Frédéric Chopin.

Frédéric Chopin.

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1838

Date représentée :

H. : 45,5 cm

L. : 38 cm

Huile sur toile. A appartenu à un tableau représentant George Sand et Chopin.

© RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

Lien vers l'image

RF 1717 - 14-500196

Chopin, musicien romantique

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Malika DORBANI-BOUABDELLAH

En 1834, dans son atelier du 15, quai Voltaire à Paris, Delacroix fait de George Sand, juste après sa rupture avec Alfred de Musset, un portrait en costume d’homme pour la Revue des Deux Mondes à laquelle elle collabore. Ils se prennent d’affection l’un pour l’autre, et une amitié intellectuelle naît entre eux. A cette époque, Delacroix connaît déjà Chopin, mais ils se lieront davantage pendant la liaison du compositeur et de la romancière. Sa rencontre avec George Sand stimule sa passion enfouie mais constante pour la littérature et la musique. Elle conditionne l’évolution ultérieure de sa peinture et de sa conception esthétique.

Témoin de l’intimité de Sand et de Chopin, Delacroix décide au printemps 1838 de réunir leurs portraits dans un même tableau. Les dessins préparatoires indiquent une composition en largeur du double portrait, avec un piano à droite. Delacroix ne cherchait pas seulement à reproduire leurs traits ou leur personne, mais à représenter une action créatrice où le piano, c’est-à-dire la musique de Chopin, joue le premier rôle.
A droite, le musicien assis de profil, improvise à son Pleyel, le visage illuminé et tourmenté par l’inspiration. George Sand, les bras croisés sur la poitrine comme à son habitude, se tient derrière lui. Cela rappelle les concerts de Chopin dans sa maison de la Chaussée d’Antin, où Delacroix est convié. Commencé avec la ferveur exaltée de son admiration pour son cher petit Chopin, celle-là même mise en 1832 à l’exécution du portrait de Paganini jouant du violon, le portrait devait être fait d’un seul jet, le ton de la peinture et le son de la musique jouant comme en duo.
Mais Chopin tombe malade puis accompagne George Sand à Majorque. Avant de s’éloigner lui-même de Paris, Delacroix suspend l’exécution de la toile et demande à son ami Pierret de faire enlever le piano que Chopin avait fait porter dans son atelier. La toile restée inachevée sera coupée en deux. Le fragment avec le portrait de George Sand se trouve à l’Ordrupgaard Museum près de Copenhague.
Chopin regarde au loin, comme perdu dans son jeu. Il est ébauché en un frottis rapide, avec des tonalités brunes, monochromes, presque à la manière de Carrière. Les traits accentués du visage animé et expressif, le regard et les lèvres ardents et tendus, reflètent son âme agitée. Le favori sur le côté droit, exposé au regard du peintre, rappelle les dandys romantiques parisiens.
Le portrait inachevé n’est pas un abandon de l’idée première de Delacroix. Ses amis, déjà associés à ses idéaux personnels, le seront davantage, à ses œuvres ultérieures. Ils l’inspireront encore pour le Plafond d’Homère dont il ornera la coupole de la bibliothèque du palais du Luxembourg.

Grâce à sa relation avec Chopin, Delacroix intègre – comme il l’a toujours souhaité – les moyens de la musique au langage pictural. La symphonie et le tableau, le ton et le son, deviennent complémentaires. Ensemble, ils réalisent cette synthèse des arts qui caractérise la période romantique. La barque de Dante a été peinte sous l’effet du chant.

Ce tableau de l’amitié représente aussi la fin de cette période. Désormais, Delacroix se consacre à l’expression de la forme par le seul langage de la couleur, tandis que Chopin s’oriente vers un nouveau style. Imprégné de la théorie des reflets et de la lumière de Delacroix, le compositeur écrit : « Rien que des reflets, des ombres, des reliefs qui ne veulent pas se fixer. Je cherche la couleur, je ne trouve même pas le dessin… ». « Ils sont l’un dans l’autre », répond Delacroix.

Paul BENICHOU, Le temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique. Paris, Gallimard. 1977.Jean-Jacques EIDELINGER, L’univers musical de Chopin, Paris, Fayard, 2000.Barthélemy JOBERT, Delacroix, Paris, Gallimard, 1997.Pierre LASSERRE, Le romantisme français, essai sur la révolutions des sentiments et dans les idées au XIXème siècle, Paris, Champion, 2000.Marie-Paule ROMBEAU, Chopin dans la vie et l’œuvre de Georges Sand, Paris, Belles Lettres, 1985.

Malika DORBANI-BOUABDELLAH, « Chopin, musicien romantique », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/chopin-musicien-romantique

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les esclaves et la danse

Une main d’œuvre servile peuple en nombre considérable les Antilles et les Amériques proches de celles-ci. Les propriétaires des plantations de…

Les esclaves et la danse
Les esclaves et la danse

La naissance du mythe du ténor

La première moitié du XIXe siècle connaît un véritable engouement pour la musique en général et l’art du chant en particulier. La mode du…

Le roi danse : Louis XIV et la mise en scène du pouvoir absolu

Le ballet de cour, un divertissement politique

La grande tradition des ballets de cour en France fut inaugurée par le Ballet comique de la Reine…

L’Internationale, hymne révolutionnaire

La figuration d’un hymne emblématique

C’est en 1887 qu’Eugène Pottier édite le poème L’Internationale. Le guesdiste Gustave Delory demande dès l’…

Wagner et la France

Lorsque Richard Wagner meurt en pleine gloire en 1883, son œuvre rencontrait encore en France une vive hostilité. Dès les années 1850, Wagner…

Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Roi de guerre, roi-soleil, Louis XIV se veut aussi le protecteur des arts et des sciences. D’autant que le jeune monarque, né en 1638, de l’union…

Halte avant Paris - Anton van Werner

Anton von Werner entre objectivité et patriotisme

Le témoignage d’un peintre allemand sur la France pendant la guerre de 1870

La guerre franco-prussienne de 1870-1871 a donné lieu à de très…

Les Chorégies d’Orange

L’usage moderne d’un monument antique

L’affiche annonçant la « Fête romaine » du 21 août 1869, d’une sobriété…

Frontispice d'un recueil de musique - Fantin-Latour

Le Génie wagnérien

Wagner : une aura existant contre le temps et les frontières

De toute évidence, Richard Wagner n’apprécie guère la peinture « qui le laisse…

Le Génie wagnérien
Le Génie wagnérien
Le Génie wagnérien
Le Génie wagnérien

La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

Lorsque Rossini arrive à Paris en novembre 1823, ce n’est pas un inconnu car douze de ses œuvres ont déjà été montées au Théâtre-Italien, dont quatre…
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration