La Repasseuse

La Repasseuse

L'Ouvrière poitrinaire

L'Ouvrière poitrinaire

La Repasseuse

La Repasseuse

Date de création : Vers 1869.

Date représentée :

H. : 92,5 cm

L. : 73 cm

Huile sur toile.

© BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image BStGS

Lien vers l'image

14310 - 08-549957

Représentations de travailleuses

Date de publication : Octobre 2014

Auteur : Alexandre SUMPF

Peindre les ouvrières dans la seconde partie du XIXe siècle

À partir des années 1830, marquées par les révoltes des canuts lyonnais de 1831 et 1834, la question du prolétariat urbain et des ouvriers se pose réellement en France. Le travail des femmes ainsi que les conditions matérielles et morales de leur existence font l’objet de débats politiques et sociaux acharnés durant toute la seconde partie du XIXe siècle. Ces préoccupations gagnent progressivement le domaine artistique, notamment en littérature. Sue (Les Mystères de Paris en 1842-1843), Zola et Hugo décrivent ainsi les femmes au travail. Peu à peu, les peintres s’emparent aussi du sujet, comme Degas et Pélez.

La Repasseuse est une toile d’Edgar Degas (1834-1917) réalisée vers 1869. Ce peintre de la modernité qui s’attache presque exclusivement à des thèmes contemporains et urbains inaugure ici son travail sur la figure de la repasseuse, sujet alors à la mode en littérature et en peinture, et qu’il reprendra épisodiquement au cours de son œuvre (Les Repasseuses de 1884).

L’Ouvrière poitrinaire offre une vision très différente de l’ouvrière. Fernand Pélez (1849-1913) présente cette toile au Salon de 1889. Ce « peintre de la misère », qui veut « montrer le malheur des autres », est célèbre depuis 1880 et ses premiers tableaux des enfants des rues de Paris.

Deux figures opposées de la lingère

Dans La Repasseuse, la jeune Emma Dobigny occupe le centre de la composition : dans une petite pièce où le linge sèche au second plan, elle repasse un grand voilage, clair lui aussi. Vêtue légèrement (les lingères travaillent souvent dans des pièces où il fait plus de 30°) d’un chemisier blanc et d’une jupe bleue, elle est à la fois saine, assez robuste (voir ses bras, ses joues et sa poitrine). Mi-lasse mi-sereine, elle fixe le peintre, sans exprimer une quelconque émotion. L’atmosphère de la scène est ainsi relativement paisible, impression que renforce la luminosité des blancs et des touches de couleur choisies par Degas.

Nous ne disposons que d’une photographie en noir et blanc de L’Ouvrière poitrinaire, mais la toile originale joue sur des teintes sombres et grises pour peindre une femme malade et presque mourante. Assise sur un fauteuil près d’une faible lampe, la jeune femme est, là aussi, « au travail » (pièce de linge sur les genoux, ciseaux et matériel de couture sur la table). Mais, décharnée et souffrante (les yeux exorbités, effet de la maigreur, indiquent aussi une maladie respiratoire), elle semble quasiment inanimée. Vêtue presque entièrement d’une longue robe de chambre noire qui contraste avec la pâleur de sa peau et la pièce de tissu blanc, elle tourne la tête sur le côté et jette un regard vide vers le ciel, cherchant son souffle, peut-être déjà happée par la mort.

L’ouvrière en débats

Dans la seconde partie du XIXe siècle, le nombre d’ouvriers et d’ouvrières augmente considérablement en France. En 1886, la France en compte plus de 3 millions, employés dans le secteur industriel, dont un tiers de femmes. Une proportion qui reste inchangée jusqu’au début du XXe siècle, la population ouvrière féminine progressant autant que celle des hommes.

Ces travailleuses sont employées dans l’industrie chimique (40 % des actives) et dans la fabrication textile (45 % des actives), secteurs où la mécanisation (celle des filatures notamment) rend moins nécessaire la force des hommes. Aux ouvrières des grandes manufactures et à celles des établissements et ateliers, il faut ajouter les « ouvrières des petits métiers », qui travaillent souvent à domicile ou dans des « chambres » : les « lingères » (couseuses, tisseuses, repasseuses, blanchisseuses, etc.) sont ainsi très nombreuses. De plus en plus concentrées dans les villes, ces ouvrières connaissent des conditions de vie difficiles, que la « grande dépression » économique des années 1880-1890 rend encore plus précaires. Si le déracinement est dans un premier temps plutôt masculin, les femmes, qui sont souvent payées deux fois moins que les hommes, connaissent aussi les longues journées de travail (entre 14 et 15 heures quotidiennes), les mauvais logements (dortoirs ou « garnis »), la sous-alimentation, le manque d’hygiène et les maladies. La mortalité ouvrière est ainsi très élevée. La saleté et l’insalubrité qui caractérisent souvent leur lieu de travail exposent particulièrement les femmes aux infections pulmonaires (phtisie, tuberculose), véritable fléau du siècle. La figure de l’ouvrière « poitrinaire » est ainsi commune à l’époque.

