Harriet Smithson.

Harriet Smithson.

Auteur : DUBUFE Claude

Lieu de conservation : musée Magnin (Dijon)
site web

Date de création : 1830

H. : 40,5 cm

L. : 32,5 cm

Huile sur toile. Epouse d'Hector Berlioz, comédienne de théâtre irlandaise

© RMN - Grand Palais (musée Magnin) / René-Gabriel Ojeda

Lien vers l'image

1938 F 308 - 99-001306

Portrait de la comédienne Harriet Smithson

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Catherine AUTHIER

Ophélie en 1827 à l’Odéon

La comédienne irlandaise Harriet Smithson (1800-1854) fait sa première apparition sur scène en 1815 au Crow Street Theatre de Dublin, puis joue trois ans plus tard à Londres au théâtre de Drury Lane. Si elle connaît un certain succès en Angleterre, c’est en France qu’elle déclenche véritablement l’enthousiasme, au Théâtre de l’Odéon, en septembre 1827. Elle incarne alors avec un éclat inconnu le personnage d’Ophélie dans la tragédie de Shakespeare Hamlet. Pour la presse de l’époque, son apparition « parée bizarrement avec des fleurs et de longs brins de paille », avec « son chant plaintif [et] ses sanglots si vrais » a subjugué le public. Le journal Le Globe, emblème des premiers romantiques, est surtout frappé par les scènes où la folie s’empare d’Ophélie, une fois son père mort, assassiné par Hamlet : « Miss Smithson a un abandon de manières, un désordre de mouvements, une irrégularité et pour ainsi dire un décousu de gestes et de paroles […] on a craint qu’elle ne finisse par des convulsions. » C’est en la voyant sur scène que le compositeur Hector Berlioz tomba éperdument amoureux d’elle, avant de l’épouser en 1833.

Harriet Smithson et les peintres

Le portrait d’Harriet Smithson dans le personnage d’Ophélie envahit les peintures et les lithographies de l’époque romantique. On la retrouve ainsi représentée chez Deveria, Boulanger, Dubufé, Ducarme, Langlumé ou Valmont. Le peintre Claude-Marie Dubufé (1790-1864) fréquenta à ses débuts l’atelier de David, avant de commencer une longue carrière de portraitiste dans la noblesse et la haute bourgeoisie. Il représenta aussi les grandes artistes de son temps, Giuditta Pasta ou Harriet Smithson. L’actrice apparaît ici dans une belle robe en satin, qu’agrémente un nœud bleu en satin, et parée de bracelets d’or. Largement échancré, le haut de sa robe dégage le cou et les épaules de la comédienne dans une composition qui concilie élégance, féminité et une certaine sensualité. Les grands yeux noirs inspirés et la chevelure souple sont caractéristiques des portraits que le peintre faisait du beau monde.

Ophélie révélée

Le rôle joué par les spectacles en général et le théâtre de Shakespeare en particulier dans la naissance du sentiment romantique en France est fondamental. Dans ce cadre, les comédiennes occupent une place tout à fait privilégiée dans le développement de ce nouvel imaginaire. La découverte d’Hamlet en 1827, au Théâtre de l’Odéon, représente ainsi un événement majeur dans l’histoire du XIXe siècle, Harriet Smithson ayant véritablement bouleversé les esprits dans le personnage d’Ophélie. Avec son jeu aux accents « réalistes », mêlant vitalité et démence, elle parvient à forcer les réticences françaises envers les personnages dérangés, et aura un impact considérable sur les sensibilités de sa génération, en inspirant à Berlioz une ballade, La mort d’Ophélie, et en fournissant un sujet à de nombreux artistes, récurrent chez Delacroix. La fin tragique de l’héroïne, son aliénation progressive, son désir d’évasion dans la noyade et ses chants mystérieux confèrent à la scène une forte puissance poétique source d’une beauté enchanteresse pour l’esprit romantique français. Ophélie devient ainsi la muse, la référence des romantiques malheureux et incompris dans leur siècle, une peinture lyrique du mal de vivre qui habitait déjà les personnages de Werther chez Goethe ou de René chez Chateaubriand.

