Le baron Vivant Denon dans son bureau, au milieu de sa collection.

Le baron Vivant Denon dans son bureau, au milieu de sa collection.

Date représentée :

H. : 74 cm

L. : 56 cm

Auteur : Jean-Baptiste Mauzaisse d'après René Théodore Berthon.

Lithographie. 

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Daniel Arnaudet

Lien vers l'image

OD 129 - 97-026494

Vivant Denon (1745-1825), du Museum central des Arts au Musée Napoléon

Date de publication : Juin 2008

Auteur : Alain GALOIN

Forteresse édifiée à partir de 1190 sur l’ordre de Philippe Auguste pour protéger la capitale, le Louvre ne devient une résidence royale à part entière - après de profondes transformations - que sous le règne de François Ier et ce, jusqu’en 1682, date à laquelle Louis XIV décide de transférer la Cour à Versailles. En 1768, le marquis de Marigny, directeur général des Bâtiments du Roi, propose à Louis XV de faire un musée de l’ancien palais royal laissé à l’abandon depuis près d’un siècle. En 1776, son successeur, le comte d’Angiviller, est chargé d’élaborer un projet visant à en faire un musée permanent, projet qui n’aboutira véritablement qu’avec la Révolution. Le Museum central des Arts est en effet inauguré le 10 août 1793. Il est avant tout conçu comme un lieu de formation pour les artistes qui seront les seuls, jusqu’en 1855, à pouvoir y entrer la semaine, le public n’y étant admis que le dimanche. En 1803, le musée, enrichi des saisies napoléoniennes effectuées dans les pays conquis, prend le nom de Musée Napoléon. Dominique Vivant Denon en est le premier directeur. En 1810, l’Empereur envisage la réunion du Louvre aux Tuileries et en confie la réalisation aux architectes Percier et Fontaine. La chute de l’Empire compromet l’exécution de cet ambitieux projet qui sera repris par Visconti, puis par Hector-Martin Lefuel, sous le Second Empire. Emilien de Nieuwerkerke, Surintendant des Beaux-Arts de Napoléon III, donne alors au Musée du Louvre une extension considérable. Avec l’appui de l’Empereur, il s’engage dans une active politique d’acquisitions d’œuvres d’art. En 1861, il achète notamment la célèbre collection du marquis Campana di Cavelli pour la coquette somme de 4 300 000 francs de l’époque. Il doit augmenter le nombre des salles d’exposition : il y en avait 19 sous Napoléon Ier, 89 sous Louis-Philippe

Réalisée à partir d’une œuvre de René Théodore Berthon (1776-1859), cette lithographie de Jean-Baptiste Mauzaisse représente Dominique Vivant Denon debout dans son bureau du Louvre, au milieu de sa collection personnelle. Déjà âgé, l’homme est encore très droit et a fière allure dans son habit sombre d’une élégante sobriété. Une intense satisfaction se lit sur son visage souriant. Au fond de la pièce, sur un meuble vitré regorgeant d’objets d’art de toutes les époques, une statuette représentant un chien allongé voisine avec une tête momifiée protégée par un globe de verre. Avec la statue posée sur le sol, ces deux objets ont vraisemblablement été ramenés lors de l’expédition d’Egypte de 1798. Le vase grec à droite du personnage et la statuette de Zeus olympien à sa gauche témoignent du goût de Vivant Denon pour l’art grec antique. Néanmoins, c’est l’éclectisme qui domine dans cette collection constituée par le premier directeur du Musée du Louvre.

