L'Echange des deux princesses de France et d'Espagne sur la Bidassoa à Hendaye, le 9 novembre 1615

L'Echange des deux princesses de France et d'Espagne sur la Bidassoa à Hendaye, le 9 novembre 1615

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1622

Date représentée : 9 novembre 1615

H. : 394 cm

L. : 295 cm

RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda / Thierry Le Mage

Agence photographique

02-000804 / INV1782

L’échange des princesses

Date de publication : Octobre 2017

Auteur : Jean HUBAC

Une toile mal placée ?

En 1622, Marie de Médicis passe commande au célèbre peintre anversois Rubens d’une série de toiles destinées à former un cycle thématique et à décorer la galerie occidentale du tout nouveau palais du Luxembourg. L’objectif assigné à l’art pictural consiste à célébrer les hauts faits de la reine mère. Épouse d’Henri IV et mère de Louis XIII, Marie de Médicis a exercé le pouvoir durant les années 1610-1617, avant d’en être écartée par son fils jusqu’en 1621. Le cycle peint par Rubens avait vocation à célébrer le retour en grâce d’une reine attirée par l’exercice de l’autorité.

Dans la galerie du palais du Luxembourg, au sein de laquelle les toiles sont agencées de manière chronologique, L’Échange des deux princesses était placé entre La Prise de Juliers (juillet 1610) et La Majorité de Louis XIII (octobre 1614), alors que le double mariage royal s’était déroulé en 1615. Loin d’être anodine, cette entorse à la chronologie réaffirme la place de Marie de Médicis dans la négociation des mariages et dans leur aboutissement. Montrer que l’événement a eu lieu au cours de la régence de la reine mère, plutôt qu’après la déclaration de majorité du roi, c’est lui en attribuer toute la gloire.

Un double portrait à la symétrie parfaite

Chaque princesse est accompagnée d’une allégorie de son royaume d’origine. À droite, la France vêtue d’un habit bleu fleurdelysé et portant casque à cimier attrape la nouvelle reine de France par le bras et présente Madame Élisabeth à l’Espagne. Celle-ci est incarnée par une autre femme (et non par un « More » comme le prévoyait le programme préparatoire à la réalisation du cycle), symétrie parfaite de la France. De face, Anne d’Autriche, infante d’Espagne et sœur de Philippe IV âgée de quatorze ans, devient reine de France par son mariage avec Louis XIII ; elle a déjà adopté les codes vestimentaires de son pays d’accueil et porte une robe à la française. De son côté, bientôt treize ans, Élisabeth de France est vêtue d’une robe surmontée d’une collerette espagnole ; sœur de Louis XIII, elle vient d’épouser Philippe IV d’Espagne par procuration et s’apprête à le rejoindre.

Dans les airs, une danse de putti entraînés par la Félicité annonce l’abondance et le siècle d’or dont le double mariage est prometteur. La pluie d’or répandue depuis la corne d’abondance signifie très explicitement les fruits qui seront tirés du rapprochement dynastique entre la France et l’Espagne. Des naïades et des fleuves se joignent à la liesse au premier plan et rappellent le contexte de l’échange, sur un pont enjambant la Bidassoa, frontière entre les deux royaumes.

L’absence-présence de la reine mère

Rubens signe une toile fortement marquée par l’allégorie et la seule de la série dont Marie de Médicis est physiquement absente. La reine mère n’a pas besoin d’être représentée, car le double mariage est son œuvre aux yeux de la postérité ; le peindre est en soi un symbole de l’agir médicéen. C’est pourquoi l’absence physique disparaît au profit de la présence symbolique, éminemment plus forte et suggestive. Marie de Médicis négocie longuement l’union des deux plus grandes couronnes catholiques d’Europe, pensant ainsi maintenir la paix dans les entrelacs des liens dynastiques. Elle obtient gain de cause en 1615 et l’échange des princesses a lieu le 9 novembre de cette année-là. Cependant, les mariages ne bouleversent pas la géopolitique française, qui conserve son réseau d’alliances protestantes au sein de l’empire.

