L'Incendie des Tuileries.

L'Incendie des Tuileries.

Les ruines du palais des Tuileries.

Les ruines du palais des Tuileries.

L'Incendie des Tuileries.

L'Incendie des Tuileries.

Date de création : 1871

Date représentée : mai 1871

H. : 47,5 cm

L. : 79,2 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

RF 1981-31 - 01-010665

Incendies de la Commune

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Bertrand TILLIER

L’incendie du château des Tuileries

Au cœur de Paris et en bordure de Seine, accolé au Louvre, le palais des Tuileries avait été construit au XVIe siècle par Philibert Delorme pour Catherine de Médicis puis augmenté des pavillons de Flore et de Marsan. De ce château considéré comme la demeure historique des monarques français, Napoléon III avait fait le siège de son pouvoir et sa résidence officielle durant tout le Second Empire.

Dès le 26 mars 1871, la Commune proclame le pillage du lieu qui est peu à peu vidé, saccagé et démantelé. Durant la « Semaine sanglante », tant pour terrasser le symbole de la tyrannie que pour retarder l’avance des troupes versaillaises, l’incendie de cet édifice est organisé par des communards – le sergent de ville Boudin, le garçon boucher Bénot et le général Bergeret – à grand renfort de chariots de poudre, de goudron liquide, d’essence de térébenthine et de pétrole.

Le feu et la pierre

Durant trois jours et trois nuits, du 23 au 26 mai, le château des Tuileries et ses deux ailes flambèrent pour ne laisser que des ruines. Le communard Gustave Lefrançais écrit dès 1871 dans son Étude sur le mouvement communaliste à Paris en 1871 : « Oui, je suis de ceux qui approuvèrent comme absolument moral de brûler ce palais essentiellement monarchique, symbole abhorré d’un exécrable passé […], où tant de crimes antisociaux avaient été prémédités et glorifiés. »

Georges Clairin (1843-1919) et Ernest Meissonier (1815-1891) ont chacun consacré une œuvre à l’incendie du château des Tuileries.

Dès mai 1871, le premier offre le spectacle, rare dans la représentation picturale de cet événement, de l’incendie observé depuis l’angle de la Conciergerie où sont repliés quelques fédérés. Conduits par une égérie à drapeau rouge, ces communards sont juchés sur un amas informe de débris indistincts. Par la conjonction de ce premier plan et du palais en flammes à l’arrière-plan, par leur rencontre sous le ciel enfumé, Clairin fait de la Commune le règne du chaos et de la destruction.

Dans une œuvre de 1871 demeurée inachevée jusqu’en 1883 et certainement inspirée de photographies contemporaines, Meissonier a représenté quant à lui les décombres désolés du château après l’extinction du feu. Avec une composition d’une simplicité saisissante, l’artiste confronte le spectateur aux ruines de la salle des Maréchaux, située au centre des Tuileries. Il semble que cette image réponde à des motivations essentiellement politiques du peintre qui déclara : « Dans ce colossal effondrement, je fus subitement frappé de voir rayonnant intacts les noms de deux victoires incontestées… Marengo !… Austerlitz !… » – d’ailleurs soigneusement mentionnés par l’artiste dans son œuvre. L’anticommunard qu’est Meissonier enregistre ici l’ampleur des destructions et des désastres, après que la fumée des incendies s’est dissipée. La lisibilité des ruines et des décombres jonchant le sol est à l’image de la clarté de sa condamnation politique de la Commune.

Icônes du vandalisme communard

Avec un sujet identique traité sous des angles différents, Clairin et Meissonier abordent la Commune à travers le paysage parisien et la scène de destruction. De la sorte, ils réduisent cette révolution à un moment de pur vandalisme condensé dans l’incendie du château des Tuileries. En représentant l’incendie et les ruines de ce lieu symbolique, les deux peintres accentuent la nature éphémère de la Commune, dont ils dénoncent l’œuvre de destruction et qu’ils posent en catastrophe intemporelle.

Jean-Marie BRUSON, « Iconographie du château des Tuileries après l’incendie », Monuments historiques, no 177, 1991, p. 33-37.

Bernard NOËL, Dictionnaire de la Commune, 2 vol., Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

Bertrand TILLIER, « Incendies de la Commune », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/incendies-commune

A voir aussi : un corpus de documents pour la classe consacré à la Commune

http://archives.paris.fr/r/290/la-commune-de-paris/

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le mur des Fédérés

Le mur des Fédérés

À la fin de la « Semaine sanglante », le samedi 27 mai 1871, les troupes versaillaises parviennent à investir le cimetière du…

Le mur des Fédérés
Le mur des Fédérés

Commune : le peuple en arme

La Commune et le peuple de Paris en armes

La Commune n’a pas disposé d’armée au sens strict. Ses rangs étaient composés d’une part de gardes…

Commune : le peuple en arme
Commune : le peuple en arme

Le mythe de la pétroleuse

Naissance des « pétroleuses »

Durant la « Semaine sanglante », tant pour des raisons symboliques que pour des motivations tactiques, la Commune…

Le mythe de la pétroleuse
Le mythe de la pétroleuse

Les obsèques de Louise Michel

La mort de Louise Michel

Le 9 janvier 1905, Louise Michel mourait d’une congestion pulmonaire à Marseille où elle s’était rendue pour donner l’une…

Courbet à Sainte-Pélagie

La répression des communards illustres et le sort de Courbet

Accusé d'avoir activement participé à la Commune, d'avoir usurpé des fonctions…

Le Père-Lachaise et les derniers combats de la Commune

Le Père-Lachaise et les derniers combats de la Commune

Situé au cœur du Paris populaire où les communards sont solidement implantés, le cimetière…

Darboy, martyr de Versailles

Darboy, martyr de Versailles

Le 24 mai 1871, Monseigneur Georges Darboy, archevêque de Paris, l’abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine et…

La répression de la Commune

La " terreur tricolore "

A la charnière des mois de mai et juin 1871, pendant et après la " semaine sanglante " au cours de laquelle la Commune est…

La répression de la Commune
La répression de la Commune

L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations

Au XIXe siècle : un lieu politique majeur

De 1789 à 1794, l’Hôtel de Ville a abrité le Comité de salut public. En juillet 1830, la…

L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations
L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations
L'Hôtel de ville de Paris : du lieu des révolutions à celui des célébrations
La Lanterne - Journal républicain anti-clérical

Le mouvement anticlérical à la veille de 1905

La France à la veille de la loi de séparation de 1905

La France de la première décennie du XXe siècle est en proie à de nombreuses…