L’histoire de France à travers les images d’Épinal | Histoire et analyse d'images et oeuvres

Restez

informés !

Abonnez-vous à notre

newsletter

Cliquez-ici

  • Histoire de France, épisodes relatifs aux Carolingiens
    Episodes relatifs aux Carolingiens : Pepin le Bref, Charlemagne, Roland à Roncevaux,, Louis le Débonnaire, Louis Le Germanique, Louis II le Bègue, Louis III, Carloman, Charles le Gros. Episodes des invasions normandes avec Eude de Paris, Gosselin et l'abb

  • Histoire de France, épisodes relatifs aux Carolingiens 2
    Episodes relatifs aux Carolingiens : Eudes de Paris, Charles III le Simple, Hugues Le Grand, Lothaire (941-986), Othon II, Hugues Capet, Louis IV d'Outremer. Louis V. Episodes des invasions normandes : Rollon et son fils Guillaume. Raoul, duc de Bourgogne

  • Histoire de France de Charles VII à Charles IX
    Histoire de France de Charles VII à Charles IX

L’histoire de France à travers les images d’Épinal

Date de publication : décembre 2019

Partager sur:

Contexte historique

Révolution de l’imprimé et refondation scolaire

Ces trois planches parmi les centaines de milliers dessinées à Épinal tout au long du XIXe siècle s’attachent à retracer l’histoire de France au travers de la succession des rois et de leurs principaux apports à la nation. L’imprimerie de la famille Pellerin, fondée en 1796, est à l’origine de ces séries au style reconnaissable qui ont accompagné les élèves de l’enseignement primaire et secondaire dans leurs apprentissages. Le soin apporté à l’impression en couleur à partir de bois et de pochoirs, puis de pierre (lithographie) à partir des années 1850 a révolutionné le marché en garantissant une qualité égale à des tirages souvent massifs.

Au fil du XIXe siècle, tous les aspects de la connaissance et de nombreux destins historiques ou personnages de fiction ont été pris comme sujets. Le style reconnaissable et le prix réduit ont fidélisé un public de plus en plus alphabétisé : la loi Guizot de 1833, puis les lois Ferry de 1881-1882 ont renforcé le rôle de l’école publique et inscrit l’imprimé au cœur des apprentissages. La Monarchie de Juillet (1830-1848), les Républiques de 1848 et de 1870 ou le Second Empire (1852-1870) ont porté un intérêt marqué à la construction de l’identité nationale à travers l’enseignement de l’histoire à l’école. Les planches de l’Histoire de France ont pu servir de support à une vision de la nation continue malgré la discontinuité des régimes et les épreuves du peuple.

Analyse des images

Le texte, support de l’image

La planche n°4 de la deuxième race (les Carolingiens) commence par le couronnement en 752 du 23ème roi, Pépin le Bref, et s’achève 16 cases plus loin en 888 avec la mort du 29ème roi, Charles le Gros. Pas moins de quatre vignettes sont consacrées au règne de Charlemagne, contre une à Louis II ou Louis III. Deux vignettes ont pour sujet des combattants émérites : Roland à Roncevaux en 778, et Eudes défendant Paris en 886. La planche n°5 de la même série s’étend sur cent ans tout juste. Elle reprend avec la lutte d’Eudes contre les Normands et se termine en 987 par le décès de Louis V le Fainéant, 35ème et dernier roi carolingien. Cette fois, quatre femmes jouent un rôle dans l’Histoire : une princesse à marier, une duchesse fière et deux empoisonneuses, à qui revient l’honneur de mettre fin à la dynastie. C’est aussi par une femme, Jeanne d’Arc, que débute la planche n°8 de la troisième série sur les Capétiens. Cette planche mène du couronnement en 1422 de Charles VII, paré de fleurs de lys, au massacre de la saint Barthélémy en 1572… en passant par Jeanne « Hachette », qui défendit Beauvais contre les Bourguignons en 1472. Comme Charlemagne et Eudes, la jeune Lorraine qui périt brûlée à Rouen en 1431 figure parmi les temps forts de l’histoire nationale, dépassant même François Ier « père des Lettres » (trois vignettes).

Le rythme de la narration est assez régulier et le nombre de vignettes dessine de façon claire une forme de hiérarchie entre les règnes et les temps forts de l’histoire nationale. Les images présentent des décors simples – tentures, mobilier, éléments d’architecture – dans des tons où se détachent le rouge et le vert des costumes, le jaune doré des couronnes et des épées ; le pastel est réservé aux quelques figurants et à l’arrière-plan. La répétition des motifs est sensible dans la planche 4 : la mort de Charlemagne et celle de Charles le Chauve, juste en dessous, sont scénographiées de façon quasiment identiques ; Pépin, Louis III, Carloman et Charles le Gros portent le même costume royal grenat… que l’on retrouve dans la planche 5 sur les épaules de Charles III et Louis IV, et qui sert aussi de nappe à la cour de Bourgogne. Les monarques qui incarnent la nation figurent sur presque chaque image, dans des positions statiques – allongé, debout, assis ou à genoux, et plus rarement au cœur de la bataille ; les visages, presque semblables, ne marquent aucune émotion. Seule la variation des situations d’une case à l’autre donne un semblant de dynamisme à une narration très répétitive. Le dessin est commenté par un petit texte d’une ou deux phrases la décodant et concluant chaque épisode : l’information sert de support à une leçon de morale civique.

