Louis XV, âgé de 5 ans, sortant du lit de justice tenu au palais le 12 septembre 1715

Louis XV, âgé de 5 ans, sortant du lit de justice tenu au palais le 12 septembre 1715

Date de création : vers 1715

Date représentée : 12 septembre 1715

H. : 65 cm

L. : 92 cm

gouache, d'après l'œuvre originale conservée au château de Versailles

© RMN - Grand Palais / agence Bulloz

lien vers l'image

09-516734 / D.9053

Départ de Louis XV après le lit de justice

Date de publication : Avril 2018

Auteur : Stéphane BLOND

L’inauguration du règne

Ce tableau, réalisé par le peintre Pierre-Denis Martin, commémore l’un des événements fondateurs du règne de Louis XV.

La scène se déroule au sein de l’ancien palais de la Cité, devenu le siège du parlement de Paris, l’institution gardienne des lois fondamentales du royaume de France et du processus successoral. Malgré une composition surchargée, l’artiste parvient à embrasser tous les aspects de cette cérémonie publique : des lieux porteurs de symboles ancestraux, les grands du royaume qui accompagnent le nouveau souverain et la foule qui marque sa fidélité au pouvoir à travers des acclamations.

Né en 1663 et mort en 1742, le peintre Pierre-Denis Martin est l’élève de Parrocel et Van der Meulen. Il devient peintre ordinaire et pensionnaire du roi et de Sa Majesté. À ce titre, il reçoit des commandes émanant de la cour et représente les événements officiels, comme la série qu’il consacre au sacre de Louis XV ou le lit de justice inaugural.

La toile originale, aujourd’hui exposée au château de Versailles, provient de la collection personnelle du roi. Elle est présentée en 1737 dans la galerie d’Apollon du Louvre, et réglée en 1738 pour la somme de 3 000 livres. Une copie, ici présentée, est conservée au musée Carnavalet, avec également une déclinaison gravée qui témoigne de l’envergure de l’événement.

La foule des grands jours

Le jeune Louis XV est au cœur de la toile et de toutes les attentions. Il est entouré par les ducs et pairs du royaume, dont les costumes noirs laissent apparaître les rubans rouges et bleus des ordres royaux de Saint-Louis et du Saint-Esprit.

Ce tableau permet d’étudier le plan du palais avant le terrible incendie de 1776. L’artiste capte la scène depuis la porte de la rue Sainte-Anne, du côté de la cour du May et de la façade sud de la Sainte-Chapelle. La chambre des Comptes se trouve sur la gauche, avec son escalier dédié. Sur la droite, on aperçoit le chevet de l’ancienne chapelle Saint-Michel et la porte qui ouvrait sur la rue de la Barillerie. De nombreuses boutiques se répartissent en contrebas des bâtiments, notamment sur le pourtour de la Sainte-Chapelle.

L’horloge indique pratiquement cinq heures de l’après-midi. Le cortège officiel vient de descendre l’escalier construit par Charles VIII qui rejoint la longue salle des Merciers, puis la Grande Salle du palais et enfin la Grand-Chambre du parlement, où toutes les chambres s’assemblent lors des lits de justice pour marquer leur soumission au souverain.

Bâton au clair, les gardes de la Maison militaire du roi peinent à contenir la foule qui guette la sortie du souverain depuis des heures. Les badauds se pressent dans la cour du parlement, aux fenêtres, aux balcons et même sur les toits ! Les cochers cherchent à se frayer un chemin à travers la foule, encadrée par les rangées de gardes suisses aux habits rouges et les gardes françaises aux habits bleus.

L’enfant-roi

Ce tableau évoque l’histoire d’une journée singulière, articulée autour de moments-clés. Arrivé de Vincennes où il séjourne depuis le 7 septembre, moins d’une semaine après la mort du Roi-Soleil, le jeune Louis XV reçoit d’abord les clés de la ville de Paris. Vers trois heures de l’après-midi, il rejoint le parlement de Paris sur l’île de la Cité, où il vénère les reliques de la Vraie Croix dans la Sainte-Chapelle.

