Fête du 14-Juillet à Cherbourg.

Fête du 14-Juillet à Cherbourg.

Auteur : ANONYME

Lieu de conservation : Le Mémorial de Caen (Caen)
site web

Date de création : 1944

Date représentée : 14-juil-44

H. : 0

L. : 0

Photographie

© NARA / Le Mémorial de Caen

http://www.memorial-caen.fr

4749 BM

Le bal de la liberté

Date de publication : Décembre 2013

Auteur : Alexandre SUMPF

Cherbourg fête sa libération

Après le débarquement du 6 juin 1944, les troupes alliées progressent dans le Cotentin. À la tête de plusieurs divisions essentiellement américaines, le général Collins lance l’assaut sur Cherbourg le 22 juin. Suite à de terribles combats qui font de lourdes pertes des deux côtés et plus de 39 000 soldats allemands prisonniers, la ville est reprise le 26 juin (le port et l’arsenal ne passant définitivement sous contrôle que le 1er juillet). Essentielle du point de vue militaro-stratégique (le port devient la principale plaque tournante du ravitaillement des armées engagées sur le front ouest), la victoire a aussi une forte valeur emblématique, Cherbourg devenant en effet la première ville d’importance libérée par les Alliés en France (avant Caen, le 19 juillet).

Spontanées et informelles ou encore plus officielles, les différentes fêtes qui s’ensuivent dans la cité mêlent souvent les soldats américains et la population. Elles culminent le 4 juillet (jour de la fête nationale américaine) et, de manière encore plus marquée, le 14 juillet ; une célébration hautement symbolique, dont de nombreuses images rendent compte à l’instar de « Fête du 14-Juillet à Cherbourg » étudiée ici. Parfois largement diffusées et hautement signifiantes, de telles représentations ont un fort potentiel idéologique et, façonnant à leur manière les consciences et les représentations, jouent un rôle non négligeable dans la suite des événements.

Libérateurs et libérés

Pris le 14 juillet 1944 par un membre de l’armée américaine chargé du photoreportage, ce cliché montre des soldats américains et des civils mélangés, dansant lors du bal donné à l’occasion de la fête nationale française.

Placé en hauteur (premier ou deuxième étage d’un bâtiment donnant sur le lieu de la scène), le photographe capture une bonne partie de la scène. Sur l’une des places de la ville, peut-être la place de la mairie (au fond à gauche), s’est rassemblée une foule dense et nombreuse dans laquelle apparaissent une majorité de civils (hommes, femmes et enfants) et des militaires en uniforme de l’armée américaine (infanterie et marine). Saisissant, l’effet d’ensemble confond tous les individus dans une même masse compacte et continue qui semble même, telle une vague léchant la digue, remonter légèrement sur les murs qui délimitent la place à l’arrière-plan.

Deux espaces distincts et moins remplis se détachent alors assez nettement. Visible sur la droite de l’image, une estrade (presque vide à ce moment précis) a été dressée, sans doute pour les discours et interventions des officiels (politiques et militaires). Au premier plan au centre, sortant légèrement du cadre, les couples danseurs évoluent deux par deux, entourés par des spectateurs disposés en arc de cercle, et qui battent parfois des mains.

Fête nationale

Dans une ville à peine reconquise et encore marquée par le double traumatisme de la domination nazie et des combats récents, la scène que montre « Fête du 14-Juillet à Cherbourg » a une signification particulière.

Interdite en zone occupée (comme à Cherbourg) ou détournée en une journée de deuil à laquelle l’Église est associée en zone libre, la célébration du 14-Juillet renaît ici pour la première fois en France. À travers la fête nationale, c’est bien tout le pays qui est rendu à lui-même, à son histoire, à sa fierté et à son identité républicaines. Cherbourg apparaît alors symboliquement comme la métonymie d’une nation enfin libérée, comme l’emblème de toute une patrie qui retrouve la joie et la vie. L’image idéale de cette France à venir (le mouvement de la danse et celui de la foule évoquant métaphoriquement celui de la reconquête future) est ainsi renvoyée à tous les peuples qui, en Europe et notamment dans le pays, sont encore oppressés.