Quoique de manière très différente, les deux artistes proposent une vision positive de l’ouvrière, opposée au jugement très critique dont elle faisait aussi l’objet. Degas ne veut pas transmettre un message ou s’inscrire dans le débat, mais il insiste sur la vigueur de la repasseuse. Le travail n’abîme pas le corps, au contraire. Les mouvements, la robustesse de la femme, le rose léger de sa chair réchauffée et dénudée qui se détache sur le blanc du linge, seraient même des motifs érotiques. Le travail, s’il semble quelque peu lasser l’ouvrière, ne corrompt pas non plus son âme : manifestement saine et sereine, la repasseuse exprime même une certaine noblesse.

Plus misérabiliste, Pélez choisit d’insister sur la maladie pulmonaire, considérée alors comme une maladie sociale. À cette époque, les préoccupations d’hygiène et de santé deviennent justement des questions politiques. Si le peintre s’est toujours défendu d’un art de la revendication, n’évoquant ni la Commune, ni les mouvements ouvriers des années 1880, sa peinture naturaliste et sociale, tout en grisaille et en tristesse et à l’opposé de la gaieté de la « Belle Époque », est très significative. Ici le corps qui n’est plus vraiment au travail est caché par le noir, comme couvert d’un linceul et gagné par la mort. Et quand il apparaît, il n’exprime que la souffrance et la maladie : dévitalisé (si pâle et si maigre), vidé de toute énergie (le regard). Figure presque christique (regard abandonné vers le ciel) ou doloriste, l’ouvrière qui doit travailler jusqu’au bout de ses forces est donc plus à plaindre et à aider qu’à accuser.

Gérard NOIRIEL, Les Ouvriers dans la société française (XIXe-XXe siècle), Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1986.

Georges DUBY et Michelle PERROT (dir.), Histoire des femmes, tome IV « Le XIXe siècle », Paris, Plon, 1991.

Fernand Pélez, 1848-1913 : la parade des humbles, catalogue de l’exposition au Petit Palais, 24 septembre 2009-17 janvier 2010, Paris-Musées, 2009.

Alexandre SUMPF, « Représentations de travailleuses », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/representations-travailleuses

Anonyme (non vérifié)

Savez vous pourquoi nous n'avons qu'une photographie de l'ouvrière poitrinaire ? Où est passé le tableau ?

sam 17/01/2015 - 11:06 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La journée d’une grisette

Fugace comme un oiseau

Dans le contexte d’industrialisation et d’urbanisation massives qui se développent en France dès la première moitié du XIX…

La journée d’une grisette
La journée d’une grisette

La traite des planches ou la prostitution au spectacle

La traite des planches ou la prostitution au spectacle.

Le dessin de Degas comme la photographie de la vedette Polaire attestent l’engouement…

La traite des planches ou la prostitution au spectacle
La traite des planches ou la prostitution au spectacle
Le Lever de l'ouvrière - Robert-Fleury

L’ouvrière au début du XXe siècle

Peindre l’ouvrière au début du XXe siècle: du militantisme à l’académisme ?

En 1905, la population ouvrière est estimée à plus de…

L’ouvrière au début du XX<sup>e</sup> siècle
L’ouvrière au début du XX<sup>e</sup> siècle
Autoportrait avec deux élèves - Adélaïde Labille-Guiard

Adélaïde Labille-Guiard

Le triomphe d’une académicienne

En 1785, dans le salon carré du Louvre, non loin du Serment des Horaces de Jacques Louis David (1748-1825),…

Danseuse à la barre - Edgar Degas

Représentations de la danseuse à la barre à la fin du XIXe siècle

Indispensable pour s’échauffer, pour apprendre le bon placement du corps et pour faire travailler correctement les muscles dans les positions qui…

Représentations de la danseuse à la barre à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle
Représentations de la danseuse à la barre à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle
Représentations de la danseuse à la barre à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle
Marlène Dietrich dans "L'Ange bleu"

Naissance d'une star

Désir et déchéance

En 1929, le producteur allemand Erich Pommer, de la UFA, demande à Josef von Sternberg, cinéaste d’origine autrichienne, de…

Les victimes civiles de la guerre de 1914-1918

Le viol des femmes françaises par les soldats allemands semble avoir été, dès les premières semaines de la guerre de 1914-1918, un acte très…

Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet

La photographie et l'engouement pour les cultures orientales

Le goût pour l'exotisme, notamment pour l'Orient, est l'héritage de l'époque…

Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet
Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet
Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet
Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet

Le vote des femmes en France : le « référendum » du 26 avril 1914

Le mouvement « suffragiste » français en pleine effervescence

Si plusieurs associations françaises avaient milité pour le droit de vote des…

La crinoline dans tous ses états

Sous le Second Empire, les jupons superposés (jusqu’à six ou sept) laissent place au jupon à cerceaux, avatar de la crinoline. Mais cette nouvelle…