Vue du palais Mancini

Vue du palais Mancini

Plan de l'académie de France à Rome

Plan de l'académie de France à Rome

Vue du palais Mancini

Vue du palais Mancini

Date de création : 1750–1778

Date représentée :

H. : 52 cm

L. : 74 cm

Eau-forte.

Titre original : Veduta, nella Via del Corso, del Palazzo dell' Accademia istituita da Liuigi XIV, in Vedute di Roma 

Domaine Public © CC0 The Metropolitan Museum of Art

Lien vers l'image

Estampes et Photographie - GC 28 FOL

L'Académie de France à Rome : le palais Mancini

Date de publication : mai 2009

Auteur : Mehdi KORCHANE

Fondée par Colbert en 1666 sur les conseils des peintres Charles Le Brun et Charles Errard, l’Académie de France à Rome occupe une place à part dans le vaste appareil d’établissements artistiques créé pour la gloire du « grand roi ». La vocation de cette institution est double : école des beaux-arts délocalisée, elle doit permettre à de jeunes artistes français d’assimiler les grands modèles de l’art en leur offrant une pension et une résidence au sein de la Ville éternelle. En échange de cette formation, ces pensionnaires contractent l’obligation de réaliser des copies d’œuvres romaines (marbres antiques, cartons de tapisserie) qui puissent servir à la décoration des résidences royales, dont l’étendue s’accroît avec les grands travaux. D’abord établie dans la maison Sant’Onofrio, l’Académie déménage au palais Cafarelli en 1673, puis investit le palais Capranica en 1684. Quand elle installe son siège au palais Mancini en 1725, l’institution gagne une place stratégique sur l’échiquier artistique romain.

Propriété de la famille Mancini depuis le XVIe siècle, le palais est acheté en 1725 par le duc d’Antin (directeur général des Bâtiments du Roi) pour y installer l’Académie de France selon les vœux de son nouveau directeur, Nicolas Vleughels. Le choix du bâtiment a été dicté par sa distribution, son décor et ses proportions, particulièrement bien adaptés à son nouvel usage. Dans la légende de la vue qu’il donne du palais vers 1757-1758, Piranèse a pris soin d’indiquer son organisation intérieure : plusieurs salles du rez-de-chaussée, prévu pour recevoir les activités pédagogiques, abritent des moulages en plâtre destinés à familiariser les élèves avec les modèles canoniques de la sculpture ; dotées d’amphithéâtres (visibles sur le plan de Percier, architecte pensionnaire de 1786 à 1791), deux autres salles sont consacrées à l’étude du modèle vivant, fondement de toute pratique artistique.

À l’étage noble se trouvent les salons de réception qui, selon l’usage, intègrent l’appartement royal, orné de marbres et de copies d’antiques, comme le sont d’ailleurs tous les espaces publics de l’établissement. Ces « modèles des plus rares Statues et autres vestiges de la Magnificence Romaine », associés aux tapisseries des Gobelins et aux meubles précieux envoyés de Paris, font aussi de l’Académie de France un lieu de représentation du pouvoir royal. Cette préoccupation a d’ailleurs pesé dans le choix du palais, puisque la rue du Cours (Strada del Corso) sur laquelle il s’élève est un haut lieu de sociabilité et le théâtre principal des festivités romaines. Placé à mi-chemin entre la place du Peuple et celle de Venise, le « Palais de l’Académie instituée par Louis XIV » est, jusqu’à la Révolution, l’éloquent témoignage de la magnificence du roi de France.

