La délégation allemande à son arrivée à Brest-Litovsk.

La délégation allemande à son arrivée à Brest-Litovsk.

La délégation bolchevique à son arrivée à Brest-Litovsk.

La délégation bolchevique à son arrivée à Brest-Litovsk.

La délégation allemande à son arrivée à Brest-Litovsk.

La délégation allemande à son arrivée à Brest-Litovsk.

Auteur : ANONYME

Date de création : 1917

Date représentée : 1917

H. : 0

L. : 0

Le maréchal von Eichhorn et, à sa gauche, le général Von Bredow.

© Tous droits réservés

La paix de Brest-Litovsk

Date de publication : Janvier 2005

Auteur : Jean-Louis PANNE

Située sur le Bug, Brest-Litovsk a été choisie comme lieu de négociations entre l’Allemagne impériale et le pouvoir bolchevique. Les délégations négocient d’abord une suspension des hostilités qui prend effet le 7 décembre 1917 et s’étend jusqu’au 17. La délégation bolchevique disparaît pour ne réapparaître que le 12 et signer l’armistice le 17. Les pourparlers de paix s’engagent le 22.
Le traité de paix concrétise un rapport de force défavorable aux bolcheviks. A une « paix démocratique » sans annexion ni indemnités, Lénine avait d’abord posé comme alternative la guerre révolutionnaire dont, en réalité, les bolcheviks n’ont pas les moyens. Espérant une révolution en Occident, ils tentent de gagner du temps et lancent, sans succès, de multiples appels au prolétariat international. Ils perdent le contrôle de l’Ukraine, qui proclame son indépendance le 26 janvier 1918. Les pourparlers sont suspendus le 10 février. Devant l’ultimatum des Allemands, qui annoncent le 17 février la fin de l’armistice pour le lendemain, Lénine est contraint d’accepter une « paix infâme », provoquant une opposition au sein même de son parti où il se trouve minoritaire. Nicolas Boukharine, Karl Radek, Félix Dzerjinski (le patron de la toute nouvelle Tchéka, chargé de la Terreur) et bien d’autres se dressent contre lui. Il est soutenu par Staline tandis que Trotski prend une position intermédiaire consistant à ne signer aucun traité sans pour autant faire la guerre et démobiliser. Dans un premier temps, la proposition de Trotski reçoit l’aval du Comité central du parti bolchevique par 9 voix contre 7. Mais conscient du danger que représente cette sorte de « quitte ou double » pour le régime bolchevique lui-même, Lénine poursuit, avec obstination, le combat politique alors que Petrograd est bientôt menacé par l’avance des troupes allemandes. « Si vous ne signez pas, vous signerez la condamnation à mort du pouvoir soviétique dans trois semaines », déclare-t-il. Lors d’un troisième vote, il l’emporte mais la crise n’est pas close : Trotski démissionne du Conseil des commissaires du peuple, Lénine menace de quitter le Comité central du parti.

La première photographie montre le maréchal von Eichhorn et, à sa gauche, le général Von Bredow à leur arrivée à Brest-Litovsk. Ce sont donc des militaires qui négocient une paix qui doit permettre à l’armée allemande de concentrer ses forces sur le front occidental face aux Français et aux Britanniques. Côté bolchevique, ce sont des civils qui représentent le nouveau pouvoir encore si fragile : Adolphe Ioffé, ancien président du Comité militaire révolutionnaire, coiffé d’une toque de fourrure, et, devant lui, un personnage à l’identité incertaine, peut-être Lev Kamenev, ce qui permettrait de dater le document de la fin de décembre 1917.

Devant l’offensive des Allemands, Lénine a fait le choix de « céder de l’espace pour gagner du temps », selon la formule de Karl Radek. La Pologne, la Finlande, les États baltes et la Biélorussie passent d’une occupation allemande de fait à une occupation reconnue ; la Géorgie gagne son indépendance ; les bolcheviks s’engagent à verser des réparations. On estime que ce traité fait perdre la Russie 27 % de son territoire, 26 % de sa population ainsi que le tiers de sa production de blé. La délégation bolchevique arrive à Brest-Litovsk le 28 février. Entamées dès le 1er mars, les négociations s’achèvent le 3 par la signature du traité ; il sera ratifié par le Congrès des soviets le 16 et le Reichstag le 22. Le traité devient caduc avec la défaite de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie un peu plus de huit mois plus tard.
Paradoxalement ces négociations inauguraient les relations politiques et diplomatiques que les bolcheviks et l’Allemagne allaient développer à l’occasion de la conférence de Gênes (1922) - les deux grands pays vaincus s’alliant face aux vainqueurs...

Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, tomes I et II, Paris, Fayard, 2004.Marc FERROLa Révolution russe d’octobre 1917Paris, Albin Michel, collection « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1997.Malia MARTINComprendre la révolution russeParis, Seuil.Richard PIPESLa Révolution russetraduit de l’américain sous la direction de Jean-Mathieu LUCCIONI, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

Jean-Louis PANNE, « La paix de Brest-Litovsk », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/paix-brest-litovsk

Anonyme (non vérifié)

Le sujet n'aborde pas l'autre traité de Brest-Litovsk entre les Puissances centrale et l'Ukraine cf. mon blog http://histoirespolonaises.blogspot.fr/2014/

mer 02/08/2017 - 16:40 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

De l'antibolchevisme à l'anticommunisme

L’antibolchevisme, puis l’anticommunisme qui lui succède, surgissent et s’apaisent en France au gré de la progression et du recul du mouvement…
De l'antibolchevisme à l'anticommunisme
De l'antibolchevisme à l'anticommunisme

La menace communiste dans la France de l'entre-deux-guerres

Au début des années 1920, les esprits sont marqués par les révolutions russes de février et d’octobre 1917. Lors du deuxième congrès de l’…
La menace communiste dans la France de l'entre-deux-guerres
La menace communiste dans la France de l'entre-deux-guerres

Guerre et Révolution en Russie (1917-1918)

Le 12 mars 1917 (calendrier justinien), la garnison de Petrograd se soulève. Immédiatement un Conseil des délégués ouvriers et soldats se…

Guerre et Révolution en Russie (1917-1918)
Guerre et Révolution en Russie (1917-1918)

La famine de 1921

Au cours de la guerre civile qui oppose les bolcheviks et leurs adversaires de toutes tendances, une terrible famine survient. Elle touche notamment…

L'ennemi désigné par la propagande

Avec la création de la Commission panrusse extraordinaire de lutte contre la contre-révolution (Tchéka), le bras armé du pouvoir, puis la…

L'ennemi désigné par la propagande
L'ennemi désigné par la propagande
L'ennemi désigné par la propagande

L’affiche, arme fatale de la guerre civile russe

La révolution en état de siège

Les bolcheviks ont pris le pouvoir grâce à un habile coup d’État, mais il leur reste une nation entière à conquérir…

Lénine, tête agissante de la révolution

Une révolution encore fragile

La photographie de Lénine en action, réalisée par un photographe anonyme le 7 novembre 1918, est l’un des plus…

La paix de Brest-Litovsk

Située sur le Bug, Brest-Litovsk a été choisie comme lieu de négociations entre l’Allemagne impériale et le pouvoir bolchevique. Les délégations…

La paix de Brest-Litovsk
La paix de Brest-Litovsk

L'histoire soumise à l'idéologie

Le IIe Congrès de la IIIe Internationale communiste ou Komintern (de Kommunistiche Internazionale) marque la véritable…

L'histoire soumise à l'idéologie
L'histoire soumise à l'idéologie
L'histoire soumise à l'idéologie