Marie de Médicis accordait une attention toute particulière au double mariage espagnol ; il s’agissait pour elle d’un motif de gloire personnelle aux retentissements européens. Réaffirmer l’importance des mariages était ainsi une manière de répondre aux critiques et rébellions dont ils avaient été le prétexte durant la régence. Le faire en 1622, alors que Marie de Médicis retrouvait une place au conseil auprès de Louis XIII, après cinq années d’éloignement, c’était également légitimer le gouvernement passé de la reine mère. Pourtant, au début des années 1620, le mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autriche ne pouvait passer pour une réussite, en raison de la distance relationnelle entre les deux époux et de l’incapacité du couple à procréer un héritier mâle – il faudra attendre 1638 pour voir naître le futur Louis XIV.

Fanny COSANDEY, La reine de France. Symbole et pouvoir, Gallimard, Paris, 2000.

Id., « Représenter une reine de France. Marie de Médicis et le cycle de Rubens au palais du Luxembourg », in Clio. Femmes, Genre, Histoire [en ligne], 19 – 2004, mis en ligne le 27 novembre 2005, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://clio.revues.org/645

Jean-François DUBOST, Marie de Médicis. La reine dévoilée, Payot, Paris, 2009.

Marie-Anne LESCOURRET, Rubens, Flammarion, Paris, 1990.

Marie de Médicis, un gouvernement par les arts, Somogy éditions d’art et Château de Blois, 2003 (catalogue d’exposition).

Médicis : Famille florentine de banquiers collectionneurs et protecteurs des arts. Ses membres s’emparent progressivement du pouvoir à Florence au XVe siècle. Deux grands papes de la Renaissance en sont issus : Léon X (1475-1521) et Clément VII (1478-1534). Anoblie au XVIe siècle, la famille Médicis s’allie deux fois à la France en lui donnant deux reines et régentes : Catherine (1519-1589), épouse d’Henri II, et Marie (1575-1642), épouse d’Henri IV.

Jean HUBAC, « L’échange des princesses », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/echange-princesses

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Anne d'Autriche, régente, Louis XIV et Philippe de France, duc d'Anjou

Portraits d’Anne d’Autriche

Anne d’Autriche, épouse de Louis XIII et mère de Louis XIV

La jeune infante d’Espagne Anne d’Autriche, fille aînée de Philippe III née en 1601,…

Portraits d’Anne d’Autriche
Portraits d’Anne d’Autriche
Mariage de Louis XIV et de Marie Thérèse d'Autriche

Mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche

Un mariage entre la France et l’Espagne

Né vers 1669, Jacques Laumosnier est issu d’une famille d’artisans aisés. Il se forme à l’art au sein de…

Les statues du pont au Change

Dire l’autorité royale

Le 10 mai 1643 mourait Louis XIII, confiant le gouvernement du royaume à un conseil de régence jusqu’à la majorité de son…

La Fronde

La Fronde des princes et le contrôle de Paris

Depuis 1648, le ministère du cardinal Mazarin, appuyé par la régente Anne d’Autriche, mère du jeune…

Portrait du cardinal Mazarin

Le portrait de Mazarin a été commandé à Pierre Mignard. L’artiste, après un séjour à Rome où il s’est fait une grande réputation, a été rappelé en…

Portrait mythologique de la famille de Louis XIV

Portrait mythologique de la famille de Louis XIV

Un ambitieux portrait mythologique

On ignore qui commande cette grande toile au peintre Jean Nocret, mais des témoins contemporains expliquent qu…

Le roi danse : Louis XIV et la mise en scène du pouvoir absolu

Le ballet de cour, un divertissement politique

La grande tradition des ballets de cour en France fut inaugurée par le Ballet comique de la Reine…

Le traité des Pyrénées

Après un séjour de quatre ans à Rome, Charles Le Brun arrive à Paris en mars 1646. Avec l’appui du chancelier Séguier, il obtient plusieurs…

La comtesse de La Fayette

Le portrait perdu d’une précieuse

Fils du peintre flamand Ferdinand Elle, célèbre portraitiste naturalisé sous le règne de Louis XIII, Louis Elle…

Pouvoir du spectacle, spectacle du pouvoir

La première grande fête du règne personnel

Voici un an, depuis la mort de Mazarin, que le roi « gouverne par lui-même » et il tient à affirmer aux…