Le Dauphin, futur Louis XIV, et sa nourrice, Elisabeth Longuet de La Giraudière

Le Dauphin, futur Louis XIV, et sa nourrice, Elisabeth Longuet de La Giraudière

Date de création : 1638-1650

H. : 83,5 cm

L. : 68 cm

Huile sur toile.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

Lien vers l'image

MV5272 - 15-601729

  • Le Dauphin, futur Louis XIV, et sa nourrice, Elisabeth Longuet de La Giraudière

Premier portrait du futur Louis XIV

Date de publication : Janvier 2023

Auteur : Stéphane BLOND

Premier portrait princier

En novembre 1615, le mariage entre le roi de France Louis XIII et l’infante d’Espagne Anne d’Autriche est célébré en grande pompe à Bordeaux. Pendant 22 ans, cette union reste stérile, ce qui fragilise la succession au trône et attise les ambitions de Gaston d’Orléans, frère du roi et principal opposant. À la fin de l’année 1637, un heureux événement s’annonce : la reine est enceinte ! Le 5 septembre 1638, elle donne naissance à Louis Dieudonné au Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye, là où le dauphin passe les cinq premières années de sa vie. Jusqu’à l’âge de sept ans marquant le début de l’éducation princière, les fils de France sont confiés aux femmes et habillés comme des petites filles. Après la naissance et comme le veut la tradition dans la famille royale ou les milieux favorisés, l’enfant est confié à une nourrice. Ce portrait n’est pas daté, mais il intervient quelques semaines après l’accouchement, avant le mois de décembre 1638, date du remplacement de la première nourrice. Les prétendantes doivent présenter des mœurs parfaites, une santé solide et un statut social honorable. Le choix initial se porte sur Élisabeth Longuet de La Giraudière. Née en 1612 à Orléans, elle est la fille d’un conseiller et maître d’hôtel ordinaire du roi. Quatre ans avant la naissance royale, elle se marie à Jean Longuet, seigneur de La Giraudière. Deux filles naissent de cette union, Élisabeth en 1636 et Anne, le 4 juillet 1638, quelques semaines seulement avant le futur Louis XIV, ce qui garantit de bonnes montées et un lait de qualité pour la croissance de l’enfant. La mise en scène de ce premier portrait est attribuée à Henri (1603-1677) et Charles (1604-1692) Beaubrun. Issus d’une famille d’artistes, ils effectuent de nombreuses représentations des princesses et reines de France, dont la reine Anne d’Autriche enceinte de six mois. L’historiographe Guillet de Saint-Georges (1624-1705) rapporte qu’ils sont choisis par le roi pour peindre le jeune dauphin huit jours seulement après sa naissance. Ils réalisent des esquisses, mais nul ne sait si cette toile est issue de ce travail. Il s’agit d’ailleurs de la réplique d’un original signé conservé à la Fondation Jakober à Alcudia, un musée qui possède un second et rare portrait du dauphin en nourrisson. Le parcours initial de la copie est méconnu, mais en 1856, elle est donnée au musée du Louvre par le collectionneur Charles Sauvageot (1781-1860), avant son dépôt à Versailles en 1893.

Aux petits soins

Sur cette toile, l’enfant est tenu sur les genoux de sa « nourrice du corps » qui a pour mission de le « nourrir », donc de l’allaiter, d’où sa représentation de trois quarts, le sein droit à nu. Sur ce double portrait, la jeune femme brune se tourne vers le spectateur. Elle arbore des vêtements aristocratiques, avec une somptueuse robe de soie jaune à la broderie argentée. La dentelle blanche du col et des manches est finement restituée par les peintres. Le trousseau royal est également luxueux. L’enfant est couvert d’un bonnet, fermement emmailloté dans des langes ornés de dentelle. À la manière des ecclésiastiques, il porte le cordon bleu de l’ordre du Saint-Esprit en sautoir, dans une version miniature qui ne laisse aucun doute sur l’identité du modèle. Par son rang royal et sa qualité de dauphin de France, l’enfant a été reçu à sa naissance dans l’ordre de chevalerie créé en 1578 par le roi Henri III. À sa montée sur le trône le 14 mai 1643, Louis XIV en devient le 4e souverain Grand-Maître.

