Aller au contenu principal
Char Renault FT 17

Char Renault FT 17

Une colonne de char Renault FT17 camouflés

Une colonne de char Renault FT17 camouflés

Groupe de tanks Renault montant en ligne

Groupe de tanks Renault montant en ligne

Char Renault FT 17

Char Renault FT 17

Lieu de conservation : musée de l’Armée (Paris)
site web

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

H. : 214 cm

L. : 410 cm

Char de combat à faible tonnage, modèle 1917.

7000 kg, 35 chevaux, blindage 22 mm.

Domaine : Objets

© Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN - Grand Palais / Emilie Cambier / Pascal Segrette

Lien vers l'image

21374

Les chars Renault

Date de publication : Décembre 2009

Auteur : Alban SUMPF

Les chars Renault FT dans la Grande Guerre

Le 15 septembre 1916, les Britanniques utilisent pour la première fois des chars d’assaut dans l’offensive de la Somme. Conçus comme une arme autonome, leurs Mark I, très lourds (28 tonnes) et très lents, sont envoyés en éclaireurs pour opérer des percées dans les lignes ennemies. En France, les chars Schneider, puis Saint-Chamond sont réalisés sur le même modèle en 1916 et 1917. Devant leurs résultats mitigés dans les opérations militaires, l’état-major français, notamment le colonel Estienne, repense le char d’assaut : il doit pouvoir accompagner les mouvements de l’infanterie et, pour cela, être plus léger, plus rapide et disponible en plus grand nombre.

Renault relève le défi, et, en juillet 1917, le prototype du FT est achevé. Pesant de 6 à 7 tonnes, beaucoup plus petit, plus rapide (il peut aller jusqu’à 8 km/h) et plus mobile que ses prédécesseurs, il peut être considéré comme le premier char moderne de l’histoire. Sa production en série est par ailleurs plus aisée et moins coûteuse : les usines Renault en construisent 10 en 1917 (d’où  FT 17 ) et 1 750 en 1918 (et près de 3 000 en tout avec la collaboration d’autres fabricants). De leur côté, les Allemands ne croient pas à cette arme que, par ailleurs, ils n’ont pas forcément les moyens de produire.

Les premiers FT sont engagés avec succès à Amiens le 8 août 1918, puis dans différentes contre-offensives alliées, dont la bataille de Champagne de septembre-octobre 1918. L’utilisation repensée de ces chars d’assaut modernes apparaît comme l’un des facteurs de la victoire finale.

Le FT : détails techniques et mise en situation

Pris de très près, le cliché Char Renault FT 17 traduit la puissance de cet engin d’acier, long de 4,1 mètres, haut de 2,14 mètres, large de 1,73 mètre, lourd de 7 tonnes et doté d’un moteur de 35 chevaux. Peint en vert kaki tirant sur le brun pour plus de discrétion, il se caractérise par ses canons mitrailleurs de 37 mm, pointés vers le spectateur, montés sur une tourelle capable de pivoter sur 360°. En bas de l’engin on peut lire le numéro 3523.

Une colonne de chars Renault FT 17 camouflés représente le FT en action. Arrêtés en bon ordre sur un chemin de terre bordé d’arbres, les engins apportent à l’image une puissante ligne de fuite centrale. Au premier plan, des branchages qui ont servi ou vont servir à camoufler les chars, déjà peints (parfois par des artistes peintres) de taches brunes pour se soustraire aux yeux de l’ennemi, notamment lors des attaques aériennes. Le cliché ne montre que quatre hommes : deux mécaniciens (leurs costumes ne sont pas des uniformes) qui s’affairent parmi les machines, un soldat dont le casque apparaît derrière eux sur la droite, et un autre soldat près du troisième char de la file.

Groupe de tanks Renault montant en ligne est une photographie réalisée par Émile Le Play, né en 1875 et auteur de nombreux clichés de batailles de la Grande Guerre. Elle montre des chars FT à l’arrêt sur une large route bordée de grands arbres, dans la plaine de Champagne. Chacun porte le symbole (trèfle ou carreau, etc.) de la compagnie à laquelle il appartient. La file d’engins, qui semble devoir sortir du cadre à gauche, trace une diagonale qui structure fortement l’image. Au premier plan, la route, sur laquelle deux hommes discutent. À l’arrière-plan apparaissent les vastes champs ouverts et plats caractéristiques de la région.

Le FT, une arme moderne et décisive

Les images du FT donnent l’impression d’une arme redoutable. Dans Char Renault FT 17, l’engin, ramassé et compact, semble paré pour le combat et impossible à arrêter. Symbole d’une guerre où les succès dépendent des progrès techniques et de la capacité du pays à mobiliser l’industrie et la technologie pour produire et inventer, en cours de conflit, de nouvelles armes répondant à une situation (ici, les impasses de la guerre de tranchées, et les premières expériences de blindés). Ce que confirment Une colonne de chars Renault FT 17 camouflés et Groupe de tanks Renault montant en ligne, où les engins, alignés en nombre indéterminé, suggèrent une organisation parfaite et, surtout, l’idée qu’ils avanceront inexorablement quand ils reprendront leur progression. L’image, probablement publiée par la presse, remplit par là pleinement son rôle d’outil de propagande : la victoire est en marche.