Interprétation

L’histoire par les historiettes : une leçon de morale civique

La vision de l’histoire proposée par les images d’Épinal correspond à l’état de la science historique, qui commence à peine à sortir de l’histoire-bataille et des vies illustres. Diffusées à des dizaines de milliers d’exemplaires, les planches de la série L’Histoire de France servent à frapper l’imagination par une succession de faits simples et à marteler quelques idées suffisamment générales pour susciter l’adhésion de tous les groupes sociaux et politiques de la nation. L’association entre images frappantes et commentaire didactique, ainsi que l’effet de série induit par la disposition de quatre fois quatre carrés allongés, sont caractéristiques de ce genre d’imagerie populaire qui tire son origine des « occasionnels » racontant à la volée les faits divers, les mystères et les épopées du temps. Outre les montées sur le trône, les victoires militaires et les morts plus ou moins tragiques, certains épisodes relèvent de l’anecdote – Pépin le bref tranchant la tête d’un lion ou la cruauté de Louis XI – et la plupart de l’édification. La version simplifiée de l’histoire suit la geste royale sans attention ou presque à la société. Cette histoire est violente – empoisonnements, assassinats, batailles et détentions rythment la narration – et adopte un point de vue strictement masculin : le récit national ne fait la place aux femmes que lorsqu’elles s’imposent aux hommes par leur force de caractère. Les textes critiquent impitoyablement les rois dont la faiblesse met en danger le royaume et remet en cause l’exclusion statutaire des femmes de la succession dynastique.

Dans un siècle prolifique en changement de régimes – deux empires, deux monarchies et deux républiques – la maison Pellerin évite soigneusement de politiser le passé national. Le traitement des trois personnages placés au premier plan par le nombre de vignettes dessine les grandes lignes d’un consensus. Charlemagne est montré en évangélisateur, en protecteur de la chrétienté (Roncevaux), en promoteur de l’école – des enfants sont exceptionnellement dessinés – et enfin sur son lit de mort. Le texte qui accompagne cette dernière image rappelle qu’il a été couronné empereur, mais choisit l’ellipse pour privilégier une scène d’affliction et de transmission et ne pas insister sur ce précédent politique. Eudes apparaît de façon alternée en combattant et en dirigeant juste : il partage la couronne avec Charles III à la fin de la régence qu’il n’a pas imposé par la force, mais lui a été confiée par ses pairs. Son exemple tranche ainsi avec les trahisons qui précipitent de façon réitérée le royaume dans la crise. Le commentaire mentionne aussi ses 4000 cavaliers et le massacre de 29 000 Normands, des précisions chiffrées rares censées magnifier l’exploit militaire du sauveur de la nation. L’histoire de Jeanne suit les principales étapes de sa désormais fameuse épopée depuis son apparition à la cour de Chinon jusqu’à sa mise à mort à Rouen, en passant par la victoire devant Orléans et le couronnement de Charles VII à Reims. Ses trois costumes symbolisent tout à tour la France populaire et paysanne, l’ardeur combattante au service de la couronne, et le martyre chrétien – des symboles œcuméniques et fédérateurs.

Les choix d’épisodes glorieux ou significatifs relèvent tous d’une certaine idée de la construction de l’État, de la protection du territoire national, de l’alliance entre le monarque et le peuple – Louis XI rend ainsi « de grands services à la France. Il contribue à détruire la féodalité, institue les postes et favorise l’industrie ». Les « races » qui ont porté l’histoire de France se trouvent donc évaluées dans la dernière partie du XIXe siècle à l’aune des qualités civiques inculquées aux élèves : faire primer l’intérêt de la France sur ses ambitions personnelles, protéger les frontières nationales à tout prix et utiliser son pouvoir à bon escient.

Bibliographie

Henri George, La Belle histoire des images d’Épinal, Paris, Cherche-Midi, 2005.

Claude Lelièvre, Les Rois de France. Enfants chéris de la République, Paris, Bartillat, 1999.

Jean Mistler, Épinal et l’imagerie populaire, Paris, Hachette, 1961.

Pour citer cet article
Alexandre SUMPF, « L’histoire de France à travers les images d’Épinal », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09 juillet 2020. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/histoire-france-travers-images-epinal
Commentaires
tMaquisards près de Venelles à Sainte-Victoire en 1944. Julia PIROTTE (1907 - 2000) 1944 Musée de l'Armée