Rue de Nice. Tramway.

Rue de Nice. Tramway.

Lyon. Vue générale de la place Carnot.

Lyon. Vue générale de la place Carnot.

Lyon. Vue générale de la rue de la République en direction de la Croix-Rousse.

Lyon. Vue générale de la rue de la République en direction de la Croix-Rousse.

Rue de Nice. Tramway.

Rue de Nice. Tramway.

Auteur : GILLETTA Jean

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

GLT1685P

Les Tramways électriques dans les villes françaises

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Jean-Luc PINOL

Pendant longtemps, la ville a été de dimensions restreintes et l’essentiel des déplacements s’y faisait à pied. La ville était adaptée aux piétons et la distance entre lieu de travail et résidence devait être courte. A partir des années 1830, des services d’omnibus apparaissent dans de nombreuses villes ; assez vite, on se rend compte que la circulation sur rails est plus facile. Les tramways hippomobiles sont une première étape dans la mise en place des transports collectifs, qui connaissent un développement massif avec la mise en place des tramways électriques. La firme Siemens en présente un lors de l’exposition industrielle de Berlin, en 1879, mais ce sont des ingénieurs américains qui sont à l’origine des systèmes qui vont être généralisés dans les villes françaises à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. En dépit de l'hostilité qu'il déclenche parfois au nom d’une lutte pour la préservation des qualités esthétiques de la ville, le procédé qui allie câbles, caténaires et trolleys est le plus fréquent. Dans certains centres-ville, le procédé de la transmission électrique par caniveau souterrain, plus coûteux, est cependant adopté.

L’animation de cette rue de Nice, longtemps capitale d’hiver des touristes fortunés, illustre la diversité des modes de transport : de la charrette à bras à l’automobile et à la bicyclette en passant par le tramway électrique. Entre les deux rails sur lesquels roule le tramway, le caniveau qui sert à l’alimentation électrique est bien visible. Faut-il y voir le souci de préserver l’image d’une ville dont les aristocrates britanniques ont fait le succès ? A Londres, en effet, l’installation des fils aériens avait déclenché une véritable campagne de dénigrement. A Lyon, et c’est aussi le cas à Paris, l’alimentation se fait par fils aériens dans les quartiers périphériques alors que, en centre-ville, l’électricité circule dans un caniveau souterrain. Cela est bien visible rue de la République, une rue percée sur ordre du préfet Vaïsse, contemporain d’Haussmann, au centre de ce que les Lyonnais appellent « la presqu’île ». Au sud de la presqu’île, place Carnot, le courant électrique circule dans des câbles aériens. Sur cette place comme rue de la République, la traction hippomobile n’a pas disparu, mais elle est désormais cantonnée au transport des marchandises.
Les rues qui accueillent les tramways électriques sont des rues d’une largeur importante, correspondant aux percées ou aux rues droites tracées au XIXe siècle. Les tissus urbains les plus anciens ne peuvent accueillir le nouveau mode de transport : c’est le cas dans le vieux Nice ou dans le vieux Lyon, mais aussi dans bien d’autres villes.

La différence entre le tramway à chevaux et le tramway électrique porte à la fois sur le nombre de passagers et sur la vitesse. Cette dernière augmente de 25 à 50 %, permettant de multiplier le nombre de rotations d'un même véhicule. Par ailleurs, le nombre des passagers augmente, et cela permet de réduire les coûts de transport. Cette réduction des coûts varie d'un réseau à l'autre mais, dans l'ensemble, elle est de 30 à 40 %. Dans la France de 1911, le réseau des tramways électriques atteint son apogée : à une exception près, toutes les villes de plus de 35 000 habitants sont équipées, mais la Première Guerre mondiale sera fatale à de nombreux réseaux.
Le développement des tramways électriques marque un tournant dans l’organisation de la ville. La baisse des coûts a permis une forte augmentation de la mobilité quotidienne des citadins, et de cette époque datent l’étalement de la ville et le développement rapide des banlieues. Parmi bien d’autres conséquences, l’électrification des tramways a provoqué la disparition progressive des chevaux dans l’espace urbain.
 

