Passage de la Guadarana [sic] par l'armée française en Espagne.

Passage de la Guadarana [sic] par l'armée française en Espagne.

Louis XVIII recevant le duc d'Angoulême à son retour de la campagne d'Espagne.

Louis XVIII recevant le duc d'Angoulême à son retour de la campagne d'Espagne.

Passage de la Guadarana [sic] par l'armée française en Espagne.

Passage de la Guadarana [sic] par l'armée française en Espagne.

Date représentée : 1823

H. : 49,5

L. : 35,5

Lithographie.

© Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN - Grand Palais / Emile Cambier

http://www.photo.rmn.fr

07-537144 / 2007.1.56

L'expédition d'Espagne

Date de publication : Août 2009

Auteur : Alain GALOIN

En 1808, l’intervention des troupes françaises en Espagne avait déclenché un soulèvement général de la population espagnole. Cette guerre d’indépendance aboutit à la défaite des armées napoléoniennes et à l’avènement du roi Ferdinand VII en 1813. La Constitution libérale élaborée à Cadix par les Cortes en 1812 fut déclarée illégale par le nouveau roi. L’absolutisme du souverain, les nombreuses persécutions à l’encontre des libéraux, le rétablissement de l’Inquisition, entraînèrent une insurrection populaire en 1820.

Dans une Europe troublée par une agitation libérale clandestine mais sous-jacente, les libéraux menés par Rafael del Riego remportèrent les élections législatives aux Cortes en 1822. Ferdinand VII rejoignit alors la Sainte-Alliance formée par la Russie, la Prusse et l’Autriche, et sollicita l’aide des monarques européens pour restaurer l’absolutisme en Espagne. Depuis les Cent-Jours et le congrès de Vienne, la France faisait figure de vaincue, et la monarchie restaurée aspirait à retrouver son crédit auprès des nations européennes. Le 22 janvier 1823, un traité signé lors du congrès de Vérone lui permit d’intervenir militairement en Espagne. Sur le plan tant diplomatique que militaire, les Bourbons sortaient enfin de leur isolement. Le 28 janvier, Louis XVIII put donc annoncer que « cent mille Français étaient prêts à marcher en invoquant le nom de Saint Louis pour conserver le trône d’Espagne à un petit-fils d’Henri IV. » Chateaubriand, ministre des Affaires étrangères depuis le 17 mai 1822, et les royalistes ultras exultaient : l’armée royale allait pouvoir prouver sa valeur et son dévouement face aux libéraux espagnols pour la gloire de la monarchie des Bourbons.

Issu d’une famille d’artistes, orfèvres, peintres, sculpteurs, Nicolas Antoine Taunay (1755-1830) séjourna à l’Académie de France à Rome de 1784 à 1787. Peintre de genre et de paysages, son goût pour la peinture d’histoire lui valut d’être choisi pour illustrer les campagnes allemandes de Napoléon Ier en 1805. De 1816 à 1820, il partit au Brésil avec la Mission artistique française et contribua à y créer l’Académie impériale des beaux-arts. Il y produisit nombre de paysages à la saveur exotique. Rentré en France en 1821, il renoue avec la peinture d’histoire et représente ici l’armée française franchissant avec peine la Sierra de Guadarrama, une imposante barrière montagneuse qui protège Madrid. Le 23 mai 1823, les troupes françaises investissaient la capitale espagnole où le duc d’Angoulême, neveu de Louis XVIII, installa une régence temporaire sous le protectorat de la France.

Lauréat du Prix de Rome en 1816, Antoine Jean-Baptiste Thomas (1791-1834) a représenté, quant à lui, l’épilogue heureux de la campagne d’Espagne : dans son cabinet des Tuileries, Louis XVIII reçoit le duc d’Angoulême, commandant en chef victorieux de l’armée des Pyrénées. Assis dans un fauteuil, le roi podagre serre la main de son neveu avec une reconnaissance quelque peu grandiloquente. Derrière le duc, Madame Royale – Marie-Thérèse Charlotte, fille de Louis XVI, sa cousine germaine qu’il a épousée en exil en 1799 – s’accroche à son mari et lève sur lui un regard admiratif. Debout derrière le roi, Monsieur, comte d’Artois, son frère, tient dans ses bras le petit duc de Bordeaux, le fils du duc de Berry assassiné en 1820, tandis que la mère de l’enfant se tient à gauche du souverain. Empreinte d’une atmosphère toute filiale, la scène met en évidence la continuité de la dynastie des Bourbons.

