Rue Guérin-Boisseau.

Rue Guérin-Boisseau.

Cour Greneta.

Cour Greneta.

Rue Guérin-Boisseau.

Rue Guérin-Boisseau.

Date de création : 1907

Date représentée : 1907

H. : 0

L. : 0

photographie

© Cliché Bibliothèque Nationale de France

Est. Eo 109b bte 4 ; n micr. T039621

Le Vieux Paris

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Ivan JABLONKA

Si les travaux effectués sous le Second Empire à l’instigation du baron Haussmann ont donné à Paris son aspect moderne, ils ont aussi conduit à la destruction de quartiers entiers et de milliers de maisons anciennes. Le Vieux Paris a reçu sous Napoléon III une blessure irrémédiable. L’empereur et son préfet de la Seine souhaitaient en particulier améliorer l’hygiène et la salubrité des habitations de la capitale ; or, au milieu du XIXe siècle, la moitié des maisons de Paris sont insalubres et bon nombre d’entre elles sont situées dans les venelles du Vieux Paris.

En 1849, l’épidémie de choléra à Paris est favorisée par l’enchevêtrement des ruelles, l’exiguïté des maisons, l’entassement de la population et les insuffisances de la voirie. « Le caractère le plus frappant de toutes ces maisons est une excessive malpropreté qui en fait des vrais foyers d’infection », écrit en 1840 Frégier, employé de bureau à la préfecture, à propos des garnis de Paris. « […] La plus grande malpropreté règne partout ; les fenêtres n’ont au lieu de vitres que du papier huilé. Les chambres sont infectes ; à chaque étage, les ordures qu’on jette sur les lieux d’aisance refluent sur l’escalier ; en un mot, c’est le séjour le plus repoussant du vice et de la misère » (H. A. FREGIER, Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes, et des moyens de les rendre meilleures, J. B. Baillière, 1840, 2 vol., t. 1).

Au risque sanitaire s’ajoutent des considérations d’ordre public. Haussmann décrit le Vieux Paris, « dédale presque impraticable », comme le « quartier des émeutes, des barricades » (HAUSSMANN, Mémoires, t. 3, Grands travaux de Paris, Victor Havard, 1893, p. 54). Il ne restera plus rien de la rue Transnonain ou de l’ancien quartier des Arcis et de Grève, près de l’Hôtel de Ville.

Un demi-siècle plus tard, Atget commence à arpenter les rues de la capitale pour immortaliser ce qui a échappé à la destruction. Ces photographies offrent des vues de la rue Guérin-Boisseau et de la cour Greneta, toutes deux situées dans le quartier Bonne-Nouvelle du IIe arrondissement.

La rue Guérin-Boisseau, qui remonte au XIIIe siècle, a perdu une cinquantaine de ses maisons avec la percée du boulevard de Sébastopol dans les années 1850.

La rue des Arts, la rue des Métiers et le passage Saint-Denis, lesquels débouchaient tous dans la rue Greneta, ont disparu pour la même raison. Dans César Birotteau, Balzac décrit la rue Greneta en ces termes : « Toutes les maisons, envahies par une multitude de commerces, offrent un spectacle repoussant. Les constructions y ont un caractère horrible. L’ignoble malpropreté des fabriques y domine. »

Ces deux rues appartiennent donc au Vieux Paris que les travaux d’Haussmann ont abattu. Dans les photographies d’Atget, la rue et la cour sont presque désertes : les hôtels de la première ne semblent pas accueillir beaucoup de clients, tandis que la deuxième est le territoire d’objets – un landau, une chaise – posés là sans raison. Ce dénuement et ce vide s’expliquent aisément dans la mesure où Atget travaillait tôt le matin ; mais ils donnent l’impression que les bâtiments, abandonnés, vides, nus, sont déjà promis à la mort.

C’est à partir de 1897-1898 qu’Atget a commencé à photographier systématiquement les rues de Paris. Il consigne méticuleusement les façades, les boutiques, les devantures, les intérieurs, il enregistre les usages, il immortalise les petits métiers. Ses vues topographiques sont rassemblées dans la série Le Vieux Paris ; le recueil L’Art dans le Vieux Paris est consacré aux arts décoratifs tels que balcons, enseignes et grilles.