L’institution s’est imposée au milieu académique romain par son utilité : destinées aux pensionnaires et à tous les étudiants en art, ses classes d’étude d’après le modèle vivant ou drapé en font une structure pédagogique incontournable de la « capitale des Arts ». Elle est la seule à dispenser un enseignement public quotidien jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. Au-delà de sa fonction artistique, l’Académie est aussi un symbole politique. Son lieu d’implantation rend compte de l’ambition d’un roi qui entend placer sa nation à la tête de l’Europe : le rayonnement artistique de son règne doit accompagner sa gloire militaire. Mais lorsque la République française est proclamée à l’automne 1792 et que la France cesse d’être la « fille aînée de l’Église », l’emplacement stratégique de l’Académie devient une menace pour ses occupants. Accueillant ni plus ni moins le siège d’un club d’artistes patriotes, le palais Mancini constitue bientôt l’emblème d’une nation impie et cristallise l’hostilité du peuple romain : l’émeute antifrançaise qui coûte la vie au représentant de la République Hugou de Bassville, le 13 janvier 1793, entraîne la mise à sac de l’Académie. L’institution est abandonnée pour une décennie. En décembre 1798, le palais est à nouveau pillé, par l’armée du roi de Naples cette fois, entrée dans Rome pour faire tomber la République romaine instaurée par les Français quelques mois plus tôt. Pour venger les États du pape spoliés de leur patrimoine, elle s’empare de la collection de moulages de l’Académie. Celle-ci sera rendue cinq ans plus tard à l’institution nouvellement restaurée dans la villa Médicis.

Georges BRUNEL et Isabelle JULIA (éd.), Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, nouvelle série.II : directorat de Suvée, 1793-1807, Rome, 1984, 2 vol..

Christian MICHEL, Les relations artistiques entre l’Italie et la France (1680-1750) : la contradiction du discours et de la pratique », Studiolo.

Revue d’histoire de l’art de l’Académie de France à Rome, 1 (2002), p.11-19.

Jules GUIFFREY et Anatole de MONTAIGLON, Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, Paris, 1888-1912, 17 vol.

Académie des beaux-arts : Créée en 1816 par la réunion de l’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648, de l’Académie royale de musique, fondée en 1669, et de l’Académie royale d’architecture, fondée en 1671. Institution qui rassemble les artistes distingués par une assemblée de pairs et travaillant le plus souvent pour la couronne. Elle définit les règles de l’art et du bon goût, forme les artistes, organise des expositions.

Mehdi KORCHANE, « L'Académie de France à Rome : le palais Mancini », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 01/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/academie-france-rome-palais-mancini

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'atelier de dessin à l'Ecole des Beaux-Arts - Antoine Bail

Le concours du Prix de Rome

L’histoire du prix de Rome de peinture

Institué en 1663 afin de sélectionner les artistes qui seraient admis à séjourner à l’Académie de France à…

Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome

Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Roi de guerre, roi-soleil, Louis XIV se veut aussi le protecteur des arts et des sciences. D’autant que le jeune monarque, né en 1638, de l’union…

Vue du palais Mancini - Piranèse

L'Académie de France à Rome : le palais Mancini

Fondée par Colbert en 1666 sur les conseils des peintres Charles Le Brun et Charles Errard, l’Académie de France à Rome occupe une place à part…

L'Académie de France à Rome : le palais Mancini
L'Académie de France à Rome : le palais Mancini

Lavoisier et sa femme

Élève et mécène de David

Au début des années 1780, Jacques Louis David (1748-1825) est un peintre à la mode au sein de la bourgeoisie parisienne…

Louis XIII et Poussin

Un grand décor historique

Initialement commandée en 1828 pour le musée Charles-X, qui accueillait les antiquités égyptiennes et gréco-romaines…

Le compositeur Cherubini et la Muse de la poésie lyrique

Compositeur italien né en 1760, Cherubini s’établit à Paris en 1788 et se fait naturaliser français. Il traverse les gouvernements : porte-parole…

Vue de la villa Médicis à Rome - Turpin de Crissé

L'Académie de France à Rome : la villa Médicis

La Révolution fut une longue période de transition pour l’Académie de France à Rome. Dix années séparent l’abandon de son siège historique du…

L'Académie de France à Rome : la villa Médicis
L'Académie de France à Rome : la villa Médicis
L'Académie de France à Rome : la villa Médicis

Agar chassée par Abraham

Vernet exerçait en 1833 les fonctions de directeur de l’Académie de France à Rome lorsqu’il découvrit l’Algérie, dont la France amorçait la…

L'assassinat de Bassville à Rome

Les événements qui aboutissent à la proclamation de la république le 21 septembre 1792 ont entraîné une détérioration rapide des relations entre…

L'assassinat de Bassville à Rome
L'assassinat de Bassville à Rome