles de Khorsabad

Le trésor des conquêtes impériales

9 thermidor an VI : « fête de la Liberté et des Arts »

Ouvert en 1793 par la Convention, le Muséum central des arts installé au Louvre présentait…

Le trésor des conquêtes impériales
Le trésor des conquêtes impériales
Le trésor des conquêtes impériales

Lucien Bonaparte, un collectionneur mercantile

Dès la Renaissance, artistes et savants redécouvrent les civilisations de l’Antiquité et se passionnent pour l’architecture et la sculpture…