Mais cette photographie montre aussi, à dessein, l’attitude des soldats américains. Loin d’être de nouveaux occupants ou de se conduire en conquérants, ces derniers apparaissent ici comme les sauveurs, les amis qui permettent et encouragent cette célébration proprement nationale. À ce titre, la fusion physique et charnelle de la foule indistincte évoque une parfaite communion de corps et d’esprit entre les libérés et leurs libérateurs. Fondus dans la foule, les Alliés appartiennent aussi, un temps, à la communauté nationale enfin retrouvée et reconnaissante. « Fête du 14-Juillet à Cherbourg » délivre alors peut-être (et inconsciemment) un message politique : à l’image de cette union dans la liesse, évidente et naturelle, les rapports à venir entre Français et Américains devraient (idéalement) consister en une entente et en une unité totales.

· Farid ABDELOUAHAB, L’Année de la liberté : juin 1944 – juin 1945, Paris, Acropole, 2004.

· Jean-Pierre AZÉMA, Nouvelle histoire de la France contemporaine, tome XIV « De Munich à la Libération, 1938-1944 », Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1979, nouv. éd. 2002.

· Georges BERNAGE, Première victoire américaine en Normandie : Cherbourg, Bayeux, Heimdal, 1990.

· John MAN, Atlas du débarquement et de la bataille de Normandie 6 juin – 24 août 1944, Paris, Autrement, coll. « Atlas Mémoires », 1994.

· Olivier WIEVIORKA, Histoire du débarquement de Normandie. Des origines à la libération de Paris (1941-1944), Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 2007.

Alexandre SUMPF, « Le bal de la liberté », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/bal-liberte

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les plaisirs de la plage au XIXe siècle

Les rivages de la Manche, « territoires du vide » jusque dans les années 1820-1830, attirent à partir de cette période une clientèle de plus en plus…
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Carte de Cassini - Cherbourg

La cartographie au service de la monarchie : la carte de Cassini

La carte de Cassini, qu’il serait plus juste de nommer la carte des Cassini puisqu’elle tient son nom d’une famille de quatre géographes italiens…

Le bal de la liberté

Cherbourg fête sa libération

Après le débarquement du 6 juin 1944, les troupes alliées progressent dans le Cotentin. À la tête de plusieurs…

Une ferme sous le Second Empire

Sous le Second Empire, l’économie rurale connaît son âge d’or. Cette période de prospérité profite aux fermiers petits et moyens qui peuplent le…

Le siège de Granville pendant la Révolution française

La Virée de Galerne

En novembre 1793, les contre-révolutionnaires vendéens se retrouvent aux portes de Granville, localité qu’ils assiègent dans…

La formation des départements

Les bases du nouveau découpage administratif

A différentes reprises au XVIIIe siècle, il avait été question de remédier à la…

La formation des départements
La formation des départements
La formation des départements

La restauration du Mont-Saint-Michel

En 1872, l’architecte Édouard Corroyer (1835-1904) est chargé par la direction des Beaux-Arts de la restauration du Mont-Saint-Michel, et…

La restauration du Mont-Saint-Michel
La restauration du Mont-Saint-Michel

Les « tondues » de la Libération

Une démonstration publique

On estime que 20 000 à 40 000 femmes accusées à tort ou à raison de collaboration avec l’occupant allemand auraient…

Une fête villageoise en Normandie

Une fête de village en Normandie

Moment de liberté au village

La notion de foire, incluant l’idée de fête, recouvre aussi bien l’idée de kermesse que de marché commercial…

Les invasions barbares

Une menace venue du Nord

Phénomène majeur du IXe siècle de notre ère, les nouvelles invasions barbares ont immédiatement menacé le fragile…

Les invasions barbares
Les invasions barbares
Les invasions barbares