Bram DIJKSTRA, Les Idoles de la perversité, Paris, Le Seuil, 1992.Anne MARTIN-FUGIER, Comédiennes. Les Actrices en France au XIXe siècle, Paris, rééd.Complexe, 2008.Anne MARTIN-FUGIER, Les Romantiques, Paris, Hachette, coll. « La Vie quotidienne », 1998.Mario PRAZ, La Chair, la mort et le diable dans la littérature du XIXe siècle, Paris, Denoël, 1977.Jean-Claude YON, Histoire culturelle de la France au XIXe siècle, Paris, Colin, 2010.

Catherine AUTHIER, « Portrait de la comédienne Harriet Smithson », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/portrait-comedienne-harriet-smithson

Anonyme (non vérifié)

J'ai été très impressionné de trouver cette image. J'ai une aquarelle (copies de l'image?) Fait 1832. Chose intéressante, nous a toujours dit que c'était la reine Dona Maria II du Portugal. Je voudrais en savoir plus sur ce travail. Est-il possible?

dim 30/09/2012 - 04:45 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Il conviendrait de corriger l'erreur d'attribution de ce tableau qui est l'oeuvre de Claude Marie Dubufé (1790-1864) et non de son fils Edouard, qui n'avait que 11 ans en 1830.

mer 13/03/2013 - 16:38 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour et merci pour votre œil avisé !
La correction est désormais effective sur le site.
A bientôt,

Anne-Lise

mer 20/03/2013 - 10:19 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Portrait du duc de Villars Rigaud Hyacinthe (1659-1743) ,  peintre

Portrait du duc de Villars

Le duc de Villars, maréchal de France

Ce tableau est regardé comme la copie, une dizaine d’années plus tard, d’un premier portrait réalisé en 1704…

La politique autoritaire de Casimir Perier

Un libéral

Casimir Perier (1777-1832) fut l’un des hommes politiques les plus en vue de la Restauration et des tout débuts de la monarchie de…

Édouard Drumont, le chantre de l’antisémitisme dans la France de la fin du XIXe siècle

Édouard Drumont, un homme de son temps ?

La photographie de Pierre Petit appartient à la célèbre collection Félix Potin. Ce précurseur dans le…

La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime

Lors de son premier séjour à Rome, de 1775 à 1780, David rencontre le fils de monsieur Pécoul, qui lui remet un mot d’introduction pour son père,…

La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime
La grande bourgeoisie à la fin de l'Ancien Régime

Regard sur la folie

Ces deux toiles appartiennent à un ensemble de dix portraits d’aliénés (dont cinq actuellement perdus ou détruits) peints par Géricault vers 1820…

Regard sur la folie
Regard sur la folie

Le refondateur du compagnonnage

Le propagandiste en chef

Agricol Perdiguier (1805-1875) est sans aucun doute le compagnon du devoir (de liberté) le plus connu des historiens. Né…

Le refondateur du compagnonnage
Le refondateur du compagnonnage

Victor Laloux, l'architecte de la gare d'Orsay

Représentant emblématique de l’architecte officiel couvert d’honneurs, Victor Laloux connut une carrière exemplaire. Elève de l’Ecole des Beaux-Arts…

La naissance du vedettariat

Les transformations de la vie théâtrale

Le dernier tiers du XIXe siècle est marqué en France par une profonde modification des structures de la…

Alfred de Musset

Né à Paris dans un milieu cultivé, Alfred de Musset fait d’excellentes études et fréquente très tôt le cénacle romantique : accueilli par…

Alphonse de Lamartine

Alphonse de Lamartine

Homme de lettres, homme politique

Alphonse de Lamartine, issu d’une famille de petite noblesse du Mâconnais, avait connu une célébrité immédiate…