Aller au contenu principal

"Et lui ? Aidez-nous à lui trouver du travail quand il reviendra"

H. : 79 cm

L. : 60 cm

Titre complet : Et lui ? Aidez-nous à lui trouver du travail quand il reviendra : recensement professionnel des prisonniers de guerre.

Domaine : Affiches

Domaine Public © CC0 Collections La contemporaine, Nanterre

Lien vers l'image

AFF30362-4

Les Prisonniers de l’an 40

Date de publication : Février 2023

Auteur : Alexandre SUMPF

Symboles d’un passé honni

Quand les affiches sur les prisonniers de guerre commencent à fleurir sur les murs des deux zones, en 1941, la France est plongée dans le chaos économique, la révolution politique et le désarroi social. Les relations avec l’empire colonial ne peuvent compenser le choc de la défaite militaire de juin 1940 et la perte de la Zone nord occupée et surtout exploitée par les nazis. Outre la détention en Stalag (1) de 1,575 million de soldats français (sur les 1,85 million capturé en 1940), le pays déplore un chômage massif qui affecte 1,69 million de personnes en novembre 1940. C’est dans ce contexte de crise généralisée que l’État français installé à Vichy met en œuvre son programme volontariste. L’affiche Et lui ? est ainsi commandée conjointement par le commissariat à la lutte contre le chômage fondé le 11 octobre 1940 et le commissariat général au reclassement des prisonniers rapatriés et aux familles de prisonniers, institué tout juste un an après. Confronté à la dislocation de ses forces vives, le régime du maréchal Pétain entreprend alors d’opérer un recensement professionnel non dépourvu d’arrière-pensées politiques.

Rendre présents les absents

Le dessinateur anonyme de Et lui ? propose une composition trinitaire jouant à la fois sur les trois couleurs du drapeau national et trois situations possibles pour un homme en âge de travailler. Le regard du spectateur converge vers la figure blanche au centre, dont la stature se surimpose à l’image grâce à un contour noir qui détache sa silhouette spectrale : le jeune soldat est trop grand pour le cadre (sa tête perce le texte en haut) et deux fois plus grand que les deux autres personnages. À sa droite, un ouvrier en bleu de travail usine une pièce de métal chauffée à blanc ; à sa gauche, un paysan en sabots de bois retourne le sol de la patrie. Contrairement à eux, le prisonnier est torse nu, les bras ballants, les mains vides et inoccupées, les muscles saillants, mais contraints au repos. Contrairement à eux, son visage possède des traits qui dénotent la tristesse et l’incertitude avec le front barré d’une ride, la bouche aux coins baissés, les yeux plissés. Il garde malgré tout la tête haute et nous regarde sans détour.

Un avenir radieux ?

Porté par Pétain et autorisé par les nazis, le mouvement de la Famille du prisonnier participe de l’État humanitaire vichyste qui entend à la fois réparer les catastrophes du passé et en tirer parti pour réorganiser la société autour des valeurs cardinales de la Révolution nationale que sont le travail, la famille et la patrie. Privés du soutien des hommes dans la fleur de l’âge, les femmes et les enfants de France sont censés trouver dans le Maréchal une sorte de père universel, omniscient et omnipotent, bienveillant, mais exigeant. On doit secourir les prisonniers comme les réfugiés, les expulsés, les bombardés, les indigents mais, affirme l’affiche Et lui ?, aucun de ces soldats n’a le droit de hanter les familles tel un fantôme. Organiser son retour à la vie civile signifie œuvrer au redressement national. Libéré de son devoir de militaire, il sera réengagé aussitôt sur le front économique… dans un effort de guerre paradoxal pour un État qui n’a ni les moyens de reprendre le combat, ni le pouvoir de garantir la paix à ses citoyens.

François Marcot, Les affiches en France de 1939 à 1945, Éditions du Musée de la Résistance et de la Déportation, 1987.

Dominique Rossignol, Histoire de la propagande en France de 1940 à 1944 : l’utopie Pétain, Paris, PUF, 2018.

Jean Védrine et alii (dir.), Les prisonniers de guerre, Vichy et la Résistance, 1940-1945, Paris, Fayard, 2013.

1 - Stalag : camp des prisonniers de guerre en Allemagne pendant la seconde guerre mondiale

Alexandre SUMPF, « Les Prisonniers de l’an 40 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 24/05/2024. URL : histoire-image.org/etudes/prisonniers-40

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Vichy et les « héros de l’histoire de France » : Bournazel

Vichy et les « héros de l’histoire de France » : Bournazel

1943 et la série d’affiches célébrant les « Héros de l’Histoire de France »

Placée sous la responsabilité du Secrétariat général à l’Information…

Le culte de Pétain

Le culte de Pétain

Omniprésence du sauveur

Entre juillet 1940 et août 1944, un très vieil officier de la Première Guerre mondiale a dirigé ce qui restait de la…

Le culte de Pétain
Le culte de Pétain
Le culte de Pétain
Vichy et ses ennemis

Vichy et ses ennemis

L’affiche de propagande.

Très prisée pour la promotion de la Révolution Nationale, l’affiche de propagande connaît une diffusion et une…

Propagande, nous voilà !

Propagande, nous voilà !

Vie et dessin

L’omniprésence de la propagande à Vichy entre 1940 et 1944 a frappé Jean-Jacques Charles Pennès, dit Sennep (1894-1982), l’un des…

Cinéma et propagande anti-francs-maçons

Cinéma et propagande anti-francs-maçons

Vichy déclare la guerre aux « sociétés secrètes »

Dès le 13 août 1940, soit moins de deux mois après la fin dramatique de la campagne de France…

Le père de la nation

Le père de la nation

Au service du peuple

À peine le régime de Vichy est-il installé en juillet 1940 qu’une estampe pose l’équation centrale du recours au maréchal…

Le père de la nation
Le père de la nation
Le Reich contre-attaque

Le Reich contre-attaque

Sur la défensive

Quand les Français découvrent sur les murs de leurs villes Voilà ce que le bolchevisme apporterait à l’Europe, les plus âgés ont…

Le Reich contre-attaque
Le Reich contre-attaque
La roulette allemande : la « Relève » de 1942

La roulette allemande : la « Relève » de 1942

Rouler sa bosse en Allemagne

Quand les deux affiches commanditées par les Ateliers de Mécanique de la Seine apparaissent sur les murs de Puteaux,…

La roulette allemande : la « Relève » de 1942
La roulette allemande : la « Relève » de 1942
La Flotte assassinée : Mers el-Kébir

La Flotte assassinée : Mers el-Kébir

L’armée française neutralisée

Le 3 juillet 1940, sous l’objectif d’une caméra des actualités et d’un photographe anonyme, la flotte française…

La Flotte assassinée : Mers el-Kébir
La Flotte assassinée : Mers el-Kébir
Le Sabordage de la flotte française à Toulon

Le Sabordage de la flotte française à Toulon

Drôle de guerre

En cette fin d’année 1942, la Zone Sud (ou libre, ou non occupée) est une fiction qui a pris fin. Lorsqu’un photographe capte les…

Le Sabordage de la flotte française à Toulon
Le Sabordage de la flotte française à Toulon