Si la succession royale est instantanée, le lit de justice inaugural fait partie des grands rituels monarchiques qui rythment la vie du royaume et participent à la légitimation du pouvoir. À ce titre, le tableau de Martin doit être mis en regard avec celui de Louis-Michel Dumesnil, qui décrit la configuration du lit de justice.

Désormais, Louis XV incarne le renouveau de la monarchie et une vague d’espoirs. Il est porté en triomphe devant la foule par les deux nobles affectés à sa surveillance tout au long de la journée : le prince Charles de Lorraine, grand écuyer de France, et le duc de Tresmes, premier gentilhomme de la Chambre. Seulement âgé de 5 ans, il ne règne pas de manière personnelle, mais par l’entremise du régent Philippe d’Orléans, officiellement installé le 2 septembre par ces messieurs du parlement de Paris, des officiers puissants, qui s’érigent plus tard en contre-pouvoir face aux manifestations de l’absolutisme royal.

Stéphane BLOND, « Départ de Louis XV après le lit de justice », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/depart-louis-xv-apres-lit-justice

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L’Enseigne, dit L’Enseigne de Gersaint

Réalisé le temps de huit matins, entre le 15 septembre et la fin de l’année 1720, L’Enseigne de Gersaint est l’un des derniers tableaux de Jean-…

<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>

Le marquis de Montcalm, héros de la guerre de Sept Ans

Louis-Joseph de Montcalm de Saint-Véran est né le 28 février 1712 au château de Candiac, à proximité de Nîmes. Issu d’une famille de la vieille…

Kourou, le rêve américain de Choiseul

Kourou, ou la revanche contre les Anglais

En 1763, les Français perdent la guerre de Sept Ans (1756-1763), une première guerre mondiale puisque…

Kourou, le rêve américain de Choiseul
Kourou, le rêve américain de Choiseul

Philippe d’Orléans, régent de France

Un tableau mystérieux

Ce tableau est une énigme : Carle Van Loo (1705-1765), son auteur présumé, second fils du peintre Louis Van Loo (1653-1712),…

La Bataille de Fontenoy

Du « Bien-Aimé » au « Mal-Aimé »

Louis XV jouit du titre glorieux de « Bien-Aimé » pendant toute la première moitié de son règne. Sa popularité…

La Bataille de Fontenoy
La Bataille de Fontenoy

L’ambassadeur turc Mehemet Effendi au jardin des Tuileries

Un témoignage magistral

Débarqué en France en novembre 1720, l’ambassadeur Yirmisekiz Çelebi Mehemet Effendi (1670-1732) entre dans la capitale le…

Versailles après Louis XIV

Le retour de la Cour

Le tableau de Pierre-Denis Martin (1663-1742) s’inscrit dans une période de renouveau dans l’histoire du château de…

Versailles après Louis XIV
Versailles après Louis XIV
Versailles après Louis XIV
Louis XV enfant recevant une leçon, en présence du cardinal de Fleury et du Régent

Louis XV enfant recevant une leçon

L’éducation du roi

Devenu roi à l’âge de cinq ans à la mort de son arrière-grand-père, Louis XV doit encore parfaire sa formation. Ce tableau…

Les demeures royales

Versailles à la charnière de deux règnes

Cette série de tableaux de Pierre-Denis Martin (1663-1742) s’insère à une période charnière de l’histoire…

Les demeures royales
Les demeures royales
Les demeures royales
Philibert Orry - Atelier d'Hyacinthe Rigaud

Hyacinthe Rigaud et le portrait des serviteurs de l’État

L’homme fort du gouvernement

Si Hyacinthe Rigaud (1659-1743) réalise le portrait de nombreux acteurs des autorités locales, les grands commis de…