Aller au contenu principal
Le vote ou le fusil

Le vote ou le fusil

Date de création : 1848

Date représentée : 1848

Légende : "Ça, c'est pour l'ennemi du dehors ; pour le dedans, voici comme l'on combat loyalement les adeversaires... ".

Éditeur : Lordereau.

 

Domaine : Estampes-Gravures

© Cliché Bibliothèque Nationale de France

Lien vers l'image

RES QB 370 fol Vinck 14061 (112)

Le vote ou le fusil

Date de publication : Janvier 2005

Auteur : Alain GARRIGOU

En février 1848, la révolution parisienne surprenait tout le monde et, avec la fuite rapide du roi Louis-Philippe, laissait bien dépourvus les nouveaux dirigeants improvisés. Quoique portés au pouvoir par l’insurrection, les hommes du Gouvernement provisoire craignaient d’abord la pression armée d’une foule parisienne d’autant plus exigeante qu’elle avait eu facilement raison de la monarchie censitaire. Devant des ouvriers en armes et échauffés, l’éloquence de Lamartine n’avait pas été de trop, pas plus que sa promesse lancée dans la salle Saint-Jean de l’Hôtel de Ville d’instituer le suffrage universel. Celui-ci n’était proposé par aucun programme politique, même si quelques rares républicains en évoquaient l’avènement dans un avenir indéfini. L’urgence l’imposa. Le suffrage universel consacrait l’inévitable abandon du système électoral censitaire car il était devenu impossible de se contenter d’un simple élargissement du cens électoral, comme le réclamait la campagne des Banquets, ce qui serait revenu à exclure les insurgés du corps électoral. Le décret du 5 mars 1848 avait d’abord vocation à ramener le calme.

Identifié par son vêtement, un ouvrier abandonne son fusil pour déposer un bulletin de vote. Dans cette scène allégorique, le suffrage universel est symbolisé par une urne antique dont le modèle est assez éloigné des urnes réelles mais qui rattache la procédure aux sources les plus anciennes. L’allégorie présente encore la nouvelle institution comme une conquête populaire qui justifie d’autant plus que l’on dépose les armes. Ce n’était peut-être pas l’objectif de tous les insurgés, ni même de la plupart d’entre eux, mais l’idée s’en imposa. Au-delà de cette sorte d’interprétation immédiate de la révolution de février 1848 proposée par les républicains, l’abandon des armes pour le vote a valeur d’exhortation : la violence révolutionnaire menaçait toujours, de nombreuses armes étaient aux mains de la population parisienne, et le succès du suffrage universel restait incertain. L’insurrection populaire de juin 1848 confirma ces craintes, tout en donnant l’occasion aux forces de l’ordre de désarmer la population parisienne.

Au-delà d’un moment historique daté de la révolution de 1848, la substitution du bulletin de vote au fusil visait un sens de portée générale et universelle ; le rejet démocratique de la violence politique. Les promoteurs du suffrage universel avaient partiellement convaincu les partisans de l’ordre en réussissant à organiser les premières élections d’avril 1848 et à démontrer aussi que le vote populaire n’était pas révolutionnaire par essence, qu’il pouvait même se révéler conservateur. Dans un pays et un siècle agités par le cours incessant et ruineux des révolutions, le suffrage universel devint, non sans difficultés et à la suite d’une longue série d’élections régulières, ce qu’un homme de la IIIe République appelait de ses vœux : le « souffle régulier de la démocratie ». Quelle pouvait être la légitimité du recours à la violence quand le peuple devenait souverain par son bulletin de vote ? Si cette institution ne put empêcher immédiatement des insurrections comme la Commune de 1871, les justifications des révolutions furent désormais contestées au nom du suffrage universel, et des gouvernements opposèrent le suffrage universel en principe ou en actes, comme en 1968, aux « mouvements de la rue ».

Vincent DUCLERT et Christophe PROCHASSON (dir.) Dictionnaire critique de la République Paris, Flammarion, 2002.

Alain GARRIGOU Histoire sociale du suffrage universel en France, 1848-2000 Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 2002.

Maurice AGULHON 1848 ou l’Apprentissage de la République Paris, Le Seuil coll. « Points Histoire », nouv.éd.2002.

