l'Entremetteuse ou la Vieille et le Jeune Galant

l'Entremetteuse ou la Vieille et le Jeune Galant

Auteur : PAOLINI Pietro

Lieu de conservation : musée de l’Oise (Beauvais)
site web

Date de création : XVIIe siècle

H. : 97 cm

L. : 135 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais / Thierry Ollivier

lien vers l'image

11-538919 / INV68.7

Le thème de l’entremetteuse

Date de publication : Janvier 2016

Auteur : Catherine AUTHIER

L’influence de la Rome baroque

Pietro Paolini est un peintre italien baroque du XVIIe siècle. Né à Lucques en Toscane, en 1603, il a effectué sa carrière entre Venise et Rome, une ville où il réside jusqu’en 1628.

Il est alors très influencé par les peintres Manfredi et le naturalisme de Caravage. De retour dans sa ville natale, à la mort de son père, il affirme son style en peignant des portraits, des natures mortes et des peintures à sujet musical ou allégorique. Ses recherches sur la représentation de la nature et de la construction de la perspective le conduisent à ouvrir une académie de peinture et de dessin en 1652. Son œuvre originale en fait l’un des Caravagesques les plus brillants de son époque.

Paolini, peintre Caravagesque


L’entremetteuse ou La vieille et le jeune galant est un thème fréquent chez les peintres caravagesques de cette époque. Il renvoie au motif satirique des « couples inégaux ou disparates », celui de la vieille femme attirée par le jeune homme, un sujet déjà très à la mode au XVIe siècle. On retrouve l’héritage du Caravage à travers l’atmosphère ténébreuse qui baigne la toile, la composition des personnages cadrés en haut des cuisses, le réalisme cru du visage ridé et marqué de la vieille.

Mais c’est surtout la figure de l’entremetteuse plongée dans un violent clair-obscur qui est mise en valeur dans la peinture. Alors que le jeune galant apparaît coupé en bas à gauche, allusion aux personnages de la commedia del’ arte et la vieille est traitée de dos, en robe sombre, à peine visible dans l’obscurité, l’entremetteuse est pour sa part saisie en pleine lumière, dans une robe de couleur rouge et or, les voiles de son châle virevoltant autour de son beau visage expressif accompagnant une gestuelle fortement théâtrale. Dans une représentation inversée de l’entremetteuse classique âgée qui mène la transaction amoureuse, la jeune femme apparaît comme le personnage central de la scène, celle qui marchande le prix de l’amour vendu par le jeune homme à la vieille femme. Dans la continuité de l’œuvre du Caravage comme dans le tableau La diseuse de bonne aventure (1596), l’entremetteuse forme un duo complice avec l’homme, face à la vieille femme, âgée, dont on exploite l’appétit sexuel.

L’indispensable intermédiaire


Dans la littérature, au théâtre comme dans la peinture du XVIIe siècle, l’entremetteuse apparaît comme un personnage traditionnel, une figure-clé des récits de l’époque. Intermédiaire indispensable pour ces rencontres illicites, l’entremetteuse, la procureuse ou l’ogresse en galanterie se spécialisent dans les amours vénales en prélevant une somme importante sur le prix de la passe. Ce sont souvent d’anciennes prostituées ou des couturières qui se reconvertissent dans le proxénétisme, riches d’une certaine expérience des hommes, des goûts et des fortunes des clients ou encore des clientes comme c’est le cas dans cette toile. Illustrant les moeurs de son temps, Paolini s’amuse et se moque ici de la vieille femme coquette et séductrice encore avide de relations charnelles malgré son grand âge.

GIUSTI MACCARI Patrizia, Pietro Paolini : pittore lucchese, Lucques, Maria Pacini Fazzi, 1987.

Baroque : Mouvement artistique qui se développe au XVIIe siècle en Italie, puis dans de nombreux pays européens. Parlant plus aux sentiments qu’à la raison, il privilégie l’exubérance des formes, la représentation du mouvement et les effets de surprise. Il fait appel à tous les arts dans leur ensemble.

Catherine AUTHIER, « Le thème de l’entremetteuse », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/theme-entremetteuse

En savoir plus sur l'art baroque

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La traite des planches ou la prostitution au spectacle

La traite des planches ou la prostitution au spectacle.

Le dessin de Degas comme la photographie de la vedette Polaire attestent l’engouement…

La traite des planches ou la prostitution au spectacle
La traite des planches ou la prostitution au spectacle

Les maisons closes

Le système réglementariste et la stratégie de l’enfermement

Constantin Guys fut le premier artiste à s’intéresser aux maisons closes de son temps,…

Les maisons closes
Les maisons closes
Les maisons closes

La courtisane, un monstre ?

Un regard trouble entre misogynie et fascination

Le recours à l’allégorie pour dénoncer la prostitution est très fréquent au XIXe siècle…

La conduite des filles de joie à la Salpêtrière : le passage près de la porte Saint-Bernard

Le peintre des scènes populaires

Grâce à la signature présente en bas à gauche, ce tableau est attribué à « Stephanus Jeaurat Pinxit ».

Né…

La journée d’une grisette

Fugace comme un oiseau

Dans le contexte d’industrialisation et d’urbanisation massives qui se développent en France dès la première moitié du XIX…

La journée d’une grisette
La journée d’une grisette

Les marchandes d’amour du Palais-Royal

Le goût pour la mode et la galanterie

Au XVIIIe siècle les gravures mettant en scène les costumes, les chapeaux et bijoux fleurissent…

Le thème de l’entremetteuse

L’influence de la Rome baroque

Pietro Paolini est un peintre italien baroque du XVIIe siècle. Né à Lucques en Toscane, en 1603, il a…

Thomas Couture et la décadence

L’allégorie, une grande tradition picturale

Formé dans l’atelier d’Antoine Gros et de Paul Delaroche, Thomas Couture se révèle rapidement un…

Le scandale de la réalité

En 1863, Victorine Meurent, modèle préféré de Manet dans les années 1860, pose pour ce nu jugé à l’époque comme le plus scandaleux des nus…

Les galeries du Palais-Royal, ancêtre des passages couverts

Une spéculation immobilière

Le Palais-Royal devint la propriété des Orléans, branche cadette du royaume de France, en février 1692, quand Louis…