Louis, dauphin de France

Les études de démographie historique démontrent que les premiers temps de la vie constituent une période à hauts risques. Le poupon royal est au centre de toutes les attentions, d’autant plus qu’il s’agit d’un garçon, ce qui en fait le premier héritier présomptif du trône. L’enfant qui a moins de trois mois fixe le spectateur d’un regard sérieux et sévère grâce auquel les peintres lui attribuent déjà un maintien royal. L’allaitement est un exercice plus compliqué qu’il n’y paraît, car la survie de l’enfant en dépend. À la fin du XVIe siècle, le poète français Scévole de Sainte-Marthe (1536-1623) insistait sur le caractère essentiel de cette mission dans son poème sur La Manière de nourrir les enfants à la mamelle. D’où la nécessité de sélectionner les nourrices avec soin, en présence du couple royal, des médecins et même de Richelieu ! Quelques mois plus tard, en décembre 1638, la nourrice est remplacée, car torturée par le nourrisson né avec deux dents et doté d’un appétit glouton. Elisabeth Longuet de La Giraudière est la première d’une longue liste de nourrices jusqu’au sevrage du bébé royal à l’âge de deux ans. Après cette étape, les dangers de l’enfance ne sont pas éteints, car il faut déjouer deux maladies qui font des ravages : la petite vérole et la rougeole. Le 21 septembre 1640, ses parents lui donnent un petit frère, prénommé Philippe, dit « Monsieur ».

Portraits de reines de France (1630-1665), exposition organisée par le musée d’art Hyacinthe Rigaud et l’Établissement public du château, du musée et du domaine de Versailles (2020-2021), Silvana Editoriale, 2020.

Lucien BÉLY, Nourrice de Louis XIV, in Lucien BÉLY (dir.), Dictionnaire Louis XIV, Robert Laffont, 2015, p. 985-986.

Hélène DELALEX, Louis XIV intime, Gallimard/Château de Versailles, 2015.

Louis DUSSIEUX et al., Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture, J.-B. Dumoulin, 1854, tome 1.

Pascale MORMICHE, Devenir prince : L’école du pouvoir en France, XVIIe-XVIIIe siècles, CNRS Éditions, 2009.

Stanis PEREZ, La santé de Louis XIV, une bio histoire du Roi-Soleil, Champ Vallon, 2007.

Stéphane BLOND, « Premier portrait du futur Louis XIV », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/02/2023. URL : histoire-image.org/etudes/premier-portrait-futur-louis-xiv

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les demeures royales

Versailles à la charnière de deux règnes

Cette série de tableaux de Pierre-Denis Martin (1663-1742) s’insère à une période charnière de l’histoire…

Les demeures royales
Les demeures royales
Les demeures royales
	allegorie-louisxiv-appolon

Louis XIV et Apollon

La thématique propagandiste du Roi-Soleil

Cette gouache sur papier crème de Joseph Werner, peintre bernois appelé à la cour de Louis XIV pour son…

Scène de dragonnade (Fin XVIIe siècle)

Le protestantisme dans la clandestinité

Dans un genre très répandu au XVIIe siècle, notamment depuis l’épisode de la Fronde, cette gravure de…

Le testament de Louis XIV

Régler la succession

Lorsqu’il rédige son testament le 2 août 1714, Louis XIV est un homme malade, éprouvé et inquiet. Âgé de près de 76 ans, il…

Le testament de Louis XIV
Le testament de Louis XIV
Le testament de Louis XIV
Le testament de Louis XIV

Louis XIV couronné par la Victoire

La guerre de Hollande (1672-1678) menée par Louis XIV contre les Provinces-Unies (les Pays-Bas actuels) relève de plusieurs causes, mais la…

Ex-voto pour la guérison de Louis XIV

Une guérison miraculeuse

C’est dans un contexte chargé en émotion et en dévotion que Michel Corneille réalise une vaste huile sur toile exprimant…

Livre : Les plaisirs de l'Isle enchantée en 1664

Les plaisirs de l’Isle enchantée

La fête royale

Véhicule de la gloire du roi, la gravure est utilisée pour diffuser dans un format raisonnable et à un prix relativement…

Les plaisirs de l’Isle enchantée
Les plaisirs de l’Isle enchantée

Louis XIV et la Fronde

Sortir de la Fronde

Le 27 mars 1653, la ville de Paris conclut avec le sculpteur Gilles Guérin un contrat pour l’édification d’une statue en pied…

Louis XIV protecteur de l'Académie

Louis XIV, protecteur des arts

Une commande de l’Académie de peinture et de sculpture

Le 27 février 1666, les membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture…

Mariage de Louis de France, duc de Bourgogne et de Marie-Adélaïde de Savoie

Mariage de Louis de France, duc de Bourgogne, et de Marie-Adélaïde de Savoie

Le mariage du « Petit Dauphin »

Né à Versailles le 6 août 1682, quelques semaines seulement après l’installation de la cour au château, Louis de…