La bataille de Castiglione, 5 août 1796.

La bataille de Castiglione, 5 août 1796.

Date de création : 1835

Date représentée : 05 août 1796

H. : 162

L. : 258

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - F. Raux

http://www.photo.rmn.fr

01DE7077 / MV 1487

La bataille de Castiglione, 5 août 1796

Date de publication : Novembre 2004

Auteur : Jérémie BENOÎT

Lors de la première campagne d’Italie, ayant vaincu les Austro-Piémontais et signé l’armistice de Cherasco le 28 avril 1796, Bonaparte prit possession du pays et commença à occuper la Lombardie. Bignasco, Pavie, se révoltèrent. Durant l’été, l’armée autrichienne envoyée en renfort pour chasser les Français de la péninsule est battue à Castiglione le 5 août et à Arcole le 17 novembre 1796, à Rivoli le 14 janvier 1797.
Tandis que les Français font le siège de Mantoue, le feld-maréchal Würmser reçoit l’ordre d’envoyer 25 000 hommes en renfort au feld-maréchal Beaulieu, vaincu en Piémont au printemps. Dès la nouvelle de l’arrivée des renforts ennemis, Bonaparte se replie sur le Mincio et, cherchant comme à son habitude à séparer ses adversaires en les éliminant séparément, il se débarrasse d’abord du général Oskay, tandis que Quasdanovitch, jugeant plus prudent d’attendre, est poursuivi par le général Sauret. Würmser cherche alors à le rallier et la bataille se déroule au sud du lac de Garde à Castiglione, le 5 août 1796 : 25 000 Autrichiens affrontent 30 000 Français. Trois corps de bataille sont disposés face à Würmser, aux ordres de Masséna, Augereau et Kilmaine (cavalerie). Sérurier, malade et remplacé par Fiorella, arrive en renfort sur les arrières autrichiens. L’idée de Bonaparte est de provoquer l’attaque sur son aile gauche prétendument affaiblie : les Autrichiens, confiants dans leur gauche appuyée sur la redoute de Medolano, dégarniront alors leur ligne pour emporter la décision à droite, et Sérurier donnera l’assaut sur leur gauche. Tout se déroulera comme prévu, Masséna subissant les premiers coups. Lorsque Würmser est bien engagé, le commandant Marmont bombarde Medolano, la gauche autrichienne est attaquée par les troupes de Verdier et de Joubert, et les soldats de Sérurier surgissent sur ses arrières. Pour se dégager, Würmser tentera de résister, mais Masséna partira à l’assaut, et seule la retraite sauvera les Autrichiens d’un désastre. 5 000 d’entre eux resteront sur le champ de bataille.

La bataille fait rage au fond de la composition, tandis qu’au centre Bonaparte entouré de son état-major et de soldats (dont des cuirassiers à l’uniforme très napoléonien !) donne l’ordre aux canonniers d’aller bombarder Medolano. C’est donc le moment clef de la victoire qui est représenté, lorsque Würmser a dégarni son aile gauche et que Marmont met en place son artillerie. À gauche se profilent à l’horizon les premiers contreforts des Alpes. La grande diagonale du tableau suggère l’élan donné aux troupes, mais en réalité on ne voit de la bataille que quelques régiments montant au feu. Cette façon de montrer les combats en les réduisant aux groupes de généraux est traditionnelle. C’était déjà le cas de la plupart des peintures réalisées sous Louis XIV, formule reprise sous l’Empire, mais la manière d’Adam, artiste célèbre aussi pour ses lithographies, est parfaitement reconnaissable avec cet espace très aéré dans lequel se détachent de petites figures d’un style très vif, semblable à celui de ses gravures. Élève de Regnault et de Meynier, Adam hérita du goût des sujets napoléoniens et d’une technique moelleuse assez unique en son genre.

À l’inverse de bien des tableaux de batailles, Adam n’a pas cherché à représenter les portraits des protagonistes, excepté celui de Bonaparte, et son œuvre se rapproche sensiblement des tableaux topographiques de Lejeune, constitués de deux parties distinctes, premier plan avec les généraux, second plan montrant le combat. Il s’éloigne ainsi des compositions de son contemporain Vernet, héritier de la conception militaire napoléonienne illustrée par Gros ou Gérard, où la bataille, invisible, se résume surtout à la peinture de portraits. Il y a là deux types de représentations qui suivent ainsi leur propre évolution au cours du XIXe siècle.

Claire CONSTANSCatalogue des peintures de VersaillesParis, RMN, 1995.

Jérémie BENOÎT, « La bataille de Castiglione, 5 août 1796 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 03/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/bataille-castiglione-5-aout-1796

Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
Savez-vous que Victor-Jean Adam a réalisé une eau-forte de son tableau en 1835 ? Celle-ci a été compilé dans un recueil édité en 3 exemplaires offerts au roi Louis-Philippe, son épouse et au Duc de Nemours.
Bien cordialement,
Jean-Luc THOMAS

ven 14/10/2016 - 16:23 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le marquis de Montcalm, héros de la guerre de Sept Ans

Louis-Joseph de Montcalm de Saint-Véran est né le 28 février 1712 au château de Candiac, à proximité de Nîmes. Issu d’une famille de la vieille…

Les tirailleurs marocains

Les troupes coloniales marocaines dans « la seconde bataille de la Marne »

Libérées du front de l’est par le traité de Brest-Litovsk (1917) qui…

La prise d'Alger

Les débuts de la conquête de l’Algérie

Depuis longtemps la France, comme les autres puissances européennes, avait eu à souffrir du gouvernement…

La campagne de Russie, 1812

Au printemps 1812 Napoléon rassemble une armée de 600 000 hommes, dont la moitié provient des pays vassaux, appelée l’armée des vingt nations par…

La campagne de Russie, 1812
La campagne de Russie, 1812

L'enterrement insolite du Second Empire

De l’empereur plébiscité au vieillard impuissant

Charles Louis Napoléon Bonaparte, dit Napoléon III (1808-1873) est un neveu de Napoléon Ier…

Episode du siège de Saragosse : assaut de San Engracia - Louis-François Lejeune

Le siège de Saragosse

Depuis 1808, l’Espagne était livrée à une guerre complexe et cruelle entre les occupants français et les révoltés animés d’un fort sentiment…

LOUIS XIV REÇOIT LE GRAND CONDÉ DANS LE GRAND ESCALIER DE VERSAILLES APRÈS SA VICTOIRE DE SENEFFE EN 1674

Louis XIV reçoit le Grand Condé dans le Grand Escalier de Versailles après sa victoire de Seneffe en 1674

La gloire par les armes

Charles Doërr est l’élève de Léon Cogniet (1794-1880), peintre de scènes historiques dont l’influence est indéniable au…

L'intervention française en Espagne (1822-1824)

La guerre d’Espagne

L’un des régimes les plus rétrogrades issus du congrès de Vienne était la monarchie espagnole, Ferdinand VII ayant eu à…

La bataille de Waterloo. 18 juin 1815

Napoléon, emprisonné à l’île d’Elbe, ayant débarqué à Golfe-Juan le 1er mars 1815, parvint à reconquérir son trône après une marche à…

Le cimetière de Saint-Privat

La guerre franco-prussienne de 1870, déclarée le 19 juillet, se déroule en deux phases : la première sous la direction de Napoléon III jusqu’à la…