La personnalité de Dominique Vivant Denon (1745-1825) est éminemment complexe. Ecrivain, peintre, graveur, collectionneur éclectique, diplomate-espion, il est très tôt remarqué par Louis XV qui lui attribue la charge de gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi et la direction du cabinet de pierres gravées de la marquise de Pompadour. Des missions pour le Compte des Affaires étrangères le conduisent ensuite en Russie, en Suède, en Suisse et à Naples. Sous Louis XVI, il est admis en tant que graveur à l’Académie royale de peinture et de sculpture. Son habileté, sa compétence et ses relations lui permettent de rester en grâce pendant la tourmente révolutionnaire et en 1798, il est le plus âgé des 160 artistes et savants qui participent avec Napoléon Bonaparte à l’expédition d’Egypte. Lorsque Vivant Denon est nommé à la tête du Museum central des Arts le 19 novembre 1802, celui-ci était administré depuis 1793 par un conservatoire essentiellement composé d’artistes et de nombreuses plaintes s’élevaient contre sa mauvaise gestion. Il conserve néanmoins les principaux membres de l’administration. L’architecte Léon Dufourny assure la conservation des tableaux ; Visconti et Morel d’Arleux conservent respectivement la garde des Antiques et celle des dessins. Denon n’est pas seulement le premier directeur du Louvre : il gère également, entre autres, le Musée des Monuments français, les galeries des palais de l’Empereur, les manufactures de Sèvres, de Beauvais et des Gobelins. Sa préoccupation majeure est de trouver de nouveaux espaces d’exposition pour des collections qui ne cessent de s’accroître : aux collections royales, qui sont à l’origine du musée, se sont ajoutées les saisies opérées chez les émigrés et dans les pays conquis par les armées révolutionnaires, en Belgique et en Italie notamment. Pour le compte de l’Empereur, il multiplie les commandes aux artistes et en surveille attentivement l’exécution, les délais de réalisation, ainsi que leur prix, source de conflit avec des peintres comme David, Gérard ou Isabey. L’appétit de Vivant Denon dépasse de loin les capacités d’absorption du Louvre, mais ne veut-il pas faire du Musée Napoléon « le plus bel établissement de l’univers » ?

La jeunesse des Musées. Les Musées de France au XIXe siècle, catalogue de l’exposition du Musée d’Orsay, Editions de la Réunion des Musées Nationaux, Paris, 1994.

Christiane AULANIER, Histoire du palais et du musée du Louvre, Editions de la Réunion des Musées Nationaux, Paris, 1948-1971.

Yveline CANTAREL-BRESSON, La naissance du Musée du Louvre. La politique muséologique sous la Révolution d’après les archives des Musées nationaux, Paris, RMN, 1981.

Philippe SOLLERS, Le Cavalier du Louvre, Vivant Denon, Plon, Paris, 1995.

Alain GALOIN, « Vivant Denon (1745-1825), du Museum central des Arts au Musée Napoléon », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 16/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/vivant-denon-1745-1825-museum-central-arts-musee-napoleon

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les fouilles de Khorsabad

Paul-Émile Botta, l’inventeur de l’assyriologie

En 1842, lorsque Louis-Philippe ouvre une nouvelle agence consulaire à Mossoul, le poste de…

Les fouilles de Khorsabad
Les fouilles de Khorsabad

Sortie de l’ambassadeur de la Sublime Porte (21 mars 1721)

Les honneurs d’une grande puissance

Le 21 mars 1721, la capitale du royaume est en pleine effervescence. La foule se regroupe aux abords des…

Louis XIV par le Bernin

Le jeune prince et l’illustre artiste

Dans le cadre du projet de reconstruction du Louvre, le cardinal Mazarin projetait de faire appel au…

Intérieur du cabinet du comte de Nieuwerkerke au Louvre

L'appartement du comte de Nieuwerkerke au Louvre

La carrière politique et administrative du comte Émilien de Nieuwerkerke coïncide exactement avec la période de la IIe République et du…

L'appartement du comte de Nieuwerkerke au Louvre
L'appartement du comte de Nieuwerkerke au Louvre

La colonnade du Louvre

Les avatars d’un projet architectural

Au début du règne de Louis XIV, le Louvre et les Tuileries constituent les résidences privilégiées du…

Pasteur par Albert Edelfelt (1885)

La découverte du vaccin contre la rage

Au début des années 1880, le chimiste français Louis Pasteur (1822-1895) a atteint le sommet d’une longue…

Philippe Auguste et Paris

Auguste et fondateur

Le nom de Philippe Auguste, c’est-à-dire Philippe II, est étroitement associé à l’essor de Paris au XIIIe siècle sur le plan…

Une soirée au Louvre chez le comte de Nieuwerkerke

Personnalité éminente sous le Second Empire, le comte Émilien O’Hara de Nieuwerkerke (1811-1892) a une origine doublement royale et doublement…

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour

Une bataille de la Renaissance par un peintre troubadour pour servir la monarchie de Juillet

Dans le but de concilier les héritages…

Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour
Marignan par Alexandre Évariste Fragonard : le genre historique revisité par l’art troubadour

Les artistes serviteurs de l'Empire

Napoléon Ier poursuivit la politique entamée sous le Consulat pour reconstruire une société « atomisée » par la destruction de l’Ancien Régime. La…