La Classe manuelle. Ecole de petites filles (Finistère).

La Classe manuelle. Ecole de petites filles (Finistère).

Auteur : HALL Richard

Lieu de conservation : musée des Beaux-Arts (Rennes)
site web

Date de création : 1889

Date représentée :

H. : 85

L. : 142

Huile sur toileDépôt du Fonds national d'art contemporain, 1891

© Musée des beaux-Arts de Rennes, Dist. RMN - Grand Palais / Adélaïde Beaudoin

L'école républicaine en Bretagne

Date de publication : Février 2009

Auteur : Patrick DAUM

L’enseignement pour tous dans la France rurale sous la IIIe République

Au XIXe siècle, la Bretagne est encore largement déficitaire en écoles et connaît un retard dans l’alphabétisation de sa population. La loi Falloux de 1850 avait obligé les communes de plus de 800 habitants à ouvrir une école de filles, ce qui avait permis le développement des écoles religieuses tout en consolidant la place du clergé dans l’enseignement. En rendant l’école primaire obligatoire, laïque et gratuite, les lois de Jules Ferry de 1881-1882, votées au début de la IIIe République, intensifient cet effort de scolarisation tout en contrant l’influence de l’Eglise. Toutefois le manque de locaux adaptés et un certain souci d’économie contraignent les mairies à dispenser cet enseignement dans des endroits improvisés, comme ici dans une grange. Cette pénurie permet à la Bretagne d’être l’une des premières à bénéficier du décret de 1881 sur la création des écoles de hameaux, mais l’obligation de les fréquenter ne sera effective que dans les années 1920.

Le « naturalisme », style de prédilection de la IIIe République

En découvrant la Bretagne, Richard Hall ne pouvait s’empêcher de penser à la Carélie, province orientale de sa Finlande natale, qui avait alors en commun avec le Finistère ses paysages désolés et ses mœurs d’autrefois. Dans les années 1880, la peinture académique intègre le réalisme pour représenter fidèlement le peuple dans son milieu naturel. Ce courant officiel dit « naturaliste » connaît alors un grand succès et va légitimer le message idéologique de « liberté-égalité-fraternité » cher à la IIIe République. Ce tableau, exposé au Salon de 1890, en est une parfaite illustration.

Depuis 1882, l’usage des langues régionales est interdit au profit du français, langue officielle

Dans cette Classe manuelle peinte au Pouldu (Finistère), des petites Bretonnes apprennent le tricot… L’éducation des filles ne les préparait guère en effet à devenir des citoyennes, et ces futures femmes étaient encore privées du droit de vote. Cette volonté de dispenser aux filles un enseignement spécifique est toutefois largement antérieure à la IIIe République. En dépit de ses insuffisances, le régime républicain a contribué malgré tout à l’homogénéisation des enseignements entre les sexes.

Pilier de la bataille de l’école républicaine désormais majoritaire, l’institutrice a d’abord pour mission d’enseigner une morale laïque qui succède à l’instruction religieuse jadis assurée par les congrégations. Cette républicanisation s’accompagne d’une volonté d’imposer le français comme seule langue officielle. L’instruction obligatoire instaurée par la loi de 1882 interdit en effet l’usage des langues et parlers régionaux. Debout à l’arrière-plan, une fillette punie appuie son front contre le mur. A-t-elle parlé en breton ?

Fanch BROUDIC Histoire de la langue bretonne Ed.Ouest-France, 1999.Jean-François CHANET L’Ecole républicaine et les petites patries Paris, Aubier, 1996.Thierry COTTOUR et Jean-Pierre NOUY « L’alphabétisation en Bretagne » in Armen , n° 72, décembre 1995, p.16-25.Jean BAUBEROT « L’invention de la laïcité » in L’Invention du XIXe siècle Klincksieck-Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1999, p.257-270.Mona OZOUF L’Ecole, l’Eglise, la République Paris, 1963, rééd.Seuil, coll. « Points Histoire », 1992.Collectif Tranches de vie : le naturalisme en Europe 1875-1915 expo au musée royal des Beaux-Arts d'AnversBruxelles, Ludion-Flammarion¸ 1996-1997.

Patrick DAUM, « L'école républicaine en Bretagne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 02/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/ecole-republicaine-bretagne

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le travail à domicile

Accepté au Salon du printemps 1888, Le Tisserand valut à son auteur, le peintre et théoricien[1] Paul Sérusier, une mention lors de l’attribution…

L'harmonie de Pont-Aven - Henri Lemoine

Jour de fête

La France des fanfares

Au début du XXe siècle, il n’est pas rare que les photographes professionnels comme Henri Lemoine (1848-1924)…

Jour de fête
Jour de fête

Combats de Quiberon

Le 27 juin 1795 en baie de Quiberon, la flotte britannique débarque sur la plage de Carnac plus de quatre mille émigrés et quelques centaines de…

Dockers, Bretagne - Constantin Puyo

Le mouvement pictorialiste et la beauté du travail

Le pictorialisme : quand la photographie se fait art

Avec les progrès techniques réalisés depuis les années 1870, le matériel photographique…

Le vêtement en Bretagne

Les foires représentent un moment important dans la vie quotidienne des campagnes. Elles ont lieu au bourg, vers lequel des centaines de paysans…

La division de la province de Bretagne en cinq départements

Un accord unanime

La carte d’origine, gravée dans son cadre gradué, était dédiée en 1771 au duc de Duras (1715-1789), noble et militaire de haute…

L'incendie de Rennes

Les stigmates d’une ville meurtrie

Le 23 décembre 1720, en début de soirée, un incendie prend pour cadre la ville de Rennes, chef-lieu d’…

Fanfare des fusiliers marins américains à Saint-Nazaire - U.S. Army Signal Corps

La Guerre en musique

La guerre change de disque

Début juillet 1917, comme le montre un cliché pris sur le port de Saint-Nazaire, la Grande Guerre est en passe de…

La Guerre en musique
La Guerre en musique

Portrait du père Gérard

Réunis à Versailles le 5 mai 1789 dans le cadre des états généraux, les députés du tiers état se déclarent Assemblée nationale constituante le 9…

Commémorations de la guerre 1914-1918

Le panthéon rennais

Le panthéon rennais reflète l’ampleur du traumatisme de la Première Guerre mondiale et le mouvement de prise de conscience…