Pascal PERRINEAU et Dominique REYNIÉ (dir.) Dictionnaire du vote Paris, Presses universitaires de France, 2001.

Pierre ROSANVALLON Le Sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France Paris, Gallimard, 1992.

Alain GARRIGOU, « Le vote ou le fusil », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 23/07/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/vote-fusil

Anonyme (non vérifié)

étonnant que le commentaire fasse abstraction des affiches figurées a l'arriere plan. Pourquoi "avis aux cameléons?" , "pourquoi "grands prestidigitateurs?" , pourquoi "candidature de l'eteignoir?" Que voulait signifier cette gravure sur les elections en cours? c'est curieux si c'est pour expliquer le «souffle régulier de la démocratie».

ven 08/02/2019 - 05:21 Permalien
André Loez (non vérifié)

Bonjour, l'ensemble de l'analyse est désormais obsolète ; il faudrait actualiser en tenant compte de Olivier Ihl, « Louis Marie Bosredon et l’entrée dans le « suffrage universel ». Sociogenèse d’une lithographie en 1848 », Revue d'histoire du XIXe siècle, 50 | 2015, 139-163.

Il date la lithographie de juin 1848 (dépôt le 12/6 en préfecture) et commente les affiches, notamment. ; le geste de l'ouvrier s'inscrit dans la volonté d'inciter ces derniers à participer aux élections du mois de juin, et pas comme un désarmement définitif.

ven 08/07/2022 - 10:39 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les Ateliers nationaux

Les Ateliers nationaux

Les ateliers nationaux, « moment » de l’année 1848

À l’issue de la révolution de février 1848, la IIe République est établie, mettant…

Ratapoil

Ratapoil

C’est dans le climat politique tendu qui précéda le coup d’Etat du 2 décembre 1851, à la suite duquel Louis-Napoléon Bonaparte devint président de…

Ratapoil
Ratapoil
Ratapoil
Ratapoil
Episode du siège de Rome : prise du bastion n° 8 à la porte de San Pancrazio, le 30 juin 1849

Episode du siège de Rome : prise du bastion n° 8 à la porte de San Pancrazio, le 30 juin 1849

Malgré la promulgation d’une constitution libérale en mars 1848, la popularité du pape Pie IX ne résista pas à son refus de rompre avec l’Autriche…

Le Coup d'État du 2 décembre 1851

Le Coup d'État du 2 décembre 1851

Deuxième République, Second Empire

Le 2 décembre 1851, le président de la IIe République, démocratiquement élu en décembre 1848, s’…

Le Coup d'État du 2 décembre 1851
Le Coup d'État du 2 décembre 1851
Le Coup d'État du 2 décembre 1851
Février et juin 1848

Février et juin 1848

Le 24 février 1848, Louis-Philippe, qui régnait depuis la révolution de juillet 1830, abdique. Sur la place de la Bastille, Charles Lagrange,…

Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848
La II<sup>e</sup> République abolit l’esclavage

La IIe République abolit l’esclavage

1848, l’abolition de l’esclavage

Affirmant l’égalité entre les hommes et leur droit naturel à la liberté, les philosophes du XVIIIe

L’invasion de l’Assemblée constituante, 15 mai 1848

L’invasion de l’Assemblée constituante, 15 mai 1848

De la révolution de février au triomphe de la république modérée

Après la révolution de février 1848, le Gouvernement Provisoire instaure la…

Enterrement de la II<sup>e</sup> République

Enterrement de la IIe République

Singulier destin que celui de cet enterrement de campagne ! Symbole de l’ordure moderne pour les contemporains, chef-d’œuvre révéré aujourd’hui,…

L'Émancipation à la Réunion

L'Émancipation à la Réunion

Esclavage et économie coloniale 

La première moitié du XIXe siècle voit l’émergence d’une classe dominante de colons dont la richesse…

L'achèvement de la conquête d'Algérie

L'achèvement de la conquête d'Algérie

La reddition d’Abd el-Kader en décembre 1847 ne marqua pas la fin de la résistance à l’occupation française en Algérie. Pour achever la conquête,…