Pèlerinage à l'île de Cythère, dit l'Embarquement pour Cythère.

Pèlerinage à l'île de Cythère, dit l'Embarquement pour Cythère.

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1717

Date représentée :

H. : 129

L. : 194

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais (Musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

http://www.photo.rmn.fr

11-550799 / INV8525

Pèlerinage à l’île de Cythère, dit l’Embarquement pour Cythère

Date de publication : mai 2013

Auteur : Pierre-Yves BEAUREPAIRE

Les années Régence

Watteau incarne « le printemps du siècle » (Michelet) et la période d’ouverture des années Régence, qui tranche avec l’austérité que Louis XIV (1661-1715) a fait peser sur la fin de son règne. Sous la régence du duc Philippe d’Orléans (1715-1723), alors que Louis XV né en 1710 débute son apprentissage du dur métier de roi, la France panse ses plaies. La paix succède à des décennies de conflits en Europe. Paris et Londres cherchent l’apaisement et concluront bientôt une improbable alliance. Avec le régent, le centre du pouvoir quitte Versailles pour Paris. La rigueur dévote du Grand Roi laisse place à un temps de respiration et de libération des mœurs dont les sociétés aristocratiques profitent pour donner des fêtes brillantes et libertines, que Watteau excelle à peindre.

Un pèlerinage amoureux

Le sujet de l’œuvre d’Antoine Watteau a longtemps fait débat. On se demande en effet si les couples amoureux embarquent pour l’île de Cythère ou s’ils en reviennent. Le peintre s’est probablement inspiré d’une comédie à la mode, Les Trois Cousines, de Dancourt, écrite en 1702, qui se termine par la chanson suivante : « Venez à l’île de Cythère / En pèlerinage avec nous / Jeune fille n’en revient guère / Ou sans amant ou sans époux. »

Le bâton que tiennent les hommes rappelle, de fait, celui des pèlerins. Dans la mythologie, l’île grecque de Cythère est associée à la déesse Aphrodite qui l’aborde peu après sa naissance. Une statue de Vénus, son équivalent dans le panthéon romain, est visible à droite. Les fleurs qui l’enveloppent sont une évocation des tendres nœuds de l’amour. Contre son socle, un carquois garni de flèches évoque les traits de l’Amour. Bien visible à la poupe de la barque, la coquille renvoie à la fois au pèlerinage et à la naissance de Vénus. Un vol de petits Cupidon ailés entoure la barque de l’Amour et guide les pèlerins. La sensualité de la scène ne fait aucun doute.

Watteau, « maître des sérénités douces et des paradis tendres » (Jules et Edmond de Goncourt)

Cette œuvre a été réalisée dans un contexte institutionnel particulier puisqu’il s’agit de la pièce de réception de l’artiste à l’Académie royale de peinture et sculpture. Par opposition à un genre plus classique comme la peinture d’histoire, son caractère inédit a incité les académiciens à créer celui de la « fête galante », spécifiquement pour Watteau. D’ailleurs, lors de son enregistrement par l’Académie, le titre de l’œuvre, Pèlerinage à l’isle de Cythère, a été biffé et remplacé par Une fête galante. Par la suite, le tableau de Watteau sera désigné comme L’Embarquement pour Cythère jusqu’en 1961.

Si, dans son Dictionnaire, Furetière définit la fête galante comme « une réjouissance d’honnêtes gens », il n’empêche que ces pèlerins de l’amour venus rendre hommage à Aphrodite/Vénus évoquent surtout l’insouciance et la douceur de vivre des années Régence pour les élites aristocratiques et mondaines enfin libérées de l’austérité et de la rigueur morale de la fin du règne de Louis XIV. Les codes de la vie de société sont ici respectés : les jeux de séduction n’empêchent pas la maîtrise de la sensualité et le contrôle de soi. Mais la légèreté du sujet ne fait pas de doute. Watteau remporte un succès remarquable auprès de ce public choisi, au point de retarder la réalisation de cette œuvre de réception académique pour répondre à de nombreuses commandes particulières. Dans L’Art du XVIIIe siècle. Watteau (1860), les Goncourt ne tarissent pas d’éloges sur le chef-d’œuvre de celui qu’ils nomment « le grand poète du XVIIIe siècle ».

Pour en savoir plus sur le nouveau genre pictural des "fêtes galantes", allez sur le site Panorama de l'art

Pierre-Yves BEAUREPAIRE, La France des Lumières 1715-1789, Paris, Belin, Histoire de France, 2011.

François MOUREAU et Margaret MORGAN GRASSELLI (dir.), Antoine Watteau (1684-1721) : le peintre, son temps et sa légende, colloque international, Paris, Grand Palais, 1984, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1987. 

Pierre-Yves BEAUREPAIRE, « Pèlerinage à l’île de Cythère, dit l’Embarquement pour Cythère », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/pelerinage-ile-cythere-dit-embarquement-cythere

Pour en savoir plus sur le nouveau genre pictural des fêtes galantes, rendez-vous sur le site Panorama de l’art.

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le couronnement de Marie de Médicis

Peindre la reine en majesté

Cette toile clôt la partie gauche de la galerie consacrée par Rubens à Marie de Médicis. Elle suit La remise de la…

La construction d'un grand chemin

Le siècle de la route

Même si les voies d’eau ne sont pas négligées au XVIIIe siècle, ce sont surtout les routes qui retiennent l’…

Innovation et progrès au XVIIIe siècle

Invention technique et progrès de l’humanité

Originaires d’Annonay, les frères Montgolfier réussissent les premiers à faire voler un aérostat –…

Henri IV et la paix

Depuis 1562 la France est plongée dans des guerres de religion. La mort de François duc d’Anjou en 1584, dernier frère d’Henri III lui-même sans…

Louis XIV devant la grotte de Téthys

La cour de Louis XIV

La cour de Louis XIV

Louis XIV choisit de stabiliser la cour dans sa résidence royale de Versailles qu’il fait aménager, agrandir et embellir. Il…

La cour de Louis XIV
La cour de Louis XIV

Denis Diderot

Denis Diderot (1713-1784) est surtout connu et célébré pour avoir dirigé avec d’Alembert (1717-1783), au milieu du XVIIIe siècle, la…

Le nouveau visage de l’amour maternel

En 1786, Elisabeth Vigée Le Brun réalise un autoportrait avec sa fille, exposé au Salon de 1787. Le tableau touche à ce point le public par la…

Le nouveau visage de l’amour maternel
Le nouveau visage de l’amour maternel
Le nouveau visage de l’amour maternel

Le traité des Pyrénées

Après un séjour de quatre ans à Rome, Charles Le Brun arrive à Paris en mars 1646. Avec l’appui du chancelier Séguier, il obtient plusieurs…

L’apothéose d’Henri IV et la proclamation de la régence de Marie de Médicis

La pièce centrale de la galerie Rubens

Dans le programme préparatoire aux travaux de la galerie de Médicis, négocié en 1622 entre le célèbre…

Portrait officiel de Louis XIV

On lit, dans les Mémoires du marquis de Dangeau : « Jeudi 10 mars 1701, à Versailles : la goutte du Roi continue ; il se fait peindre l’après-…