La Rue Montorgueil, à Paris. Fête du 30 juin 1878.

La Rue Montorgueil, à Paris. Fête du 30 juin 1878.

Auteur : MONET Claude

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1878

Date représentée : 30 juin 1878

H. : 81 cm

L. : 50 cm

huile sur toile

© Musée d'Orsay, Dist. RMN - Grand Palais / Patrice Schmidt

Lien vers l'image

RF 1982 71 - 10-527286

30 juin 1878, une fête « vraiment nationale »

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Chantal GEORGEL

Paris inaugure le 1er mai 1878, sous la présidence de Mac Mahon, sa troisième Exposition universelle (après celles de 1855 et 1867), la première de l’ère républicaine. L’enjeu est de taille : faire oublier au monde entier l’effondrement de 1870, au pays le traumatisme de la défaite, aux Parisiens les meurtrissures du siège et de la Commune, et, ce faisant, enraciner une République encore fragile malgré l’échec de la Restauration et la victoire des républicains à l’issue de la crise de régime qu’avait provoqué le renvoi de Jules Simon par Mac-Mahon le 16 mai 1877. Le succès fut immense. L’Exposition reçut 6 millions de visiteurs. Mais le plus beau jour fut le 30 juin, jour choisi pour célébrer « la paix et le travail ». Ce jour-là, qui débuta par l’inauguration de la statue de la République de Clésinger au Champ-de-Mars, Paris ne fut plus que lampions, lumières et musique ; pas une rue, pas une maison qui ne fût pavoisée d’oriflammes et de drapeaux. Le spectacle, unique et grandiose, devait marquer la foule immense qui, de l’aube jusque tard dans la nuit, envahit les places, jardins, boulevards et jusqu’aux plus petites rues, qui devinrent autant de lieux à célébrer par le chant, la poésie, le dessin ou la peinture.

Claude Monet est à Paris en 1878, où il habite, pour quelques mois. Quoique pauvre et dans le souci de ne pouvoir subvenir aux besoins de sa famille (Michel est né le 17 mars), le peintre s’enivre du spectacle de la ville et de sa modernité ; oubliant pour un temps les jardins, il retrouve le 30 mai l’inspiration qui lui avait fait peindre cinq ans plus tôt le boulevard des Capucines et sa foule bigarrée. « J’aimais les drapeaux, dira-t-il, la première fête nationale du 30 juin, je me promenais […] rue Montorgueil ; la rue était très pavoisée et un monde fou, j’avise un balcon, je monte… » Monet renouvelle l’expérience de la vue plongeante chère aux impressionnistes, tels Caillebotte ou Pissarro ; la rue est étroite et la perspective accentuée par le format en hauteur de la toile. Surtout le rôle principal est réservé aux drapeaux qui flottent au vent et à la foule, peints par petites touches fragmentées et rapides. Ce jour-là Monet peignit une autre toile, jumelle de celle-ci, La Rue Saint-Denis. Fête du 30 juin 1878 (Rouen, musée des Beaux-Arts). Les deux furent exposées lors de la quatrième exposition impressionniste en 1879.

Célèbre chez les historiens de l’art, parce que chef-d’œuvre de l’impressionnisme, cette toile de Monet est souvent perçue, à tort, comme une représentation du « 14-Juillet ». Pourtant, s’il s’agit bien d’une erreur, puisque le 14 juillet ne sera décrété fête nationale qu’en 1880, cette erreur n’est-elle pas compréhensible ? La multitude de coups de pinceau colorés, juxtaposés, exalte en effet la palette tricolore et suggère un archétype de réjouissance républicaine et populaire – et donc d’abord le 14-Juillet – plutôt qu’un événement précis. La toile de Monet offre par ailleurs, toujours au-delà de l’événement, une représentation fortement suggestive de la rue, de la foule, de la ville, trois sujets neufs pour le XIXe siècle, qui inspirèrent par exemple aussi Verhaeren (« Ces foules et ces foules… »), poète des villes tentaculaires.

Sylvie PATIN Monet.Un œil, mais bon Dieu, quel œil ! Paris, Gallimard, coll. « Découvertes », 1993.Chantal GEORGEL La Rue Paris, Hazan, 1986.Christian AMALVI « Le 14-Juillet » in Pierre NORA (sous la direction de) Les Lieux de mémoire , tome I « La République »Paris, Gallimard, 1984, rééd.coll.« Quarto », 1997.

Chantal GEORGEL, « 30 juin 1878, une fête « vraiment nationale » », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/30-juin-1878-fete-vraiment-nationale

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L’imaginaire de la disette durant le siège de Paris

Les carences alimentaires du siège de Paris

Le siège de Paris commence officiellement le 19 septembre 1870 et s’achèvera avec l’armistice du 28…

L’imaginaire de la disette durant le siège de Paris
L’imaginaire de la disette durant le siège de Paris

La mobilisation des femmes

En 1914-1918, pendant que les hommes sont au front, les femmes participent activement à l’effort national. Dans une guerre totale, longue et…

Le retour des cendres de Napoléon

Le rapatriement du corps de Napoléon en France était discuté depuis le début de la monarchie de Juillet. Les bonapartistes s’employaient à…

Le retour des cendres de Napoléon
Le retour des cendres de Napoléon
Le retour des cendres de Napoléon

Célébrations de la Révolution sous la IIIe République

Les élections municipales et sénatoriales de 1879 consacrent la victoire des républicains sur les royalistes. Le 30 janvier le monarchiste Mac-…

Célébrations de la Révolution sous la III<sup>e</sup> République
Célébrations de la Révolution sous la III<sup>e</sup> République
N'oubliez pas Oran

Perfide Albion

Le Royaume-Uni attaque la France

Les ports coloniaux de Dakar et Mers-el-Kébir ont accédé brutalement à la notoriété en 1940 quand deux…

Perfide Albion
Perfide Albion
Perfide Albion

Les espoirs déçus de la monarchie de Juillet

Philippe-Auguste Jeanron, qui sera l’éphémère directeur des Musées nationaux en mars 1848, est un républicain de la première heure[1]. Dès les…

Les espoirs déçus de la monarchie de Juillet
Les espoirs déçus de la monarchie de Juillet

La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix

Charles X et son impopulaire ministre, le prince de Polignac, remettent en cause les acquis de la Révolution. L’opposition libérale, par le biais…

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Mobilisation pécuniaire de l’arrière

Durant la Première Guerre mondiale, l’épargne française est mise à contribution par le biais d’emprunts…

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918
Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Le drapeau tricolore

Le 30 juillet 1830, au lendemain des Trois Glorieuses, Philippe d’Orléans accepte la lieutenance générale du royaume que lui propose un petit…

Février et juin 1848

Le 24 février 1848, Louis-Philippe, qui régnait depuis la révolution de juillet 1830, abdique. Sur la place de la Bastille, Charles Lagrange,…

Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848
Février et juin 1848