L'Arrestation de Louise Michel.

L'Arrestation de Louise Michel.

Louise Michel à Satory.

Louise Michel à Satory.

L'Arrestation de Louise Michel.

L'Arrestation de Louise Michel.

Date de création : 1871

Date représentée : 24 mai 1871

H. : 45 cm

L. : 37 cm

huile sur bois

© Saint-Denis, musée d'art et d'histoire - Cliché I. Andréani

Lien vers l'institution

NA 2659

Louise Michel et sa légende

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Bertrand TILLIER

La répression des communards : le cas de Louise Michel

Institutrice républicaine, cantinière pendant le siège de Paris, oratrice au club de la Révolution, ambulancière et soldat, Louise Michel (1830-1905) semble avoir pris une part active aux combats sur les barricades de la Commune.

Par ses autobiographies riches en détails et en anecdotes – Mémoires (1886) et La Commune. Histoire et Souvenirs (1898) en particulier –, Louise Michel, la féministe anti-autoritaire, a contribué à forger le mythe de la « Vierge rouge ». Elle se battit à Neuilly, Clamart et Issy, puis sur différentes barricades parisiennes et notamment sur celle de la chaussée Clignancourt qu’elle aurait tenue avec seulement deux camarades d’armes. « Les balles faisaient le bruit de grêle des orages d’été », écrit-elle dans ses Mémoires.

La reddition de Louise Michel

Ayant appris que sa mère avait été arrêtée à sa place, Louise Michel se rendit aux soldats versaillais, au risque d’être aussitôt passée par les armes. C’est le moment que Jules Girardet (1856-1946) a choisi de représenter dans le tableau intitulé L’Arrestation de Louise Michel. On y voit une jeune femme en tête d’un cortège populaire. Deux cavaliers armés repoussent la foule acclamant la prisonnière aux traits idéalisés et finalement peu ressemblants.

Fonctionnant en pendant, l’autre œuvre représente au même format et dans des tons identiques Louise Michel à Satory. Le lieu n’est pas neutre : c’est le camp militaire où les communards sont détenus par les troupes versaillaises et où ils sont exécutés – comme Rossel, Bourgeois et Ferré le 28 novembre 1871. Il est probable que le peintre ait aussi voulu faire référence à l’une des déclarations tonitruantes de Louise Michel devant le 6e conseil de guerre : « Ce que je réclame de vous qui vous donnez comme mes juges, c’est le champ de Satory où sont tombés nos frères… » En l’occurrence, le peintre figure la détenue haranguant des communards assemblés autour d’elle. En contrepoint du visage calme, déterminé et généreux arboré par Louise Michel dans L’Arrestation, Girardet lui confère dans la scène de Satory un air courroucé, que renforcent le bras droit tendu et l’index vengeur.

De la réalité au mythe

Ces deux œuvres représentent des scènes d’arrestation et de détention plutôt convenues, comme la gravure de presse en a beaucoup donné aux lecteurs des journaux illustrés.

Pourtant, parce qu’il s’agit de Louise Michel, ces deux tableaux ne peuvent pas être des constats de la réalité factuelle, mais plutôt une prise en compte de la figure mythique et idéalisée de la « Vierge rouge » : ses engagements généreux et nombreux pour les Kanak, les femmes, les détenus et les opprimés en feront peu à peu un symbole libertaire.

Dans les deux cas, les effigies trop jeunes et trop idéalisées ne fonctionnent pas en tant que simples portraits. En effet, leur efficacité tient surtout à la présence du peuple associé à sa personne, à travers la représentation de quelques stéréotypes efficaces : des fédérés, des « Gavroches », des femmes du peuple dont une mère et son bambin, tous en haillons et dont les hardes s’accordent à la robe et à la vareuse disparates de Louise Michel – acclamée dans la scène de son arrestation, écoutée avec respect et recueillement dans l’image du camp de Satory.

Louise MICHEL, Mémoires, [1886], Arles, Gulliver, 1997.

Louise MICHEL, La Commune, [1898], Paris, Stock, 1978.

Louise MICHEL, Je vous écris de ma nuit. Correspondance 1850-1904, Paris, Éditions de Paris, 1999.

Bertrand TILLIER, « Louise Michel et sa légende », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 12/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/louise-michel-sa-legende

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Paris enflammé par la Commune

Paris en feu

Les premiers incendies particulièrement spectaculaires de la « Semaine sanglante » furent provoqués par les bombardements versaillais…

La répression populaire de la Commune : Eugène Varlin

Un engagement dans la Commune : Eugène Varlin

Né en 1839 et relieur de son état, Eugène Varlin est représentatif des travailleurs spécialisés qui…

Image de la Commune : la barricade du boulevard Puebla

Les barricades de la Commune

Parmi les images de la Commune s’impose souvent celle de la barricade avec ses tas de pavés derrière lesquels sont…

La colonne Vendôme déboulonnée

La chute de la colonne Vendôme

Dès la déchéance de l’Empire et la proclamation de la République le 4 septembre 1870, des voix s’élèvent dans Paris…

La colonne Vendôme déboulonnée
La colonne Vendôme déboulonnée

Les otages de la Commune de Paris

La politique des otages

Dès le 5 avril 1871, la Commune décide en un décret historique « que toutes personnes prévenues de complicité avec le…

Les otages de la Commune de Paris
Les otages de la Commune de Paris

Commune : le peuple en arme

La Commune et le peuple de Paris en armes

La Commune n’a pas disposé d’armée au sens strict. Ses rangs étaient composés d’une part de gardes…

Commune : le peuple en arme
Commune : le peuple en arme

Henri de Rochefort et les déportés de la Commune

La déportation en Nouvelle-Calédonie

Plus de 4 000 communards furent condamnés par les conseils de guerre à la déportation en Nouvelle-Calédonie…

Le mur des Fédérés

Le mur des Fédérés

À la fin de la « Semaine sanglante », le samedi 27 mai 1871, les troupes versaillaises parviennent à investir le cimetière du…

Le mur des Fédérés
Le mur des Fédérés

Le retour des Parisiens dans la capitale en juin 1871

Le retour des Parisiens dans la capitale en juin 1871

Après la « Semaine sanglante » et dès les derniers jours de mai 1871, les Parisiens…

Courbet à Sainte-Pélagie

La répression des communards illustres et le sort de Courbet

Accusé d'avoir activement participé à la Commune, d'avoir usurpé des fonctions…