Dans les faits, la contre-offensive alliée qui débute à l’été 1918 confirme cette impression. Les plaines de la Champagne permettent aux FT de déployer tout leur potentiel. La guerre jusque-là assez peu mobile évolue ainsi vers une guerre de mouvement plus rapide, préfiguratrice de la guerre moderne.

Une modernité multiforme, symbolisée et permise par ces chars. D’une part, une guerre plus technique, où les véhicules jouent un rôle croissant de même que les mécaniciens chargés d’assurer leur bon fonctionnement. D’autre part, une guerre où la coordination entre les armes devient essentielle. Répondant à la menace de l’aviation ennemie, les chars constituent aussi le meilleur moyen d’accompagner l’infanterie dans des attaques surprises plus rapides et plus décisives.

Stéphane AUDOIN-ROUZEAU et Jean-Jacques BECKER (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918, Paris, Bayard, 2004.

François COCHET et Rémy PORTE (dir.), Dictionnaire de la Grande Guerre, Paris, Robert Laffont, 2008.

Michel GOYA, La Chair et l’acier. L’invention de la guerre moderne (1914-1918), Paris, Tallandier, 2004.

Pierre VALLAUD, 14-18, la première guerre mondiale, Paris, Fayard, 2004.

Alban SUMPF, « Les chars Renault », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/05/2024. URL : histoire-image.org/etudes/chars-renault

Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
En réalité, les premiers chars Renault FT17 ont été utilisés le 28 juin 1918 à Saint-Pierre-Aigle 02 pour stopper l'offensive allemande en direction de Paris (2e bataille de la Marne)et le 18 juillet pour la contre-offensive Mangin.
Serge

dim 24/10/2010 - 13:53 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Mobilisation pécuniaire de l’arrière

Durant la Première Guerre mondiale, l’épargne française est mise à contribution par le biais d’emprunts…

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918
Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918
Mémorial de l'Escadrille Lafayette

Mémorial de l'Escadrille Lafayette

L’escadrille La Fayette ou l’esprit de l’alliance franco-américaine

L’unité aéronautique N 124 ou escadrille La Fayette a été créée le 20 avril…

Mémorial de l'Escadrille Lafayette
Mémorial de l'Escadrille Lafayette
Mémorial de l'Escadrille Lafayette
Le baiser de l’Alsacienne

Le baiser de l’Alsacienne

Durant la Première Guerre mondiale, le calendrier des Postes propose quelques scènes militaires présentant les troupes au repos (Le Repas aux…

Les Troupes coloniales dans la Grande Guerre

Les Troupes coloniales dans la Grande Guerre

Les troupes coloniales dans la Grande guerre

« L’armée coloniale » désigne d’abord les soldats chargés de conquérir les colonies puis, assez…

Les Troupes coloniales dans la Grande Guerre
Les Troupes coloniales dans la Grande Guerre
Cubisme et camouflage

Cubisme et camouflage

L’arme « camouflage »

La guerre de 1914-1918 ne fut pas la guerre éclair tant attendue. Elle s’enlisa rapidement et, avec la mise en place des…

Cubisme et camouflage
Cubisme et camouflage
Cubisme et camouflage
Cubisme et camouflage
Corps du soldat et corps de la nation

Corps du soldat et corps de la nation

La guerre médicale

Jamais auparavant une catastrophe humanitaire d’une telle ampleur n’avait été créée par l’homme. Les légions de tués, les…

Corps du soldat et corps de la nation
Corps du soldat et corps de la nation
Corps du soldat et corps de la nation
Images de l'Allemand

Images de l'Allemand

Entre 1914 et 1918, l’usage intensif d’images représentant la « cruauté de l’ennemi » sous diverses formes (dans les livres, les journaux, les…

Images de l'Allemand
Images de l'Allemand
Images de l'Allemand
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

L’imagerie populaire et l’imaginaire patriotique

Quand éclate la guerre, au début du mois d’août 1914, l’imagerie populaire a déjà amplement gagné…

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Les tirailleurs marocains

Les tirailleurs marocains

Les troupes coloniales marocaines dans « la seconde bataille de la Marne »

Libérées du front de l’est par le traité de Brest-Litovsk (1917) qui…

Le vin et l'armée

Le vin et l'armée

Les soldats et le vin du XIXe siècle à la fin de la Première Guerre mondiale

Depuis la Révolution française, et en particulier durant…

Le vin et l'armée
Le vin et l'armée