Pour en savoir plus sur Jean Gilletta, allez sur le site Arago, le portail de la photographie

John McKAY Tramways and Trolleys, The Rise of the Urban Mass Transport in Europe Princeton University Press, 1976.Jean-Luc PINOL Le Monde des villes au XIXe siècle Paris, Hachette, 1991.D.LARROQUE « L’électrification des transports urbains » in Maurice Levy-Leboyer et Henri Morsel (dir.), Histoire de l’électricité en France tome II, « 1919-1946 », Paris, Fayard, 1994, p.1121-1149.

Jean-Luc PINOL, « Les Tramways électriques dans les villes françaises », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 16/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/tramways-electriques-villes-francaises

Anonyme (non vérifié)

Question: sur la photo, s'agit-il de la ville de Lyon ou bien celle de Nice? Je pencherais pour Lyon et, si c'est bien le cas, il y a une coquille dans la partie " analyse de l'image". Un étudiant attentif et passionné!

lun 20/10/2014 - 20:32 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Autant pour moi, je n'avais pas remarqué les deux autres images :))un étudiant trop impétueux!

lun 20/10/2014 - 20:35 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le suffrage universel - Marie-Cécile Goldsmid

Le suffrage universel, estampe dédiée à Ledru-Rollin

La république selon la citoyenne Goldsmid

Avec la révolution de février 1848, la France connaît une ébullition éditoriale. Journaux et images…

Le Paris-Méditerranée

La Méditerranée à portée de rail

Si la côte d’azur est un lieu de villégiature pour les plus fortunés depuis le XVIIIe siècle, elle…

La puissance industrielle britannique

Cardiff, situé à l’embouchure de la Severn et symbole de l’industrialisation britannique, est à la fin du XIXe siècle un port très…

Les syndicats de cheminots : la grève de 1910

Un syndicalisme révolutionnaire

Depuis la création de la Confédération générale du travail en 1895, le syndicalisme révolutionnaire se renforce en…

Les syndicats de cheminots : la grève de 1910
Les syndicats de cheminots : la grève de 1910
Les syndicats de cheminots : la grève de 1910

L'évolution du paysage industriel

Les dates qui encadrent ces quatre œuvres correspondent très exactement à la période d’intense industrialisation de la plaine Saint-Denis, situé…

L'évolution du paysage industriel
L'évolution du paysage industriel
L'évolution du paysage industriel
L'évolution du paysage industriel

Le chemin de fer à Paris

Après l’ouverture, le 1er janvier 1828, de la première voie ferrée française, qui relie Saint-Étienne à Andrézieux, Baptiste Alexis…

Le chemin de fer à Paris
Le chemin de fer à Paris
Gare de Banlieue - Georges d'Espagnat

La gare dans le paysage urbain

Avec le développement du réseau ferré apparaissent des ouvrages et des équipements nouveaux, mais aussi des lieux qui n’existaient pas auparavant…

La gare dans le paysage urbain
La gare dans le paysage urbain

Le jeu du chemin de fer français

Si Pellerin d’Épinal reste l’éditeur d’imagerie populaire le plus connu, d’autres publient des planches comparables : Pinot et Sagaire à Épinal, mais…

Le chemin de fer dans le paysage français

En France, le Second Empire ouvre à bien des égards l’ère du rail. La révolution que le pays connaît dans les années 1850 et 1860 est due à l’…

Le chemin de fer dans le paysage français
Le chemin de fer dans le paysage français
Le chemin de fer dans le paysage français

Les Grandes Eaux illuminées au bassin de Neptune en l'honneur du Roi d'Espagne

Au cours du Second Empire, la France souhaite développer sa présence commerciale en Europe en exploitant notamment le chemin de fer afin de tisser…