La décadence de la crinoline.

La décadence de la crinoline.

Date représentée :

H. : 46,6

L. : 36,6

Lithographie coloriée produite à Wissembourg.

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

04-509604 / 53.86.4877 D

La crinoline dans tous ses états

Date de publication : Septembre 2007

Auteur : Julien NEUTRES

Sous le Second Empire, les jupons superposés (jusqu’à six ou sept) laissent place au jupon à cerceaux, avatar de la crinoline. Mais cette nouvelle crinoline est beaucoup plus élaborée techniquement que le vertugadin du XVIe siècle et nettement plus légère que les paniers du XVIIIe. Le jupon est structuré par plusieurs cerceaux métalliques souples, cousus dans le tissu ou accrochés autour de la taille par un système de cordons. Dessus, on enfile la robe « à deux ou trois jupes », alourdie de drapés. Le retour de la mode de la crinoline vers 1855 apporte aux femmes un nouveau bien-être. Elles ne sont plus entravées dans leurs mouvements par d’innombrables jupons et peuvent au moins remuer les jambes librement sous leur cage métallique. Mais, à l’usage, la crinoline se révèle porteuse d’autres menaces. Elle devient alors un sujet d’étude pour les caricaturistes.

Œuvre d’un caricaturiste anonyme, cette lithographie du Second Empire est exemplaire de ce que les journaux proposaient alors couramment à leurs lecteurs. Son auteur ouvre cette suite de scènes sur le « Dernier triomphe de la crinoline » où il montre une femme vêtue d’une robe imposante et une petite fille habillée elle aussi de jupons à crinoline et de culottes. Dans la dernière vignette, « La crinoline définitivement chassée par la mode du Ier Empire », il oppose frontalement cette mode vestimentaire à celle qui, en partie, la supplantera. Ces deux vignettes fonctionnent ainsi comme les première et quatrième de couverture de l’œuvre, mais elles établissent aussi une chronologie, les vignettes intermédiaires ayant pour rôle d’annoncer, sur le ton de la satire, la disparition de la crinoline.
Le dessinateur se moque d’abord de ce vêtement élitiste en le faisant porter par des hommes, qui s’en sont affublés pour le carnaval, ou par une jeune fille noire surnommée « Boule de neige » symbolique de la classe sociale la plus basse. Il s’amuse avec la forme de la crinoline, qui concurrencerait celle du dromadaire, puis pointe quelques risques inhérents à son volume : en pareille tenue, difficile de monter dans une diligence sans encombrer la voie publique et s’attirer les remontrances d’un gendarme. En outre, ce fardeau peut facilement s’enflammer, ce qui nécessiterait l’intervention des pompiers. La disparition annoncée de la crinoline l’amène ensuite à en imaginer le « recyclage » : abandonnées sur la voie publique, les crinolines sont utilisées par des paysans comme épouvantail ou bradées à la pesée. Enfin, le caricaturiste ne manque pas de relever l’ambiguïté de cette tenue : le diable lui-même s’habille en crinoline ou attise le feu sous la jupe. Garante d’une conduite irréprochable, véritable enceinte dressée autour de la femme, elle est aussi à l’évidence un instrument de séduction. « La crinoline est impertinente, écrit un chroniqueur. Impertinente par sa taille, par ce défi monstrueux contre l’homme. À celui qui s’approche la crinoline semble dire : « Voulez-vous bien descendre de ce trottoir ou allez-vous avoir l’audace de me frôler en passant, de vous serrer contre moi ? » »

Du jeu visuel au détournement, de l’observation critique au jugement moral, d’événements réalistes à des situations imaginaires, la charge met en relief certains comportements de la bourgeoisie du Second Empire à travers la mise en scène du vêtement féminin le plus symbolique du régime. Les critiques contre la crinoline existent, relayées par des femmes opposées à ces tenues bouffantes : « Les jupes d’une ampleur modérée étaient désirées par quelques femmes réellement bien faites, mais la majorité des tailles défectueuses l’a emporté (T. de Beutzen, « La mode », in L’Illustration, 16 juin 1860). » Les caricatures de Cham, de Bertall, de Daumier, transforment les robes « trop » larges en autant de fardeaux : robes qui heurtent les passants, brûlent au contact des cheminées, se prennent sous les roues des véhicules. L’artifice « contraignant » se maintient pourtant encore dans les années 1860, favorisant un profil décoratif et figé, alors que l’enjeu porte sur les formes autant que sur la liberté.

La crinoline suscite donc la polémique. On débat de ses vertus, de ses dangers, de son hypocrisie. Elle subira plusieurs modifications, et sa vogue durera environ une quinzaine d’années. Symbole des fastes du Second Empire, elle s’effondrera avec lui. La République, elle, ne jure que par le fameux « cul de Paris », accessoire appelé aussi « tournure », qui consiste en un rembourrage porté sous la robe au bas du dos.

François-Marie GRAU, Histoire du costume, Paris, P.U.F., 1999.James LAVER, Histoire de la mode et du costume, Paris, Thames & Hudson, 2003.Michelle PERROT et Geneviève FRAISSE (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome IV, « Le XIXe siècle », Paris, Plon, 1991.Georges VIGARELLO, Histoire de la beauté, Paris, Le Seuil, 2004.

Julien NEUTRES, « La crinoline dans tous ses états », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 02/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/crinoline-tous-ses-etats

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La vélocipédomanie

La « vélocipédomanie » sous le Second Empire

Les débuts du « vélocipède » moderne et l’évolution de sa représentation

C’est au cours du XIXe siècle que le « vélocipède » fait son…

La « vélocipédomanie » sous le Second Empire
La « vélocipédomanie » sous le Second Empire

Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres

La Croisière noire, relevant à la fois de l’aventure coloniale, du raid automobile et de l’opération publicitaire, est née de la volonté d’un homme,…
Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres
Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres
Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres
La question de la Sarre, un jugement de Salomon -  Kladderadatsch

La Sarre entre la France et l’Allemagne

La question de la Sarre après la Première Guerre mondiale

A l’issue de la Première Guerre mondiale, Clémenceau revendique le rattachement de la…

Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)

La " campagne de l’irrespect "



De 1830 à 1835, la monarchie de Juillet lutte pour son existence en tentant de maîtriser les mouvements…

Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)
Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)
Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)
Caricatures et pamphlets politiques (1830-1835)

Une caricature d'Adolphe Thiers en 1871

Le gouvernement de la Défense nationale, mis en place après la chute du Second Empire, veut organiser au plus vite l’élection d’une Assemblée…

Ratapoil

C’est dans le climat politique tendu qui précéda le coup d’Etat du 2 décembre 1851, à la suite duquel Louis-Napoléon Bonaparte devint président de…

Ratapoil
Ratapoil
Ratapoil
Ratapoil

« Y’a bon » Banania

L’appel à l’empire

Délaissant l’Antillaise de ses premières affiches, la marque Banania (1914), qui cherche à transformer en produit patriotique…

Regard sur les Anglais au début du XXe siècle

De Paris Ville Monde à la représentation de l’étranger dans L’Assiette au beurre.

Au début du XXe siècle, Paris est marqué par l’…

Le peuple mangeur de rois

La Révolution française, période privilégiée pour les caricatures politiques, multiplie le recours aux allégories mythologiques malgré le décalage…

Le chômage à Paris et à Lyon en 1831

Le paupérisme

L’arrivée de Louis-Philippe au pouvoir en juillet 1830 suscite le ressentiment des républicains, très vite doublé de la question…

Le chômage à Paris et à Lyon en 1831
Le chômage à Paris et à Lyon en 1831