À la même époque est créée la Commission du Vieux Paris, preuve que les contemporains, nourrissant un intérêt croissant pour le patrimoine de la capitale, ont une conscience aiguë des ravages de l’haussmannisation, mais aussi du temps qui passe. À la fois pièces documentaires et œuvres d’art, les photographies d’Atget témoignent de cet attachement sentimental au Paris du premier XIXe siècle. Certes, celui-ci a des précurseurs : le baron Taylor, avec ses lithographies, Martial Potémont peignant ses eaux-fortes, et Marville, dont les photographies justifient l’œuvre d’Haussmann, ont tous à leur manière contribué à en conserver le souvenir. Mais, plus que toute autre œuvre, les photographies présentées ici perpétuent la poésie austère et tragique de bâtisses vouées à disparaître, au désespoir de celui qui écrivait encore en 1920 : « Je puis dire que je possède tout le Vieux Paris. »

Georges DUBY (dir.), Histoire de la France urbaine, t. 4, La Ville de l’âge industriel, Paris, Seuil, 1983.

HAUSSMANN, Mémoires, t. 3, Grands travaux de Paris, Victor Havard, 1893.

Jean LEROY, Atget magicien du Vieux Paris en son époque, Joinville-le-Pont, P.-J. Balbo, 1975.

Bernard MARCHAND, Paris, histoire d’une ville (XIXe-XXe siècle), Paris, Seuil, 1993.

Patrice de MONCAN, Christian MAHOUT, Le Paris du baron Haussmann. Paris sous le Second Empire, Paris, Éditions SEESAM-RCI, 1991.

Ivan JABLONKA, « Le Vieux Paris », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/vieux-paris

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville

Le siège de la municipalité de Paris

La place de Grève, devenue en 1803 place de l’Hôtel de Ville, abrite le siège de la municipalité parisienne…

De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville
De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville
De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville

L’haussmannisation

Bien que survenue quarante ans après celle de Londres, la brutale métamorphose de Paris sous le Second Empire a frappé l’opinion nationale et…

L’haussmannisation
L’haussmannisation
L’haussmannisation

Le chemin de fer, symbole d’une nouvelle révolution industrielle

Symbole de la révolution industrielle naissante, le chemin de fer se développe en France à partir des années 1820. Longtemps considéré comme une…

Le Vieux Paris

Si les travaux effectués sous le Second Empire à l’instigation du baron Haussmann ont donné à Paris son aspect moderne, ils ont aussi conduit à la…

Le Vieux Paris
Le Vieux Paris

L’Opéra de Charles Garnier

La construction du nouvel Opéra de Paris

Décidée en 1858 pour remédier à la vétusté et à l’incommodité de la salle de la rue Le Pelletier, la…

L’Opéra de Charles Garnier
L’Opéra de Charles Garnier
La Colonne Morris - Jean Béraud

Le Mobilier urbain, un symbole de Paris

Des colonnes dans la rue

La multiplication des lieux de divertissement tels que les théâtres ou les cirques sur les boulevards au cours du XIX…

L’assassinat d’Henri IV peint au XIXe siècle

Une peinture de circonstance

Charles-Gustave Housez s’inscrit dans la tradition de l’exaltation d’Henri IV (1553-1610) depuis le début du XIX…

Une soirée au Louvre chez le comte de Nieuwerkerke

Personnalité éminente sous le Second Empire, le comte Émilien O’Hara de Nieuwerkerke (1811-1892) a une origine doublement royale et doublement…

La décoration picturale de l'Hôtel de ville de Paris

La reconstruction de l’hôtel de ville de Paris après la Commune

Au terme de la semaine sanglante, les communards qui se repliaient devant l’armée…

La mode des courses de chevaux

C’est sous le Second Empire que les premiers grands champs de courses sont créés.

Dans ses Mémoires, le baron et préfet de la Seine…