Dès le 7 avril 1823, les troupes françaises entrèrent en Espagne. À la fin de février, les Chambres avaient voté un crédit extraordinaire de 200 millions pour financer l’expédition. Malgré son manque d’expérience militaire, le duc d’Angoulême avait été nommé commandant en chef de l’expédition, mais il laissait à son major général Guilleminot, général d’Empire, le soin de diriger effectivement le corps expéditionnaire. Sur cinq corps d’armée, quatre étaient d’ailleurs placés sous les ordres d’anciens serviteurs de l’Empire, les commandements secondaires étant dévolus aux royalistes fidèles aux Bourbons.

Dès le 23 mai, les Français entrèrent dans Madrid. Les Cortes, dont Ferdinand VII était le prisonnier, se réfugièrent dans Cadix, devenue provisoirement la capitale de l’Espagne. Le 30 septembre, les libéraux furent contraints de capituler. Le 23 novembre 1823, le duc d’Angoulême revenait en France, laissant derrière lui une armée d’occupation de 45 000 hommes. L’humiliation des défaites napoléoniennes en Espagne était effacée, et Chateaubriand, ministre des Affaires étrangères du gouvernement Villèle du 28 décembre 1822 au 6 juin 1824, pouvait écrire triomphalement dans ses Mémoires d’outre-tombe : « Enjamber d’un pas les Espagnes, réussir là où Bonaparte avait échoué, triompher sur ce même sol où les armes de l’homme fantastique avaient eu des revers, faire en sept mois ce qu’il n’avait pu faire en sept ans, c’était un véritable prodige ! » La victoire de l’armée française en Espagne était surtout un succès personnel pour Louis XVIII, dont elle renforçait la légitimité.

Bartholomé BENNASSAR, Histoire des Espagnols, Paris, Laffont, coll. « Bouquin », 1992.

Guillaume BERTIER de SAUVIGNY, La Restauration, Paris, Flammarion, 1955.

Georges BORDONOVE, Louis XVIII : le Désiré, Paris, Pygmalion, 1989.

Francis DEMIER, La France du XIXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 2000.

Évelyne LEVER, Louis XVIII, Paris, Fayard, 1988.

Jean VIDALENC, La Restauration 1814-1830, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? », 1983.

Emmanuel de WARESQUIEL et Benoît YVERT, Histoire de la Restauration.

Naissance de la France moderne, Paris, Perrin, 1996.

Alain GALOIN, « L'expédition d'Espagne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/expedition-espagne

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Albums liés

Découvrez nos études

Le vandalisme révolutionnaire

La suppression des signes de l'Ancien Régime

La chute de la monarchie le 10 août 1792 entraîna une flambée de violence à l’encontre des symboles…

L'expédition d'Espagne

En 1808, l’intervention des troupes françaises en Espagne avait déclenché un soulèvement général de la population espagnole. Cette guerre d’…
L'expédition d'Espagne
L'expédition d'Espagne

Du cheval au « vélocipède »

Le « vélocipède » des années 1870 au tournant du XXe siècle

Inventée par Pierre Michaux en 1861, la bicyclette à pédales connaît assez…

Du cheval au « vélocipède »
Du cheval au « vélocipède »

Ex-voto de 1662

Une guérison miraculeuse

Au moment où il peint ce tableau, Philippe de Champaigne est un artiste connu et reconnu. Ce peintre flamand installé à…

L'assassinat du duc de Berry

Né à Versailles le 24 janvier 1778, Charles Ferdinand d’Artois, duc de Berry, est le fils puîné de Marie-Thérèse de Sardaigne, plus connue sous le…

L'assassinat du duc de Berry
L'assassinat du duc de Berry

La Duchesse de Berry

Une jolie veuve

Au moment où ce tableau fut exécuté en 1825, la duchesse de Berry était une jeune veuve de 27 ans. Mariée en 1816 au duc de Berry,…

Le dernier des Bourbons

Le successeur de Louis XVIII

Depuis 1814, le comte d’Artois, futur Charles X, était considéré comme le chef du parti ultra, hostile à la Charte et…

L'exécution de Marie-Antoinette

Depuis sa fuite et son arrestation à Varennes en juin 1791, le sort de la famille royale était en suspens. La journée insurrectionnelle du 10 août…

L'assassinat du duc de Berry

La fin de la branche aînée ?

Le 13 février 1820, le duc de Berry, second fils de Monsieur, frère du roi et futur Charles X, était assassiné par l’…

Allégorie du Retour des Bourbons le 24 avril 1814 : Louis XVIII relevant la France de ses ruines

La monarchie restaurée

Nul n’aurait songé à restaurer les Bourbons sur le trône de France si la défaite puis l’abdication de Napoléon n’avaient…